Liste exhaustive des Maitres de l'Ordre du Temple

  • 01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23

    Deuxième Grand Maitre

    Robert de Craon


    grand maitre de l'ordre du temple



    Juin 1136 début 1147
    Né sans doute à la fin du XI ème siècle d'origine angevine , c'est le fils de Renaud de Craon , et le cadet de trois frères.

    La légende veut qu'il s'installe en Aquitaine et se fiance à la fille d'un seigneur de l'Angoumois. A la suite d'une déception amoureuse , il quitte l'Occident en 1125 et part en Terre sainte. Il y devient rapidement Templier.

    Factuellement Robert fut non-seulement fiancé , mais marié légitimement avec Richeze , soeur unique de Saint Anselme , Archevêque de Cantorbéry. Il eut de son épouse plusieurs enfants , qui moururent tous en bas âge , et dont il ne lui resta que l'aîné , nommé Anselme , qu'il consacra au service des saints autels dans l'Eglise de Cantorbéry , et dont l'Archevêque prit un soin particulier. Le jeune Anselme , devenu religieux , fut fait Abbé de Saint-Edme , et demeura assez longtemps en Angleterre. Il fit le voyage de Rome , et fut très-considéré du Pape Pascal , qui le fit Abbé de Saint-Sabbas , et lui conféra l'Evêché de Londres. Il a mérité , par ses écrits , d'être compté au nombre des Auteurs ecclésiastiques. Les deux époux , dociles aux instructions réitérées du saint Archevêque , pratiquaient toutes sortes de bonnes oeuvres , puis vint le temps pour Robert de faire le pélerinage vers la Terre-Sainte. Il s'en ouvrit au saint Prélat , qui lui répondit en ces termes: « S'il est vrai que vous ayez conçu le dessein de faire le voyage de Jérusalem pour l'honneur de Dieu et le salut de votre âme , et que vous n'ayez pas voulu vous mettre en route sans m'avoir consulté ainsi que votre fils Anselme , je loue vos dispositions , et vous conseille de ne pas traîner après vous le fardeau de vos péchés , mais de vous affermir dans la résolution de vivre en bon Chrétien , conformément aux obligations de votre état : commencez par une bonne confession de toute votre vie , et que votre absence n'occasionne aucun tort à votre épouse , dont le caractère bienfaisant vous est mieux connu qu'à personne , faites en sorte de ne pas l'abandonner sans secours ni conseils , et que , si la Providence vient à disposer de vous , elle ne soit pas obligée de sortir de votre maison contre son gré , mais qu'il lui soit libre d'y servir Dieu tant qu'elle vivra , et d'y prier pour votre conservation et le salut de votre âme. Mettez donc ordre à vos affaires , comme s'il s'agissait de paraître à ce moment devant Dieu. Quant à ma bénédiction que vous demandez , je prie le Seigneur de vous accorder lui-même la sienne , de vous combler de ses grâces , et de vous seconder dans toutes vos entreprises. » Ce ne fut donc qu'après avoir bien consulté , et non par dépit , que Robert de Craon partit pour la Terre-Sainte , ce fut encore moins pour se faire Templier , puisque , quand il quitta son épouse vers 1107 , avant la mort de Saint Anselme , il n'était pas encore question de cette Chevalerie : ce ne fut que vers 1130 , après la mort de Richeze , que Robert prononça ses voeux chez les Templiers .

    Absent du Concile de Troyes , il est de retour en Occident en 1132 en qualité de Sénéchal pour sensibiliser les seigneurs Français à la cause Templière. Il y retourne en 1136. Il s'impose par son courage au combat , mais aussi par sa piété. Il est désigné maître en juin 1136 , à la mort du fondateur de l'ordre , Hugues de Payns. Il se révèle brillant organisateur et fait de l'Ordre du Temple l'acteur majeur des États Latins d'Orient. Grâce à lui , le 29 mars 1139 le pape Innocent II , par sa bulle «Omne datum optimum» accorde à l'Ordre un certain nombre de privilèges. Ainsi , les templiers sont exemptés de la dîme , de la juridiction épiscopale (ce qui signifie que l'Ordre possède ses propres ecclésiastiques qui ne relèvent pas des évêques) et sont habilités à porter la croix rouge sur fond blanc. Il est moins heureux sur le plan militaire. À peine élu , il bat l'émir d'Alep mais laisse ses chevaliers se livrer aux pillages au lieu de sécuriser les alentours. L'émir aura le temps de se refaire une santé et reviendra pour se vanger. Robert de Craon autorise les Templiers d'Espagne à lancer une expédition importante (près de 70 vaisseaux) contre Lisbonne , mais cette opération fut également un échec. En 1140 , les templiers résistent avec héroïsme à une armée de turcs bien plus nombreuse lors de la bataille de Teqoa. Le chroniqueur Guillaume de Tyr le cite comme participant en 1148 à la seconde croisade , notamment au cours du siège de Damas. Robert de Craon trouve la mort le 13 janvier 1149.