Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
        

Templiers - Commanderies anciennes

         



Retournez sur le plan des sujets traités sur le site    

Commanderies au XIII ème siécle

Commanderies existantes au XIII ème siècle par Département

(grâce à nos amis www.templiers.net)


Département 01                         cliquez sur la croix                      

Département 02                         cliquez sur la croix                      

Département 03                         cliquez sur la croix                      

Département 04                         cliquez sur la croix                      

Département 05                         cliquez sur la croix                      

Département 06                         cliquez sur la croix                      

Département 07                         cliquez sur la croix                      

Département 08                         cliquez sur la croix                      

Département 09                         cliquez sur la croix                      

Département 10                         cliquez sur la croix                      

Département 11                         cliquez sur la croix                      

Département 12                         cliquez sur la croix                      

Département 13                         cliquez sur la croix                      

Département 14                         cliquez sur la croix                      

Département 15                         cliquez sur la croix                      

Département 16                         cliquez sur la croix                      

Département 17                         cliquez sur la croix                      

Département 18                         cliquez sur la croix                      

Département 19                         cliquez sur la croix                      

Département 20                         cliquez sur la croix                      

Département 21                         cliquez sur la croix                      

Département 22                         cliquez sur la croix                      

Département 23                         cliquez sur la croix                      

Département 24                         cliquez sur la croix                      

Département 25                         cliquez sur la croix                      

Département 26                         cliquez sur la croix                      

Département 27                         cliquez sur la croix                      

Département 28                         cliquez sur la croix                      

Département 29                         cliquez sur la croix                      

Département 30                         cliquez sur la croix                      

Département 31                         cliquez sur la croix                      

Département 32                         cliquez sur la croix                      

Département 33                         cliquez sur la croix                      

Département 34                         cliquez sur la croix                      

Département 35                         cliquez sur la croix                      

Département 36                         cliquez sur la croix                      

Département 37                         cliquez sur la croix                      

Département 38                         cliquez sur la croix                      

Département 39                         cliquez sur la croix                      

Département 40                         cliquez sur la croix                      

Département 41                         cliquez sur la croix                      

Département 42                         cliquez sur la croix                      

Département 43                         cliquez sur la croix                      

Département 44                         cliquez sur la croix                      

Département 45                         cliquez sur la croix                      

Département 46                         cliquez sur la croix                      

Département 47                         cliquez sur la croix                      

Département 48                         cliquez sur la croix                      

Département 49                         cliquez sur la croix                      

Département 50                         cliquez sur la croix                      

Département 51                         cliquez sur la croix                      

Département 52                         cliquez sur la croix                      

Département 53                         cliquez sur la croix                      

Département 54                         cliquez sur la croix                      

Département 55                         cliquez sur la croix                      

Département 56                         cliquez sur la croix                      

Département 57                         cliquez sur la croix                      

Département 58                         cliquez sur la croix                      

Département 59                         cliquez sur la croix                      

Département 60                         cliquez sur la croix                      

Département 61                         cliquez sur la croix                      

Département 62                         cliquez sur la croix                      

Département 63                         cliquez sur la croix                      

Département 64                         cliquez sur la croix                      

Département 65                         cliquez sur la croix                      

Département 66                         cliquez sur la croix                      

Département 67                         cliquez sur la croix                      

Département 68                         cliquez sur la croix                      

Département 69                         cliquez sur la croix                      

Département 70                         cliquez sur la croix                      

Département 71                         cliquez sur la croix                      

Département 72                         cliquez sur la croix                      

Département 73                         cliquez sur la croix                      

Département 74                         cliquez sur la croix                      

Département 75                         cliquez sur la croix                      

Département 76                         cliquez sur la croix                      

Département 77                         cliquez sur la croix                      

Département 78                         cliquez sur la croix                      

Département 79                         cliquez sur la croix                      

Département 80                         cliquez sur la croix                      

Département 81                         cliquez sur la croix                      

Département 82                         cliquez sur la croix                      

Département 83                         cliquez sur la croix                      

Département 84                         cliquez sur la croix                      

Département 85                         cliquez sur la croix                      

Département 86                         cliquez sur la croix                      

Département 87                         cliquez sur la croix                      

Département 88                         cliquez sur la croix                      

Département 89                         cliquez sur la croix                      

Département 90                         cliquez sur la croix                      

Département 91                         cliquez sur la croix                      

Département 92                         cliquez sur la croix                      

Département 93                         cliquez sur la croix                      

Département 94                         cliquez sur la croix                      

Département 95                         cliquez sur la croix                      


Commanderies - existantes ou disparues

Restaurations de commanderies en cours

Histoire de la pierre à la coqueluche 26/10/2021(CRDMA)

- Une pierre de légende traverse la ville Templière de Moret en Gatinais, ses vertus mystérieuses furent constatées dès l'an 1630 !
lire la suite ....
La République de Seine-et-Marne Lundi 4 Octobre 2021


C’est un pan de l’histoire d’Écuelles qui est de retour au sein de la commune déléguée. En effet, dans le cadre des Journées du patrimoine, Claude-Clément Perrot, président du CRDMA (Centre de recherche et de documentation médiévales et archéologiques) de Saint-Mam-mès, a présenté au public et aux élus présents à la médiathèque trois chapiteaux (partie supé-rieure d’une colonne qui sert de transition entre le support et la chose portée, souvent une voûte) du milieu du XIIe siècle : fruit d’un travail qu’il a mené depuis plus de 50 ans.
lire la suite ...
Bulletin d'information CRDMA aout 2021


        ※ Une sépulture gallo-romaine à Moret par Claude-Clément Perrot
        ※ Lagerville et son église par Claude-Clément Perrot
        ※ Une lithographie d’Eugène Cicéri atteste la véracité ... par Claude-Clément Perrot
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Novembre 2020


