Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Les Eschaimins : des espions Juifs mandatés par les Sadducéens
pour instruire un dossier à charge contre le Christ




     Retournez sur la page des sujets traités      


L'Ordre du Temple de l'an 1118 était composé de moines soldats Catholiques au service du Pape et sous son commandement suprême, et cet ordre est resté Catholique jusqu'a sa dissolution par le Pape Clément V le 22 mars 1312. Les Templiers furent victimes d'une machination ourdie par le roi Philippe le bel, et le Pape fut impuissant à les sauver.
A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte et grâce à Fabré-Palaprat, le Templarisme fut remis au goût du jour. Malheureusement très vite, des thèses fumeuses apparurent dans ce monde très fermé.
A partir des années 1950 avec le néo-Templarisme ces thèses se sont transformées en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, les Mérovingiens, etc ).


Les Eschaimins

Dès l'année 1102 le roi Baudouin 1er de Jérusalem demanda à Geoffroy de Saint-Omer deux choses :

① Organiser au plus vite la sécurité des nouveaux états latins d'orient

② Fouiller en toute discrétion les fondations du palais du roi Salomon ainsi que celles de l'ancien Temple de Salomon

Dès le début de leurs fouilles (vers 1104) ceux qui deviendront les Templiers firent, dans les fondations du Temple, une découverte remarquable, dont ils ne surent trop que faire au début : Il s'agissait de lambeaux de fragments d'écrits hébraïques dont le contenu devint très vite d'une importance décisive pour les chevaliers et pour toute l'histoire de l'ordre. Ces fragments furent remis à l'érudit Etienne Harding qui en fit la traduction. Ils rencontrèrent également les HARODIMS (ou Haredim, un terme qui désigne les Juifs religieux qui craignent Dieu), une branche du judaïsme fidèle à HERODE le constructeur du Temple ( le tyran ) afin de connaitre leur point de vue sur leurs trouvailles. C'est ainsi qu'ils apprirent que les lambeaux d'écrits étaient des fragments de rapports "d'eschaimins" juifs (espions) qui, mandatés par les Sadducéens [ Du vivant de Jésus les Sadducéens formaient l’élite sacerdotale du Temple de Jérusalem. Leur influence concernait surtout le culte. Parti aristocratique, les sadducéens se montraient méprisants à l’égard du peuple. Aux yeux du peuple, ils recherchaient trop le pouvoir, et se compromettaient beaucoup trop avec les Romains ], relataient les agissements du "maudit Mamzer (fils de putain) JESUS" et "ses blasphèmes contre le Dieu d'Israël", dans ces rapports les agissements de Jésus étaient dépeints de façon très négative. Ce qu'on pouvait y lire, était en complète contradiction avec les enseignements prêchés par l'Eglise.
Ces découvreurs Francs furent très troublés par ces découvertes, et il fallut les explications des érudits chrétiens comme Bernard de Clairvaux pour ramener la sérénité chez ces croisés très pieux.

Bernard de Clairvaux leur expliqua que ces espions à la solde des Sadducéens firent des rapports pour plaire à ceux qui les payaient, ils instruisaient contre Jésus un dossier à charge, en réalité et pour rester factuel, il suffit de lire les écrits du nouveau testament pour s'appercevoir que jamais JESUS ne critiqua le Dieu des JUIFS (qui était également son père) mais qu'il critiqua en permanence les Sadducéens qui ne vivaient pas selon les préceptes Bibliques, ce qui n'est pas du tout la même chose !




retour en haut du site consacré aux Eschaimins