emblème TEMPLIER|Les  Templiers ont adopté ce symbole dès leur fondation en 1128 au concile de Troyes. Cette croix est également le symbole des croisés ou des croisades. Pense à ton but en soldat emblème TEMPLIER|Les  Templiers ont adopté ce symbole dès leur fondation en 1128 au concile de Troyes. Cette croix est également le symbole des croisés ou des croisades.
              emblème TEMPLIER|Les  Templiers ont adopté ce symbole dès leur fondation en 1128 au concile de Troyes. Cette croix est également le symbole des croisés ou des croisades. Pense à ta fin en chrétien emblème TEMPLIER|Les  Templiers ont adopté ce symbole dès leur fondation en 1128 au concile de Troyes. Cette croix est également le symbole des croisés ou des croisades.

Non Nobis Domine Non Nobis Sed Nomini Tuo Da Gloriam .
Pas En Notre Nom Seigneur , Pas En Notre Nom , Mais Au Nom De Ta Gloire.
Le chevalier d’hier s’est battu pour défendre les lieux saints et combattre « les forces obscures » dont parle Saint Bernard de Clairvaux. Ils (les Templiers) vivent sans avoir rien en propre, pas même leur volonté. Vêtus simplement et couverts de poussière, ils ont le visage brûlé par le soleil , le regard fier et sévère à l'approche du combat , ils s'arment de la foi au dedans et du fer au dehors leurs armes sont leur unique parure : ils s'en servent avec le plus grand courage dans les périls, sans craindre ni le nombre ni la force des barbares toute leur confiance est dans le Dieu des armées, et , en combattant pour sa cause , ils cherchent une victoire certaine ou une mort sainte et glorieuse (...) Le chevalier du Christ donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore. S'il meurt , c'est pour son bien , s’il tue , c'est pour le Christ… (ainsi parlait Bernard de Clairvaux)
Investis d'une mission les templiers allaient jusqu'au bout de leur dévouement , la mort n'étant plus un frein mais le sens profond de leur engagement.
Le combat que mène le Chevalier d’aujourd’hui est celui de la Claire Conscience de l’Esprit , et des grands principes humanitaires , Liberté , Egalité , Fraternité sans lesquels aucun groupe humain ne peut véritablement progresser. Il les enrichit de la Spiritualité. Il est d’abord un défenseur de l’Eternel Divin et n’oublie pas que les Chevaliers de l’Ordre du Temple ont donné leur vie pour que cet Idéal perdure à travers les siècles.



La devise des Templiers (voir le sceau ci-contre à gauche) exprime la double identité des moines-chevaliers : Memento finis : Pense à ta fin , en chrétien... et Pense à ton but en soldat.
Ses forteresses à l'architecture puissante et efficace , comme Mont-Thabor , ont marqué durablement le paysage de la Palestine. Ses commanderies (plus de 9000 en 1307) destinées au recrutement des nouveaux chevaliers et à l'hébergement des invalides , ont couvert l'Europe.


À Cressac , au sud d'Angoulême , nous pouvons encore voir la chapelle de la commanderie du Dognon et ses émouvantes peintures murales qui racontent la première croisade.