        ※ Journées du Patrimoine 2020 à Moret-sur-Loing
        ※ Où se trouvait l’étang de Fourches ? par Claude-Clément Perrot
        ※ La tombe 7 et ses fosses dans la nef de la chapelle de Fourches par Claude-Clément Perrot
        ※ Robertus me fecit par Alain Jouaire
        ※ La croix du calvaire de Moret victime du vandalisme par Claude-Clément Perrot
        ※ Présence de céramique médiévale dans la commanderie des Templiers du Saussay à Ballancourt (Essonne) par Claude-Clément Perrot
        ※ Le four à pain de la commanderie de Fourches par Claude-Clément Perrot
        ※ Réflexion sur les établissements Templiers par Claude Brasse ()
        ※ Derniers travaux à la chapelle de Fourches
        ※ Redécouverte de la façade François Ier à Moret-sur-Loing Par Katy Peureau
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Mars 2020


        ※ Un document photographique inédit concernant le polissoir de Saint-Mammès
        ※ Le contexte archéologique de la tombe SE 23 exhumée dans le cimetière de la commanderie de Fourches
        ※ Quand nos ancêtres créaient parcs, promenades et plantations diverses
        ※ Galerie souterraine et puits sous la place Royale à Moret-sur-Loing
        ※ Un moulin à vent à Moret-surLoing
        ※ Une expédition téméraire à Flagy
        ※ Les vestiges d’une tour de l’enceinte urbaine de Moret identifiés dans l’ancienne quincaillerie QGM
        ※ Michel Arnould nous a quitté
        ※ Une célèbre photographe américaine à la chapelle de Fourches
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Octobre 2019


        ※ La passerelle de Moret par Jean-Claude Beauregard
        ※ Une Vierge allaitant sur un manche de cuillère mis au jour à la Commanderie de Fourches au Vaudoué par Gilbert-Robert Delahaye
        ※ Pour servir l’histoire, le souvenir du site archéologique de Saint-Nicaise par Claude-Clément Perrot
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Avril 2019


        ※ Une cave médiévale à l’ouest de la façade de l’église de Villemaréchal par Claude-Clément Perrot
        ※ Un soc d’araire mis au jour près de la chapelle de Fourches par Gilbert-Robert Delahaye
        ※ Une trace énigmatique sous le choeur de la chapelle de Fourches par Claude-Clément Perrot
        ※ Un chapelet mis au jour dans le contexte de la tombe 3 de lachapelle de Fourches par Claude-Clément Perrot
        ※ Hypothèse sur la provenance de la statue de la Vierge en majesté de l’église de Dormelles par Claude-Clément Perrot
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Octobre 2018


        ※ Une épée médiévale trouvée dans la Seine à Saint-Mammès par Claude-Clément Perrot
        ※ Des fragments de chapiteaux provenant de l’abbaye de la Joye à Saint-Pierre-les-Nemours par Claude-Clément Perrot
        ※ Le calvaire du parvis de l’église d’Ecuelles encore vandalisé est de nouveau restauré par le CRDMA par Claude-Clément Perrot
        ※ C’était il y a 900 ans : la fondation de l’Ordre du Temple
        ※ Vestige d’une église antérieure : la présence d’opus spicatum dans les murs de l’église d’Ecuelles par Claude-Clément Perrot
        ※ Quelques vestiges d’une cave médiévale rue de la Tannerie à Moret-sur-Loing par Claude-Clément Perrot
        ※ Moret-sur-Loing : belle mise en valeur de la façade de l’église et des maisons du Bon Saint-Jacques par Claude-Clément Perrot
        ※ La statue de sainte Anne éduquant la Vierge dans l’église de Moretsur-Loing par Katy Peureau
lire la suite ....
Patrimoine : chapelle le Vaudoué CRDMA Septembre 2018

Expo peinture musique chapelle de Fourches CRDMA Juin 2018

Bulletin d'information CRDMA Janvier 2018


        ※ Poursuite de l’étude du patrimoine souterrain de Moret-sur-Loing par Claude-Clément Perrot
        ※ Une colonne et un chapiteau du XIIe siècle à Moret-sur-Loing par Claude-Clément Perrot
        ※ Cave située au 32, rue de l’Eglise à Moret-sur-Loing par Claude-Clément Perrot
        ※ Jean de Tour (ou de la Tour) trésorier du Temple par Camille Desmoulins
        ※ Un élément d’architecture provenant de la ferme disparue de la Grande Chasse à Villemaréchal par Claude-Clément Perrot
        ※ Un lieu réservé pour les sépultures d’enfants dans le cimetière médiéval de Saint-Mammès par Claude-Clément Perrot
        ※ La nef de l’église de Flagy comportait deux portes latérales par Claude-Clément Perrot
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Juillet 2017


        ※ Un tronçon de cave médiévale mis au jour à Flagy
        ※ Une réserve souterraine médiévale à Mons-en-Montois
        ※ Une cave médiévale sous l’Ilot du Bon Saint-Jacques à Moret-sur-Loing
        ※ Une cave à deux niveaux décalés à Villemer
        ※ Moret-sur-Loing, autre exemple de galerie creusée dans le calaire
        ※ Journée du Patrioine de Pays à la chapelle de Fourches
lire la suite ....
Une délégation officielle Thailandaise à Fourches Juin 2017

Notre ami Claude-Clément Perrot nous fait parvenir ce jour 28/06/2017 un article paru dans l'Eclaireur du Gatinais.Une délégation officielle Thailandaise a visité le 01/ Juin 2017 les vestiges de la Commanderie Templière de Fourches.
Journée du Patrimoine de Pays Juin 2017 au Vaudoué

Notre ami Claude-Clément Perrot nous fait parvenir ce jour 21/06/2017 un article paru dans l'Eclaireur du Gatinais.La Compagnie Templière armée de la Villedieu a donné une representation dans les vestiges de la Commanderie Templière de Fourches.
Projection du film «Templiers en Seine-et-Marne» le 01/04/2017


        ※ Samedi 1er avril 2017 à 14 h 30, salle de la Sablonnière Larchant Projection du film «Les Templiers en Seine-et-Marne»
        ※ Suivie d’un débat animé par l’Association Culturelle de Larchant,et par Claude Clément Perrot (CRDMA de St Mammes)
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA Février 2017


