Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Chevaliers du Temple, des moines soldats
appartenant à un ordre militaire et religieux Chrétien




Retournez sur le plan des sujets traités sur le site    

L'Ordre du Temple de l'an 1118 était composé de moines soldats Catholiques au service du Pape et sous son commandement suprême, et cet ordre est resté Catholique jusqu'a sa dissolution par le Pape Clément V le 22 mars 1312. Les Templiers furent victimes d'une machination ourdie par le roi Philippe le bel, et le Pape fut impuissant à les sauver.
A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte et grâce à Fabré-Palaprat, le Templarisme fut remis au goût du jour. Malheureusement très vite, des thèses fumeuses apparurent dans ce monde très fermé.
A partir des années 1950 avec le néo-Templarisme ces thèses se sont transformées en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, les Mérovingiens, etc ).


Origines des Chevaliers du Temple

Nous connaissons tous plus ou moins les Templiers dont le nom est associé au Temple de Salomon à Jérusalem. Mais que connaissez vous de l'histoire tumultueuse de ce Temple érigé à Jérusalem en l'an 1000 avant JC ? Avant de poursuivre la lecture de cet article, et pour bien comprendre ce qui généra la création des Templiers cliquez ICI


Après avoir pris connaissance de l'histoire extraordinaire et tumultueuse de ce Temple à Jérusalem, nous pouvons maintenant évoquer les faits qui conduisirent à l'organisation de la première croisade en 1096 pour délivrer les lieux Saints de l'occupation Musulmane, et ainsi permettre aux pélerins européens de revenir honorer le Christ comme par le passé.

Rappel :
En 1073 les Turcs Seldjoukides prennent le contrôle de la ville de Jérusalem après leur victoire sur les Fatimides, dès lors, et contrairement aux usages en vigueur depuis l'an 800, ils interdisent les pélerinages aux Chrétiens. La suite tout le monde la connait, entre 1075 et 1092 les Chrétiens essayeront bien de retourner à Jérusalem mais à chaque fois ils seront refoulés à Alep, Antioche, ou Kobané, par les Musulmans. A partir de 1074 et jusqu'en 1085 le Pape Grégoire VII sillonne l'europe afin de reveiller les seigneurs et les appeler à délivrer les lieux saints, en vain. Puis, le Pape Victor III continuera ce travail en 1086 et 1087, en vain. Urbain II reprendra le flambeau dès 1088 en se servant toutefois des échecs de ses prédecesseurs, il agira plus finement.

Urbain II au concile de Clermont

Il proposera aux chevaliers d'aller conquérir de nouveaux fiefs plutôt que de guerroyer en permanence entre eux sur le sol Français. En effet avec le système féodal l'ainé héritait tout de son père les autres n'avaient rien ce qui couplé à une démographie galopante générait des guerres incessantes sur tout le territoire. De plus, ce Pape promit aux pélerins la levèe des liens de vassalité et de servage pendant toute la croisade, ce qui ouvrait des perspectives de vie meilleure pour tous ceux qui partiraient, les Serfs devenaient libres avec l'espoir de devenir riches, les Seigneurs n'avaient plus de suzerain et pourraient acquérir des fiefs hors de France. Avec de tels arguments son discours de clôture lors du concile de Clermont reçut un écho plus que favorable.
C'est Godefroy de Bouillon (Seigneur respecté de Flandre) présent au concile de Clermont qui répondra le premier favorablement à l'appel du Pape. Dès le lendemain il réunit en présence du Pape tous les seigneurs encore présents et il fut décidé qu'il organiserait cette entreprise hors du commun, et c'est de Boulogne sur mer que la première croisade partirait. Cet engagement de Godefroy de Bouillon à répondre aux appels de la Papauté est du à une chose que vous ignorez sans doute, pour savoir ce qui motiva Godefroy :     lisez la suite   

Après la première croisade, il y aura la deuxième, puis la suivante etc... Au total il y aura 9 Croisades , et l'aventure se terminera en 1291 avec la déroute de Saint Jean d'Acre, la fin des états latins et le retour définitif des Chrétiens survivants dans leurs royaumes respectifs !