Organisation Templière

L'organisation et le fonctionnement de l'Ordre sont décrits en détail dans la Règle Initiale et ses Retraits ( articles ajoutés de 1250 à 1300 ).
Géographiquement , l'Ordre du Temple était divisé en provinces dont le nombre a varié au fil du temps. Les historiens d'aujourd'hui s'accordent à reconnaitre 21 provinces , à savoir :
France , Poitou , Auvergne , Provence , Bourgogne , Portugal , Castille , Aragon , Valence , Sicile et les Pouilles , Rome , Toscane et Lombardie , Angleterre , Allemagne , Hongrie , Pologne et Tchéquie , Jerusalem , Tripoli , Antioche , Chypre , Arménie .
La structure hiérarchique de l'Ordre se composait comme suit :
Le Maître : son rôle et son pouvoir sont restreints. Il est la figure de proue de l'Ordre , mais il ne peut rien faire seul. Il a un rôle de représentation et se contente de signer les documents qui lui sont soumis par le chapitre général. C'est au cours des réunions du chapitre général que le maître et les membres du chapitres décident de tout ce qui concerne l'Ordre. Toute décision doit être approuvée par l'ensemble du conseil. Il est élu par un conseil , composé de douze frères (8 chevaliers et 4 sergents) et d'un frère chapelain. Les membres de ce conseil sont désignés par l'ensemble des dignitaires et des commandeurs à la mort du précédent Maître.
Le Sénéchal : Deuxième personnage le plus important de l'Ordre, il reste dans l'ombre du Maître. Sa fonction essentielle est de le remplacer lorsque celui-ci s'absente.
Le Maréchal du Couvent du Temple : C'est le chef militaire de l'Ordre. En campagne , même le maître de l'Ordre doit se plier aux décisions du Maréchal du Couvent. Il est aussi responsable de la garde du gonfanon baussant. Il veille aussi à ce que les frères de l'Ordre aient leur matériel de combat en bon état.
Le Commandeur de la Terre de Jérusalem : Quatrième personnage de l'Ordre, il en est le trésorier. C'est lui qui gère tout l'argent des commanderies d'Europe et qui s'occupe des fournitures.
Le Commandeur de la Cité de Jérusalem : C'est aussi le frère hospitalier de l'Ordre. Il s'occupe donc des malades et des blessés , et en campagne, c'est à lui que revient la charge de faire garder la Vraie Croix.
Les Commandeurs des Terres de Tripoli et d'Antioche : Ils représentent le maître dans ces provinces. Ils ont les mêmes droits et prérogatives que ce dernier, lorsque celui-ci n'est pas présent physiquement dans leur province. Tout comme le maître , ils sont secondés par des chevaliers , comme le maréchal de la Terre d'Antioche (par exemple... ).
Les Commandeurs des autres Provinces : Ils ont le même statut que les frères précédents , exception faite que leurs provinces ne sont pas des terres en "Guerre" , ils n'ont donc pas de maréchaux pour les seconder.
Le Frère Drapier : Il est le responsable d'une partie de la logistique de tous les frères de l'Ordre. C'est à lui qu'incombe le devoir de fournir vêtements , pièces de literie , chaussures ,... à tous les frères de l'Ordre. C'est aussi lui qui prend les habits séculiers d'un nouveau frère et qui prépare la robe et le manteau pour la cérémonie de prise d'habit.
Les Frères Chevaliers Commandeurs des Maisons : Ils étaient simplement responsables de leur maison , c'est-à-dire, commanderie, forteresse, village ,.... Ils devaient rendre compte en tout au Commandeur de la Terre ou de la Province.
Le Commandeur des Chevaliers : Il y a plusieurs commandeurs des chevaliers. Ils sont en fait des lieutenants du Maréchal du Couvent. L'un d'entre eux , placé sous le commandement direct du Commandeur de la Cité de Jérusalem, commande aux chevaliers laïcs qui servent à terme dans l'Ordre.
Le Turcoplier : Il commandait aux turcoples (troupes indigènes), c'est à dire des habitants de Terre Sainte qui s'engageaient dans l'Ordre et qui servaient le plus souvent comme cavalerie légère et d'éclaireurs. Le Turcoplier commandait également les frères sergents lorsqu'on était en campagne.
Le Sous-Maréchal : Comme son nom l'indique , il est sous le commandement du maréchal du Couvent. C'est lui qui garde le Gonfanon plié jusqu'au début de la bataille. A ce moment , c'est le Maréchal qui s'en empare et qui le brandit. En dehors des campagnes , il commande aux Frères de Métier. C'est aussi lui qui doit fournir en menu matériel les frères de l'Ordre.
Le Gonfanonier : Il commande aux écuyers. En campagne , il garde un gonfanon de réserve roulé autour de sa lance.
Le Commandeur de la Voûte d'Acre : C'est lui qui administre tous les biens de l'Ordre qui sont débarqués des bateaux à leur arrivée dans le port d'Acre.


L'ordre du Temple avait une organisation à la fois monastique et féodale. A sa tête se trouvait un grand maître (magister milicie Templi) , qui avait le rang de prince. Le sénéchal avait dans ses attributions la juridiction et l'administration des biens temporels. Le maréchal était chargé des affaires militaires et de l'intendance pendant les guerres. Venaient ensuite les précepteurs (commandeurs) , ou grands prieurs , et au-dessous de ces officiers étaient placés le drapier , préposé aux équipements , le gonfanonier , le turcoplier , chef des troupes indigènes employées par l'ordre , l'aumônier , etc. Lorsqu'un chevalier se présentait pour être reçu dans cet ordre , le chef du chapitre lui adressait l'allocution suivante :
« Vous allez prendre de grands engagements. Vous serez exposé à beaucoup de peines et dangers. Il vous faudra veiller quand vous voudrez dormir , supporter la fatigue quand vous voudrez vous reposer , souffrir la soif et la faim quand vous voudrez boire et manger , passer dans un pays quand vous voudrez rester dans un autre. Vous y soumettez vous ? »
Le postulant prononçait ensuite les trois voeux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. La devise des templiers "Pense à ton but en soldat et pense à ta fin en Chrétien" devenait alors le crédo du nouveau frère .
Le costume des templiers était le manteau blanc avec croix rouge, pour les chevaliers, et le manteau brun ou noir , pour les servants. L'étendard de bataille , mi-parti blanc et noir , était appelé Beauséant (ou Beaucéant) et portait la devise : Non nobis , Domine , non nobis , sed nomini tu da gloriam (C'est non pas à nous , Seigneur, non pas à nous , mais à ton nom que tu dois rapporter la gloire de nos actions). Peu de temps après leur institution , saint Bernard leur rendait le témoignage suivant :
« Ils vivent sans avoir rien en propre , pas même leur volonté , vêtus simplement et couverts de poussière , ils ont le visage brûlé des ardeurs du soleil , le regard fier et sévère. A l'approche du combat , ils s'arment de foi au dedans et de fer au dehors , leurs armes sont leur unique parure. »
L'ordre du Temple tout entier se divisait en plusieurs langues ou nations , les possessions territoriales en plusieurs provinces, correspondant aux principaux pays ou régions , dont trois en Palestine (Jérusalem , Tripoli , Antioche) , et les autres en Europe (France , Angleterre , Poitou , Aragon , Portugal , Pouille , Hongrie), avec un commandeur (preceptor) , à la tête de chacune d'elles. Ces provinces , à leur tour , se subdivisaient en grands prieurés, prieurés et commanderies. Les templiers , appelés « frères » comme les moines , se composaient de chevaliers (milites) et de servants , beaucoup plus nombreux et formant probablement les neuf dixièmes de l'ordre. Les affaires étaient discutées dans des assemblées ou chapitres , à la pluralité des voix. L'ordre ne relevait que du pape et était exempt de toutes taxes. Quoique soumis aux voeux monastiques , les templiers pouvaient posséder des terres et avoir des vassaux , mais la règle primitive leur interdisait la chasse , sauf celle du lion.