        ※ Notes sur la fontaine de Fourches (Le Vaudoué) par Claude-Clément Perrot
        ※ Le service religieux et la vie dans la commanderie de Fourches au temps des Templiers par Claude-Clément Perrot
        ※ Le contexte de la découverte d’un élément de statuette médiévale dans le sol de l’église de Rampillon par Claude-Clément Perrot
        ※ Dégagement et nettoyage du site du calvaire dit « la croix cassée » à Ecuelles par Claude-Clément Perrot
        ※ Identification d’un élément d’architecture par Claude-Clément Perrot
        ※ Acte de vente de terres aux Templiers de Dormelles en 1266
        ※ Travaux de conservation d’une statue de l’église de Saint-Mammès par Claude-Clément Perrot
        ※ Les pots encensoirs liés à un usage funéraire découverts en 1889 dans l’ancienne commanderie de Fourches par Claude-Clément Perrot
        ※ Avancement des travaux à la chapelle de Fourches, au Vaudoué par Claude-Clément Perrot
lire la suite ....
Commanderie de Fourches Février 2017 (CRDMA)

Notre ami Claude-Clément Perrot nous fait parvenir ce jour 06/02/2017 une photo de la Commanderie de Fourches, dont l'existence mouvementée et sa rénovation compliquée nous a été brossé par lui meme dans les actualités ci dessous exposées. commanderie templière de fourches Nous en profitons pour saluer le travail de Claude-Clément Perrot Président du CRDMA qui travaille sans relache avec ses moyens modestes à la réfection de plusieurs batiments Templiers dans la région de Moret-sur-Loing.
Commanderie des Templiers de Coulommiers de nos jours

Le texte le plus ancien ayant trait à la Commanderie des Templiers de Coulommiers date de 1173 et mentionne une chapelle romane installée sur le Mont Billard, en ville haute. C’est sans étonnement que nous comprenons que les Templiers, ces moines-soldats dont l’ordre du Temple est fondé en 1128 pour assurer la protection des pèlerins en Terre Sainte, construisent en premier leur chapelle. Puis s’organisent autour d’une cour fermée et rectangulaire les divers bâtiments nécessaires à la vie quotidienne des Templiers et à leurs activités agricoles : la Commanderie de Coulommiers est une ferme, imposante et riche, servant également de lieu de transit pour les pèlerins et de lieu d’entrainement pour les moines-soldats. Faisons le tour de cette cour, pour découvrir les 800 ans de vie de la Commanderie. La Chapelle, au plan rectangulaire simple, présente une belle voûte gothique et plusieurs fresques mono et polychromes. Les quatre consoles d’angles sont ornées de visages les six consoles latérales proposent des décors floraux dont subsistent des traces de couleurs.
La salle du Chapitre, attenante à la chapelle, a une voûte d’arrêtes d’époque romane, en partie restaurée ; la travée du côté de la chapelle est d’origine. Ce côté Sud du site se prolonge par notre actuelle salle d’accueil et le Petit Logis (dont le programme de restauration prévoit sa transformation en bureau de l’association) mais présente surtout un bel exemple de colombier, aux 393 nichoirs ! Construit au XVIème siècle, il est l’œuvre des Hospitaliers, occupants des lieux quelques années après l’arrestation des Templiers en 1307 -ils modifieront également le Logis du Commandeur-. Ce logis présente une belle façade de pierres de taille blanches et de briques ainsi qu’une tour d’escalier, octogonale à sa base, devenant carrée en son sommet. Le logis est actuellement fermé à la visite : d’importants travaux de restauration sont à envisager pour redonner l’éclat à ses salles aux cloisons de colombages en bois et briques.
Le bâtiment Nord abrite les anciennes écuries de la Commanderie. Restauré dans les années 1980, il accueille aujourd’hui le centre de loisirs de la ville de Coulommiers. La grange ferme la cour de la Commanderie sur tout son côté Ouest : longue de 33 mètres, elle referme un superbe exemple de charpente du XVIème siècle.
Les deux bâtiments restant (côté Sud, dans la continuité du Petit Logis) sont appelés petite et grande charreterie : autrefois utilisées pour le stockage des outils agricoles, elles servent aujourd’hui aux activités pédagogiques de l’association : salle commune, cuisines et ateliers taille de pierre.
Le jardin d’inspiration médiévale, crée à partir des années 1990 propose un chemin de visite inspiré du Roman de la rose et des jardins monastiques médiévaux. Fleurs, légumes, plantes médicinales et arbres fruitiers anciens se regroupent autour d’une collection de plus de 250 espèces de végétaux afin d’appréhender au mieux la vie quotidienne du Moyen-âge : plantes à manger ou à soigner, plantes artisanales ou fleurs à bouquet sont là pour ravir vos sens.
Bénévoles au chevet de la commanderie de Coulommiers