Les Chevaliers du Temple, gendarmes des états latins

Mais revenons aux Templiers, en 1104 le roi Baudoin 1er de Jérusalem avait demandé à Geoffroy de Saint-Omer d'organiser la sécurisation des états latins. Geoffroy s'acquitta de cette tâche difficile en quelques années et, dès 1116 la milice des pauvres chevaliers du Christ existait en réunissant les deux fonctions de la société, religieuse et militaire. Cette milice ne sera reconnue qu'en 1129 lors du concile Troyes.

concile de troyes

L’origine des Templiers remonte donc à la première croisade en terre Sainte. Après la conquête de Jérusalem en 1099, certains chevaliers décident de rester sur place et fondent le royaume de Jérusalem, la principauté d'Antioche, le comté de Tripoli, et le comté d'Edesse avec pour objectifs, de sécuriser les chemeins de pélerinage, et de veiller sur le tombeau du Christ.

armement des templiers

les états latins


Résumons : en 1113 est créé l’Ordre des Hospitaliers , sa mission est d’assurer aux pèlerins chrétiens hébergements et soins.
Quelques années plus tard, deux chevaliers originaires du Nord de la France,
Hugues des Païens encore appellé Hugues de Payns
et
Geoffroy (Godefroi) de Saint-Omer
officialisent l’Ordre du Temple (Ordre composé de moines soldats catholiques sous la seule autorité du Pape) afin d’assurer la sécurité de ces mêmes pèlerins. L’ordre religieux militaire des Templiers voit ainsi le jour officiellement en 1118, avec la bénédiction du Pape. L’Ordre du Temple organise en Occident un important réseau de commanderies, comme celles du Larzac, destinées à financer l’effort de guerre en Terre Sainte.
Dès sa création, l’Ordre des Templiers bénéficie d’avantages matériels de toutes sortes ainsi que d’appuis considérables : celui de saint Bernard qui édicte sa règle, et celui du Pape Honorius II, qui lui permet d’être indépendant de la hiérarchie de l’Eglise.

saint Bernard Respectant les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, l’Ordre se développe rapidement en Occident. Les donations faites par les familles nobles, mais également le talent à faire fructifier les terres et les biens légués ou achetés confèrent à l’Ordre une grande prospérité.

templiers protecteurs des pélerins


A la fin du XIII ème siècle, les templiers trop peu nombreux en Terre Sainte perdent toutes les batailles face aux Musulmans. Tous les rois d'occident promettent des renforts aux Templiers pour garder les Etats Latins et tous trahissent leurs promesses. Il faut dire qu'ils sont tous plus occupés à défendre et agrandir leurs pays, qu'à engager des fortunes et des hommes pour défendre les Etats Latins qu'ils savent condamnés à plus ou moins longue échéance à cause de leur éloignement. Dès l'année 1250 les jeux sont faits, mais les Templiers résisteront néanmoins bravement, de 1250 à 1291 à 1 contre 10, mais en 1291 après la débâcle de Saint Jean d'Acre les survivants se replient sur Chypre puis la France.

armure des chevaliers du temple en 1140

armure des chevaliers du temple en 1230

armure des chevaliers du temple en 1300

A cette époque bien que défaits militairement en Terre Sainte, les Templiers sont extrêmement riches. En effet, les commanderies templières continuent de rapporter gros et il n'y a plus de dépenses à engager pour l'effort de guerre. Non seulement ils sont riches mais ils sont nombreux et organisés militairement, et pour couronner le tout ils n'ont de comptes à rendre qu'au Pape ! Le roi de France prendra d'abord ombrage de cette situation, puis il prendra peur face à une telle puissance qui n'a pas de compte à lui rendre.

la tour du temple de paris

Les Chevaliers du Temple exterminés par Philippe le Bel

C'est l'Etat dans l'Etat, dès lors sa cupidité sera sa seule conseillère et il se montrera déterminé à abattre ces Templiers pour récupérer leurs richesses. A Paris, à Londres et dans les commanderies, les Templiers gèrent les fonds royaux et privés qu’ils reçoivent en dépôt. Alors que les Cathares sont pourchassés dans le Sud de la France, les Templiers sont devenus les banquiers du royaume. La tour du Temple de Paris abrite même le trésor royal.
Le roi Philippe le Bel ourdira une machination destinée à détruire l'Ordre du Temple, il sera aidé en cela par un clergé revanchard qui était jaloux de cet Ordre prestigieux.

évolution des templiers

Ce clergé Français organise dès 1295 une campagne diffamatoire contre les Templiers, afin de forger dans l'opinion une image négative des Templiers, représentés comme des hommes arrogants et avares.
De son côté, Philippe le Bel, roi de France, qui désire s’approprier les richesses de l’Ordre et briser son indépendance use de son autorité pour isoler les Templiers. Le peuple qui avait une très bonne opinion des Templiers tant que ces derniers étaient les gendarmes des Etats Latins, finit par se désinterresser du sort de ces hommes qui ne sont plus ni moines ni soldats. Pendant dix longues années ce travail de sape portera ses fruits et en 1305, les rumeurs s’amplifient en accusant les Templiers de faits très graves : hérésie, idolâtrie et même, sodomie. Le vendredi 13 octobre 1307 eu lieu l’arrestation en masse des Templiers qui furent emprisonnés et jugés.
Cette opération fut la plus extraordinaire « OPERATION DE POLICE » de tous les temps.
Le procès dure près de sept ans et, sous les tortures prodiguées par les sbires de Guillaume de Nogaret, certains Chevaliers du Temple finissent par avouer les crimes qu'on leur impute. Les chevaliers qui ne cédent pas sont brulés vifs. Les bûchers seront légion dans tout le pays à partir de 1308.

chevaliers du temple  emprisonnés jugés brûlés vifs Sous la pression de Philippe le Bel, le pape Clément V (mis en place par le roi Philippe le Bel) émet le 02 mai 1312 la bulle Ad providam, signifiant la suppression de l'Ordre. Le 18 mars 1314, Jacques de Molay, emprisonné depuis octobre 1307 dans la prison du Temple, est conduit devant la cathédrale de Notre-Dame pour entendre le verdict du procès, en compagnie de Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, de Hugues de Payraud, visiteur général de l'Ordre, et de Geoffroy de Gonneville, Commandeur d'Aquitaine. La sentence des juges est la prison à vie. Mais Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay dans un sursaut d'orgueil haranguent la foule en disant que leurs aveux ont été volés, que les Templiers n'ont commis aucun crime et sont victimes d'une machination. Furieux Philippe le Bel ordonne leur condamnation au bûcher. Le lendemain 19 mars 1314, sur le bûcher dressé sur l'île aux Juifs, en face du Palais de la Cité, Jacques de Molay s'écrie : "Pape Clément ! Roi Philippe ! Avant un an, je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste chatîment ! Maudits ! Maudits ! soyez tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races !"

La malédiction du grand-maître jacques de molay La malédiction du grand-maître allait s'avérer :
Clément V meurt le 20 avril 1314 d'étouffement.
Philippe le Bel décède dans la nuit du 26 au 27 novembre 1314 d'un ictus cérébral.
Ses trois fils mourront dans les 12 années à venir, sans laisser de descendance mâle, mettant ainsi fin à la lignée des Capétiens directs.

C’est l’Ordre des Hospitaliers qui, finalement, hérita des biens Templiers. Sur le Larzac, ils prirent le relais de leurs « frères » Templiers, jusqu’à la révolution en 1789. Il convient de noter que les Hospitaliers qui avaient mesuré l'importance du danger que représentait le roi Philippe le Bel, s'étaient rangés du coté du roi dès l'année 1295 (contrairement aux Templiers qui ne reconnaissaient que le Pape). Les chevaliers du Temple avaient vécu cet épisode comme une trahison des Hospitaliers.

à la révolution Française un vent mauvais souffla sur les Hospitaliers

Avec l'avénement de la révolution Française un vent mauvais souffla sur les Hospitaliers, pour connaitre le sort que leur réservèrent les révolutionnaires cliquez ICI.

Les Chevaliers du Temple un Mythe encore vivace de nos jours

Dans la mémoire collective, ces chevaliers du Temple occupent toujours une place spéciale, en effet le Trésor des Templiers et le Secret des Templiers alimentent une littérature abondante, des recherches historiques et archéologiques permanentes en France et dans les autres pays Européens. Une multitude d'ouvrages est consacrée au trésor des Templiers , entre le Saint Graal, l’Arche d’Alliance ou encore le tombeau du Christ.