Vers 1960, la nécessité d’abriter une population française « babyboumeuse » a conduit à de regrettables initiatives. À Coulommiers (77), on a évité d’un cheveu la catastrophe. C’est à la volonté opiniâtre d’amoureux d’histoire et de vieilles pierres que l’on doit de goûter encore le charme qui imprègne la commanderie. Cet ensemble de bâtiments qui tenaient à la fois de la ferme et du monastère encerclent une cour fermée. Les plus anciens remontent au Moyen Âge. Sans état d’âme, on programmait de raser des murs vieux de 800 ans, de bulldozériser la mieux conservée des trois commanderies restantes en Seine-et-Marne sur les 12 qui existaient au Moyen Âge. On planifiait de construire à sa place un ensemble d’habitations, empilage de bonne hauteur mais de bas coût. La Commanderie des Templiers de Coulommiers était loin d’être un cas isolé en France. Le patrimoine à l’abandon était assez répandu pour que la télévision de l’époque diffuse pendant plus de 10 ans une émission intitulée Chefs-d’œuvre en péril, un programme qui engendrera un prix, des livres, ainsi qu’un mouvement associatif de sauvegarde du patrimoine et d’éducation populaire nommé Rempart. Pour l’heure, c’est à des bénévoles regroupés au sein d’une association, Les Amis du musée du papier, qu’échoit l’entretien de la commanderie épargnée. Locataires de la mairie, ils souhaitent valoriser dans ces vieux murs l’industrie papetière, activité traditionnelle de la vallée du Morin.
Religieux et paysans
Pendant des années, ils consolident et protègent cet ensemble de bâtiments essentiellement composé de deux corps de logis encadrant une chapelle, et de communs. Le lieu a été fondé et occupé, dès le XIIe siècle, par des Templiers, cet ordre religieux et militaire dont les membres escortaient les pèlerins vers Jérusalem. Une autre congrégation, les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem leur a succédé jusqu’à la Révolution. Puis des paysans s’y sont installés, vivant dans l’inconfort jusqu’au milieu du XXe siècle. Ce sont des bâtiments au bord de la ruine que récupèrent Les Amis du musée du papier. En recherche perpétuelle de subsides, ils organisent de petits chantiers, ne respectant pas toujours des règles de l’art qu’ils maîtrisent mal. Au moins, ils préviennent des dégâts irréparables. Le mouvement associatif Rempart s’intéresse au projet et le soutient, mais l’entretien de la Commanderie est lourd. Au fil des années, les difficultés s’accumulent.
En mal de projets professionnels
La municipalité, qui avait restauré dans les années 1980 les anciennes écuries pour y installer le centre de loisirs de Coulommiers, finit par récupérer l’ensemble des bâtiments. Elle confie alors une mission de cogestion aux Amis du musée du papier, dont la passion pour le site n'a jamais flanchée, même s’il n’est plus question de musée du papier. Et Rempart est toujours présente, œuvrant pour que la commanderie soit désormais un site dédié à l’éducation au patrimoine avec des visites et des conférences, ou à la découverte des métiers du patrimoine. Ce dernier point se conjugue avec l’insertion. L’association s’est rapprochée de la mission locale pour rencontrer des jeunes en mal de projets professionnels et les inviter à des journées de découverte de métiers liés à la réhabilitation ou à l’entretien du patrimoine : taille de pierre, maçonnerie, aménagements paysagers. On les encourage à participer à des chantiers bénévoles, où ils sont encadrés par des professionnels intervenant dans le cadre d’un partenariat avec Les Compagnons du Tour de France de Paris-Île-de-France à Saint-Thibault-des-Vignes (77). Il y a ici de quoi s'étonner des charpentes monumentales ou du très beau pigeonnier
La motivation pour seul prérequis

A partir de l'automne prochain, 12 jeunes âgés de 16 à 25 ans découvriront en six mois les métiers de la maçonnerie, de la peinture et de la plomberie. « Nous prévoyons un suivi technique mais aussi social, explique Florence Durieux, déléguée régionale de Rempart. Les jeunes sont acceptés sans autre prérequis que la motivation. Ceux que nous rencontrons à la Mission locale ne connaissent généralement pas la Commanderie. Ce projet “patrimoine et insertion” permet de travailler avec des locaux qui souvent ignorent qui nous sommes, et d’occuper le site à l’année. » En été, la commanderie est aussi le théâtre de chantiers internationaux. Début juillet, elle accueillait pour 15 jours 15 bénévoles, dont quatre filles. « J’essaie d’organiser la parité, mais là, je n’ai pas réussi », s’amuse Angeline Martin, de Rempart. Il y a deux Espagnols, un Italien, un Belge et les autres viennent de différents endroits en France. Trois ou quatre places sont réservées à des jeunes envoyés là par les services de l’aide sociale à l’enfance. Les autres paient 400 euros pour les 15 jours du chantier.
Cinq langues et demi

Dans un coin du jardin d’inspiration médiévale, créé dans les années 1990, une partie du groupe tresse des brins d'osier dans un atelier de plessis. Meritxell, 16 ans, jeune espagnole venue de Valence, a eu connaissance de ce chantier en cherchant sur Internet. « C’est des gens qui ont besoin d’aide. J’aime l’architecture, les châteaux, et Coulommiers est à côté de Paris. J’ai pensé que c’était une bonne idée de venir ici. Il y a une très bonne ambiance et on me prépare de la nourriture pour moi parce que je suis demi-végétarienne (elle mange du poisson et du poulet). » En première au lycée allemand de Valence, elle parle « cinq langues et demi » et se destine à la diplomatie. Après Coulommiers, elle va travailler un mois dans une ferme en Suisse alémanique. À une cinquantaine de mètres, d’autres ados remontent le mur d’enceinte de la commanderie. Robin a 14 ans et vient de Fontenay-sous-Bois (94). Il est là sur une idée de sa mère. « Elle avait fait ça quand elle était jeune. Moi au début, j’étais un peu sceptique mais je me suis rendu compte que c’était cool. Avec les pierres, c’est un peu dur mais ça va. » Il a aussi jardiné et participé à la préparation des repas et au ménage. « Et ça, c’est pas une partie de plaisir, assure-t-il sans rire. La vaisselle, c’est pas trop mon truc mais, bon, je l’ai faite quand même. » On dirait qu’il n’a pas tout à fait digéré d’avoir dû en passer par les tâches ménagères et quand on lui demande s’il renouvellera l’expérience du chantier, il n’hésite pas : « Une fois, ça va ! »
Les jeunes nous rajeunissent
C’est le troisième chantier de bénévoles sur lequel travaille Yannick Li-Ah-Kane. Ce tailleur de pierre et formateur de 36 ans vient de Normandie. La semaine précédente, il encadrait des détenus. Il apprécie ici la compagnie des jeunes. « Ils sont dynamiques, ça nous rajeunit. Certains étaient venus pour le jardinage, on leur fait découvrir la maçonnerie et la taille de pierre. On croit que c’est simple de monter un mur… Mais ce que les jeunes découvrent et apprécient, c’est que ça va vite et que ça durera 200 ans. » C’est un peu de mauvaise grâce que Kevin, 16 ans, est venu ici. Il vit dans une famille d’accueil à Vigneux-sur-Seine (91). « On m’a proposé plusieurs chantiers. J’avais pas trop envie de venir mais on est obligé. » Finalement, il n’est pas mécontent. « On découvre plein de choses, c’est pas comme quand on est chez nous. Les animateurs sont cool. » L’an prochain, il intègre un centre de formation d'apprentis pour apprendre la peinture en bâtiment. Il connaît déjà son futur patron qui fait aussi de la maçonnerie. « mais avec des parpaings et du ciment, pas comme ici. C’est intéressant de savoir comment faisaient les gens avant », estime le futur apprenti. Au milieu de ces murailles dont l’origine dépasse son imagination, il profite de ses dernières semaines avant de rejoindre le monde du travail.
Histoire du leg de Geoffroy d'Arcy 2016(CRDMA)

- Dernières volontés d'un homme qui se rapprocha des Templiers à la fin de sa vie et qui fit des donnations à l'Ordre
Chapelle des Templiers de Fourches 18/06/2016 (Le Vaudoué).

- Les chevaliers du Temple ont toujours fasciné et fascinent encore. On leur attribue, secrets, trésor et malédiction, mais en fait, en dehors des chapelles qui subsistent encore çà et là, on possède peu d’objets leur ayant appartenu. C’est pourquoi, le 18 juin 2016, le Centre de Recherche et de Documentation Médiévales et Archéologiques de Saint-Mammès à présenté dans la chapelle de Fourches, une collection unique d’objets issus de la vaisselle de ces moines soldats. Ces objets ont pour certains été mis au jour lors des campagnes de fouilles du CRDMA, dans les années 1980-1990, mais c’est surtout la collecte de milliers de tessons de céramique qui permet de les présenter. Pendant longtemps, le travail de reconstitution a paru quasiment impossible, en raison de la dispersion et de la fragmentation des tessons mis au jour, cependant afin de pouvoir étudier ces formes archéologiques, un travail considérable de reconstitution a été réalisé au cours de ces deux dernières années, ce travail à permis au public d’admirer des éléments de la vaisselle utilisée dans la commanderie de Fourches aux XIIème et XIIIème siècles.
chapelle-de-fourches C'est sous un ciel mitigé que s'est déroulée cette exposition éphémère, hors du commun, pour les passionnés d'Archéologie et des chevaliers de l'ordre du Temple. Située en zone boisée protégée, sur le parcours du GR1, la chapelle de Fourches, propriété du CRDMA, fût, le temps d'une après-midi, le siège d'un salon d'exposition d'objets d'art populaire, ayant appartenu aux Templiers. Une trentaine d'objets, pichets, marmites, coquemars, oules à lèvres, tasses polylobées, cuillères en métal, couteau, et raclette à pétrin représentaient pour l'essentiel, la vaisselle de ces moines soldats. Parmi ces objets, Des poteries funéraires (XIIIème siècle) ont été retrouvées lors de fouilles de tombes autour de la chapelle. Ces pichets sont caractéristiques par leur couleur (mélange de terre rouge et de silice de la forêt de Fontainebleau) par leur finesse (inégalable aujourd'hui même avec les techniques modernes) par leur anse (dont certaines possèdent des marques de pouce ou de croix), et par les trous effectués au couteau dans la partie basse de la poterie, qui servaient à mettre du charbon de bois incandescent avec de l'encens, couvrant l'odeur désagréable de la personne décédée. A la fin de la cérémonie, ils étaient enfouis dans la tombe, avec le défunt.

Lire la suite ....
Histoire de la pierre à la coqueluche 29/06/2016(CRDMA)

- Une pierre de légende traverse la ville Templière de Moret en Gatinais, ses vertus mystérieuses furent constatées dès l'an 1630 !
lire la suite ....
Le trésor des Templiers à Moret 14/08/2016(LA REPUBLIQUE)

- L’un des plus grands mystères de notre histoire, le Trésor des Templiers, attise toujours la curiosité. Saviez-vous qu’une partie (certes infime) fut détenue à Moret ?
lire la suite ....
La Commanderie des Templiers de Figeac 14/08/2016(LA DEPECHE)

- La Commanderie des Templiers au cœur du vieux Figeac est un édifice incontournable pour les amateurs d'architecture ancienne. Bâtiment des servants, salle des gardes, chapelle, salle capitulaire, dortoir des chevaliers et appartement du commandeur, autant de pièces chargées d'histoire que vous pouvez visiter à la Commanderie des Templiers.
lire la suite ....
Bulletin d'information CRDMA octobre 2016


        ※ Exposition éphémère : « la vaisselle des Templiers ».par Claude-Clément Perrot
        ※ Une pierre à légende à Ecuelles : « la pierre à la coqueluche ». par Claude-Clément Perrot
        ※ Le départ du dernier ermite de la chapelle de Fourches au Vaudoué par Claude-Clément Perrot
        ※ Une curieuse structure funéraire dans le cimetière qui accompagnait l’église de Saint-Mammès par Claude-Clément Perrot
        ※ Lorrez-le-Bocage : Qu’est devenu ce calvaire ? par Claude-Clément Perrot
        ※ Des fragments de sarcophages mérovingiens remployés dans la façade occidentale de l’église de Saint-Mammès par Claude-Clément Perrot
        ※ Ce panneau de sarcophage se trouve-t-il encore dans notre région ? par Claude-Clément Perrot
        ※ Dégagement du calvaire « la croix rouge » à Moret Loing et Orvanne par Claude-Clément Perrot
        ※ Quel avenir pour les statues du portail occidental de l’église de Moret ? par Katy Peureau
lire la suite ....
Commanderie de la Romagne novembre 2016

Commanderie de la Romagne
Aux confins des trois provinces de Bourgogne de Champagne et de Franche-Comté elle fut l'une des plus riches du royaume.
Commanderie d'Epailly novembre 2016

Commanderie d'Epailly
Créé en 1200 en Cote d'Or par les Templiers elle est encore de nos jours en très bon état, à l'écart du village de Courban.
Actualités Archéologiques Moret-sur-Loing 2015(CRDMA)