le Saint Graal

Arche d’Alliance

Tous ces ouvrages reposant plus ou moins sur des faits relatés par les premiers narrateurs des exploits des Templiers vers 1135. Nous savons que les Templiers ont retrouvé des choses très importantes lors de leurs fouilles (qui durérent 12 années entre 1104 et 1116) dans les sous sols de l'ancien Palais du roi Salomon ainsi que dans les fondations du Temple du roi Salomon. Bernard de Clairvaux fut le récipiendaire de ces trouvailles, sur ordre du Pape, il en confia une partie à Etienne Harding pour étude, puis les achemina au saint siège. Nous savons également que Bernard de Clairvaux exigea de la part des découvreurs (Geoffroy de Saint-Omer et ses hommes) le secret absolu sur ces découvertes. Mais la légende du convoi secret qui aurait quitté Paris quelques semaines avant leur arrestation, est celle qui aura fait couler le plus d’encre. Les chevaliers du temple se savaient menacés par Philippe le Bel dès 1295, dans ces conditions ils eurent tout le temps de préparer un repli en cas de danger imminent.
Nous savons que certains Templiers ont été prévenus de l’arrestation à venir, et qu’ils en ont profité pour fuir quelques jours avant le 13 Octobre 1307. La France de l'an 1307 n'était pas la France de nos jours, il convient de noter que tous les territoires à l'Est du Rhône n'étaient pas Français, les régions que nous connaissons aujourd'hui sous les noms de Lorraine Ardennes Alsace Franche-Comté n'étaient pas non plus Française. Beaucoup de chevaliers ont donc trouvé refuge dans ces territoires, mais d'autres se sont expatriés plus loin, en Angleterre en Ecosse au Portugal etc.
La France de l'an 1307 n'était pas la France de nos jours
Les archives et le trésor du Temple ont été mis à l'abri de la convoitise du Roi, dans des royaumes ou Philippe le Bel n'était pas le bienvenu. Au tout début d'Octobre 1307, nous savons qu'à la faveur d'une nuit pluvieuse un bataillon de templiers quitta la forteresse du temple de Paris, ce convoi se scinda rapidement en deux groupes :

    9 bateaux du Temple pour l’Angleterre via le port de Boulogne sur mer puis en longeant les côtes anglaises vers l’Écosse. Le roi anglais de l’époque, Édouard II, fut d’abord peu enclin à arrêter les Templiers. En effet, il lui faudra deux ans pour ordonner à ses officiers « d’arrêter tous les Templiers encore en liberté, et de les tenir sous bonne garde ». Le roi d’Écosse Robert le Bruce quant à lui recueillera les Templiers et, plus tard, ces derniers reconnaissant se battront à ses côtés contre le roi d'Angleterre.
     9 bateaux du Temple pour le Portugal via le port de la Rochelle.

Philippe le Bel ne trouvera pas le trésor et les archives du Temple et c'est pour cette raison que les dignitaires du temple seront très longuement emprisonnés ( de 1307 à 1314 ). Leur longue incarcération avait pour but de les faire parler afin qu'ils livrent les détails de la mise au secret de leurs trésors. Philippe le Bel en sera pour ses frais et il devra se contenter de faire disparaitre l'Ordre sans rien récupérer ou presque puisqu'il confiera les biens des templiers aux hospitaliers.
Jacques de Molay n'a jamais cru que le Pape abandonnerait le Temple qui n'avait rien à se reprocher. Mais le seul pouvoir du Pape était la menace d'excommunication envers les malfaisants et cela, les rois occidentaux l'avaient bien compris. Les rois d'occident depuis bien longtemps se moquaient éperduement d'être excommuniés car avec la féodalité ils ne devaient presque plus rien à la religion Catholique. Le Pape avait lui aussi compris que ce pouvoir d'excomminication ne servait plus à rien, le marché était limpide :
ou le Pape abandonnait les templiers a la vindicte du roi
ou le pape respectait la parole donnée aux templiers par la papauté en 1129 en les déclarant inocents
Dans le premier cas, le Pape conservait les Francs dans le giron de l'église, dans le second, il récupérait les chevaliers du temple mais perdait le royaume Franc. Le Pape choisit donc la survie de son église et abandonna les Templiers à leur triste sort.

※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※

sources :
(Archives du Vatican - interrogatoires menés par les notaires du Pape en 1308)
(Liste des Templiers fuyards - Bibliothèque Nationale de Paris)


croix archiépiscopale ou patriarcale,  emblème des  chapelains de l'Ordre du temple

Croix pattée huit pointes rentrées apparue dès 1118 attribuée aux chevaliers combattants

Pour ce qui concerne la croix pattée, symbole des templiers, elle est apparue vers l'année 1124, et c'est le Pape Eugène III qui donna définitivement ce symbole  aux chevaliers de l'Ordre en 1147.



retour en haut du site consacré aux chevaliers du temple