- Fourches-en-Gatinais, la plus ancienne des chapelles Templières de Seine-et-Marne est un vestige authentique et romantique en marge du massif de Fontainebleau. Devenue depuis peu, la propriété de notre association, c’est un honneur, mais aussi une charge, que nous devrons continuer à assumer… mais ces prises de vues ne sont-elles pas motivantes ?
- Calvaire à Ecuelles
- Le véritable emplacement de la commanderie de Dormelles
- Mise en place d’une croix de fer forgé dans la commanderie de Fourches
- Travaux à la commanderie de Fourches
- Que sont devenus les fragments d’architecture provenant de la commanderie de Beauvais-en-Gatinais à Grez-sur-Loing ?
Vierge de dévotion "Notre-Dame de Fourches" 2014(CRDMA)

Pour servir l'histoire : la Vierge de Fourches dédiée aux Templiers a été bénie en mai 2014.

Le 12 mai 1312, l’archevêque de Sens, Philippe de Marigny, tout dévoué au roi Philippe le Bel, fait condamner et envoie au bûcher cinquante-quatre Templiers du diocèse de Sens. Les condamnés sont transportés en charrettes hors de Paris près de la porte Saint-Antoine. Là, des flammes les attendaient. Tous dirent qu’ils étaient mis à mort sans cause et de façon injuste. Aucun d’eux ne reconnut les crimes qui leurs étaient imputés. Parmi ces vénérables victimes, Pierre de Cormeilles, précepteur de Savigny-le-Temple : nous le trouvons à Fourches en 1284, lors de la réception d’un nouveau frère en la chapelle. Bien qu’ils ne soient sans doute pas venus à Fourches, nous citerons pierre de Bologne (vraisemblablement instruit en droit), Renaud de Provins ainsi que Bertrand de Sartiges et Guillaume de Chambonnet qui furent présentés par leur frères comme défenseurs de l’ordre. Peu de temps après, les deux premiers disparurent, sans doute assassinés. Puis d’autres bûchers et d’autres disparitions suivirent. Il n’est pas question pour nous d’écrire une nouvelle fois l’histoire de l’ordre des Templiers, de grands historiens l’ont déjà fait, mais nous avons pensé qu’il était nécessaire de couper l’herbe sous les pieds des marchands de mystères et de trésors. Innocents des absurdités qu’on lui reproche, l’ordre l’était sûrement, même si certaines des accusations portées tiennent au comportement de quelques individus. D’ailleurs sous le règne du même roi, d’autres furent accusés de sorcellerie et d’irreligion. Les Hospitaliers de Saint-Jean eux même se virent reprocher les mêmes défauts. Quant aux accusateurs, devant le tribunal de la postérité, nous voyons un faux témoin, Esquieu de Floyran, ainsi qu’un Nogaret, un Playsian, un Marigny et bien d’autres, serviteurs peu scrupuleux d’une monarchie absolue et centralisée naissante. Notre-Dame de Fourches Faire disparaître le Temple, c’était bien sûr essayer de mettre la main sur ses biens mais aussi faire disparaître un outil potentiel de la papauté et ceux qui manipulèrent ce procès en étaient parfaitement conscients. En montant aux ruines de Fourches, nul n’est besoin de s’armer d’un ésotérisme de pacotille, c’est au mémorial des victimes d’un procès politique que l’on se rend. Mais n’y voyons pas que cela, Fourches, c’est aussi ce que l’on appelle maintenant « le patrimoine ». Ici, la chapelle templière attend et espère qu’inlassablement on la protègera au cours des siècles qui passent.
Les Templiers en Bretagne au Moyen Âge : Philippe Josserand 2012

Près de deux siècles d’histoire
- L’établissement des Templiers en Bretagne
- Un accueil favorable au sein du duché
- Un développement tronqué par le procès
Une forte implantation régionale
- La difficulté d’une pesée globale
- Des établissements entre ville et campagne
- L’organisation locale de l’ordre
Traces et mémoires templières
- Le labyrinthe des traditions locales
- La modestie du bâti conservé
- De l’utilité d’une histoire fondée sur l’écrit
Actualités Archéologiques Moret-sur-Loing 2011(CRDMA)

- La croix de chapelet de la sépulture (XVIIe siècle)
- Acte de vente d'Anseau de Dormelles aux Templiers
- Au sujet de la racle de Saint-Mammès
- La pierre polie-aiguisoir énigmatique trouvée à Saint-Mammès, bientôt mise en valeur
- Les travaux à la « petite arche » de Villecerf se poursuivent...
Cave médievale de Mondreville 2002 (CRDMA)

- Située sur le territoire de la commune de Mondreville, non loin de Château-Landon , la Curée était un fief noble qui consistait en une maison à usage de ferme, entourée de fossés avec chapell e et 200 arpents de terre environ, sur le chemin de Sceaux à Arville. Il ne nous a pas été possible de déterminer si à son origine, cet établissement avait appartenu aux Templiers ou aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ce qui est certain, c'est que La Curée avait appartenu à la Commanderie d'Étampes (qui ne semble pas avoir appartenu aux Hospitaliers avant 1310)
lire la suite ...
Régine Pernoud (historienne médiéviste) 1998 (CRDMA)

- En avril 1998, la célèbre historienne médiéviste nous quittait. Née en 1909, originaire de Provence, Docteur ès lettres, ancienne élève de l'École des Chartes et de l'École du Louvre, Conservateur du Musée de Reims, Conservateur aux Archives Nationales, Conservateur du Musée Jeanne d'Arc d'Orléans, Docteur honoris causa des universités de Rio de Janeiro et de Paxton, Massachusetts, Régine Pernoud restera celle qui pour la première fois nous rendra le Moyen âge plus proche, avec cette qualité peu fréquente « transmettre dans un langage clair » le fruit de recherches difficiles. Ses dizaines d'ouvrages, qu'ils soient travaux d'érudition, synthèses, biographies, tous ~c rits d'une plume alerte et captivante, font sortir de l'ombre une société médiévale ou le profane et le sacré sont mêlés, où la médecine, les arts, la scien ce, la littérature le commerce sont bien présents, où l'hygiène est plus développé qu'à l'époque de Louis XIV, ou les qualités féminines peuvent s'épanouir. La France s'y embellit aussi des plus beaux joyaux d'architecture, rehaussés de sculptures et de verrières. Régine Pernoud écrit beaucoup pour les femmes, citons Aliénor d'Aquitaine, Blanche de Castille, Christine de Pisan et Hildegarde de Bingen.
Elle avait dès sa fondation appartenu au mouvement « Caritas Christi ».
lire la suite ....
Cave de la Commanderie de Beauvais en Gatinais 1990 (CRDMA)

- L'objectif principal du sauvetage de la cave de la commandeie de Beauvais-en-Gâtinais est d'ordre monumental. Située à Grez-sur-Loing, sur une parcelle appartenant à un organisme d'Etat, l'Office National des Forêts, cette construction médiévale prendre place dès la fin des travaux dans le patrimoine architectural du département. Elle sera une des rares caves médiévales de la région à pouvoir être présentée au public. Ainsi aura-t-elle échappée à la destruction qui réduisit à néant voici quelques années les belles caves voûtées d'ogives établies sous la butté du Châtelet à Nemours. Quant aux bois de la Commanderie dont presqué plus rien ne justifiait l'appellation, ils verront leur nom reprendre toute sa signification au travers de ce vestige templier, seul souvenir palpable d'un des plus importants établissements féodaux de la contrée.
- Le second objectif à atteindre est d'ordre archéologique : il s'agit par la recherche de cerner le mieux possible l'histoire événementielle du lieu, d'en comprendre le rôle, et d'en tirer les enseignements fournis par le matériel archéologique mis au jour. Le mode de construction, les structures architecturales, le plan feront aussi l'objet d'une étude. Fidèle à une tradition vieille de plus de vingt ans maintenant, le Centre de Recherche et de Documentation Médiévale et Archéologique (C.R.D.M.A.), de SaintMammès, lie de nouveau ensemble ses travaux de fouilles et de restaurations.
Lire la suite ....
Site Templier & Hospitalier de la Cavalerie

La réhabilitation de ses remparts du XVème siècle, a valu à la commune de La Cavalerie d'obtenir en 2009, le premier prix national des Rubans du Patrimoine et la Marianne d'Or. Ce village du circuit Larzac Templier et Hospitalier mérite le détour : enceinte fortifiée et sa porte imposante, maisons du XVIIIème siècle, hôtels du XVIIème siècle, église du XVIIIème siècle se dévoilent au fil des vieilles ruelles. Située à côté de l'antique voie de passage traversant du nord au sud le plateau et unissant ainsi l'Orient à l'Occident à partir des ports de la Méditerranée, La Cavalerie trouve sa vocation dans les terres cultivables de la plaine du Temple et les parcours immenses qui l'entourent. Le village des Hospitaliers existe toujours mais il ne s'offre pas au premier coup d'oeil. Le visiteur averti saura le découvrir avec toutes ses richesses : enceinte fortifiée et sa porte imposante, maisons du XVIIIème siècle, hôtels du XVIIème siècle. Dans l'étonnante église du XVIIIème siècle dont l'intérieur ressemble à celui des bergeries voûtées, les vestiges de l'église des Templiers sont pieusement conservés. Le chemin de ronde est accessible à la visite sur 220 mètres.
La Couvertoirade village au milieu des Causses

Dès l’approche du village en plein cœur du Causse du Larzac on est surpris par les deux tours surgissant d’un chaos rocheux. Pénétrez par l’ancienne porte fortifiée, c’est un méandre de ruelles, de petits passages couverts et de maisons du XVème siècle qui vous attendent. Montez sur le chemin de ronde des remparts et vous dominerez le village classé et admirerez la nature environnante exceptionnellement bien préservée. Echoppes et boutiques artisanales animent le village.
On accède par un escalier taillé dans la roche à l’église Saint-Christophe. Construite en partie par les templiers puis par les hospitaliers, elle possède des vitraux contemporains qui seront vous surprendre : signés par le maître verrier Claude Baillon, ils ont la particularité d’être figuratifs, chose rare pour des vitraux contemporains.
Le moulin à vent de la colline du Rédounel est l’unique moulin à vent restauré de l’Aveyron. En montant cette colline, on découvre une belle vue d’ensemble de La Couvertoirade. Le four banal du village templier, longtemps à l’abandon est aujourd’hui également restauré et remis en fonction. Vous pourrez y déguster du pain, des fouaces et autres spécialités locales. Il arrive même parfois qu'il se transforme en « théâtre de poche »...
À voir aussi dans ce village :
Le don de l’eau qui permettait aux habitants de La Couvertoirade d'offrir de l'eau potable aux visiteurs,
le cimetière et ses stèles discoïdales,
la lavogne, mare naturelle empierrée,
le seul château templier de France.
commanderie de la couvertoirade

Site Templier Saint-Jean d'Alcas

Très beau village fortifié, surprenant par son harmonieuse régularité, Saint-Jean d'Alcas est encadré par quatre tours d'angle qui cernent deux uniques rues parallèles bordées de petites maisons quasi-identiques. Le village appartenait aux cisterciennes de Nonenque.
Site Templier Sainte-Eulalie-de-Cernon

Sainte-Eulalie, commanderie médiévale préservée, abrite une église templière donnant sur une charmante place agrémentée d'une fontaine. La commanderie elle-même et les ruelles étroites du village sont encadrées par les remparts fortifiés et les tours érigées par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
commanderie de Sainte-Eulalie-de-Cernon

Site Templier Le Viala-du-Pas-de-Jaux

Vivante illustration de la vocation agropastorale du plateau du Larzac, la Tour du Viala-du-Pas-de-Jaux a été construite au XVe siècle, à côté des anciens bâtiments des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, pour sécuriser les habitants, leurs biens et leurs animaux. De gros travaux de restauration sont en cours pour la réhabilitation de ce patrimoine.
Site Templier de la Villedieu

Aucun document ne permet de dater précisément sa création. On sait néanmoins que Gui II, seigneur de Chevreuse de 1149 à 1182, fait don aux Templiers d’une maison à La Villedieu. Certains voient dans cette donation l’acte de fondation de la commanderie. Toutefois, il faut attendre 1206 pour qu’apparaisse dans les archives la "Maison Templière de La Villedieu" (dans un acte mentionnant une transaction entre l’Abbaye de Saint-Denis et les Templiers). On évalue la superficie des possessions acquises par les Templiers à La Villedieu à environ 300 arpents de terre (un peu plus de 102 hectares) et 110 arpents de bois (près de 38 hectares). Cela fait du site une commanderie de taille moyenne, ce qui ne l'empêche pas d'être à l’époque un acteur local important en termes d’influence et de vie économique. Après la dissolution en 1312 de l’Ordre du Temple, ses biens sont transférés à une autre organisation religieuse qui trouve elle aussi son origine dans l’aide aux pèlerins en Terre Sainte : l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. La Commanderie de La Villedieu est alors placée sous l’autorité de la Commanderie Hospitalière de LouviersVaumion (dépendant aujourd’hui de la localité du Vaumion dans le Val d’Oise). Les nouveaux propriétaires se préoccupent visiblement peu de l’entretien des bâtiments. La situation s’aggrave avec les ravages causés par la Guerre de Cent Ans (1337-1453). À la fin de celle-ci, les bâtiments se trouvent dans un état de délabrement tel (seuls la chapelle et le bâtiment des Gardes sont encore debout) que la gestion du site est confiée directement à l’Hôpital Saint-Jean de Latran à Paris. À partir du début du XVIème siècle, le domaine est loué à des fermiers qui l’exploitent. Il est vendu comme bien national pendant la Révolution française.
Commanderie de Flechinelle dans le Pas de Calais

ferme-templiere-flechinelle
Cette commanderie a été restaurée par ses propriétaires qui l'ont transformé en hôtel. Cette Ferme des Templiers de Fléchinelle fut construite au XV ème siècle sur les ruines d'une Commanderie datant du Moyen Age, à cette époque la noblesse sans droits seigneuriaux, ne pouvait élever que des bâtiments défensifs de ce type. A l'époque où l'Artois appartenait à Charles Quint, elle fut détruite au XVI ème siècle par la garnison française de Thérouanne. Elle a fait partie d'un vaste domaine agricole appartenant à la famille de Fléchin jusqu'à la révolution. Elle fut reconstruite au XIX ème siècle par la famille de Solminihac.



Ce que vous ne savez sans doute pas au sujet des relations entre Templiers et Hospitaliers

En 1307, date de l'arrestation en France des Templiers, il y avait 9000 Commanderies. Si le roi Philippe le Bel s'est approprié les trésors des Templiers, ce sont les Hospitaliers qui firent "main basse" sur le parc immobilier de l'Ordre du Temple.
Les Hospitaliers survécurent aux Templiers grâce à leur faculté d'adaptation, ils perçurent dès 1291 que leur salut passait par une allégeance au roi de France et un reniement de la Papauté. Les hospitaliers seront successivement chevaliers de Chypre, chevaliers de Rhodes et enfin chevaliers de Malte.
Mais en 1789 un vent mauvais souffla sur les Hospitaliers. Contrairement aux idées reçues Maximilien Robespierre croyait en Dieu, il était seulement dégouté par le comportement d'un grand nombre d'écclésiastiques. Il avait beaucoup étudié l'histoire et n'aimait pas les Hospitaliers il leur préférait les Templiers, qui étaient à ses yeux des hommes intégres injustement traités par la Royauté et le clergé Français. Augustin le jeune frère de Maximilien était ami avec le jeune lieutenant Bonaparte qu'il contribua à promouvoir Général à la suite du siège victorieux de Toulon contre les Anglais. Les deux hommes s'estimaient beaucoup et Augustin plaida entre autres la cause des Templiers auprès de son ami Bonaparte entre 1793 et 1794 quand il était représentant de la Nation en mission pour l'armée ( celle du sud de la France et d'Italie ). Bonaparte comme les frères Robespierre considérera les Hospitaliers comme des traitres et des spoliateurs de l'Ordre du Temple. En 1798 Bonaparte se lance dans la campagne d'Egypte, mais, le 12 Juin il s'arrete à Malte pour corriger les erreurs de l'histoire. Les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem remettent (sans combattre) à l’armée française la ville et les forts de la Valette.

à la révolution Française un vent mauvais souffla sur les Hospitaliers

Ils renoncent aussi en faveur de la première République Française, aux droits de propriété qu’ils ont sur cette ville et sur les îles de Malte, de Gozzo et de Cumino. L'Ordre qui s'était placé sous la protection de Paul Ier de Russie après son banissement par Bonaparte, voit une majorité de ses chevaliers s'exiler à Saint-Pétersbourg où ils élisent le tzar comme grand maître en 1798. Mais avec l'abdication du grand-maître Ferdinand de Hompesch en 1799 et la mort de Paul Ier en 1801, s'ouvre pour l'Ordre des Hospitaliers une période noire qui ira jusqu'à son éclatement en ordres concurrents. En plus des ordres historiques issus de la scission protestante comme le très vénérable ordre de Saint-Jean, son principal successeur catholique est l'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte (fondé officiellement en 1961).

De plus, Bonaparte qui avait conservé toute son admiration pour les frères Robespierre, accordera en 1804 une pension à vie à leur soeur (Charlotte) qui vivait cachée et dans le plus grand dénument depuis que ses deux frères avaient été décapités en 1794 . Il convient de noter que Bonaparte oeuvrera au renouveau du Templarisme dès 1804, et ses successeurs ( Louis XVIII, Charles X, Louis Philippe ) lui emboiteront le pas .




retour en haut du site consacré aux Templiers