Liste exhaustive des Maitres de l'Ordre du Temple

  • 01 - 02 - 03 - 04 - 05 - 06 - 07 - 08 - 09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23

    Vingt et unième Grand Maitre

    Guillaume de Beaujeu


    grand maitre de l'ordre du temple



    13 mai 1273 - 18 mai 1291 .
    Guillaume de Beaujeu ou de Beaulieu , mort en 1291 lors du Siège de Saint-Jean-d'Acre . Guillaume de Beaujeu est souvent présenté comme originaire de Bourgogne et apparenté à Charles Ier d'Anjou. Il fut d'abord seigneur de Sevans avant de rejoindre l'Ordre du Temple. La plupart des historiens affirment que sa mère Catherine était la fille de Guillaume VIII , Dauphin d'auvergne mais son père est souvent qualifié à tort de seigneur de Beaujeu. Si tel est le cas , il s'agit alors de Guichard de Beaujeu , seigneur de Monpensier de 1216 à 1256. Il serait donc frère avec Humbert de Beaujeu , connétable de France et Héric de Beaujeu , maréchal de France. Quoi qu'il en soit , son appartenance à la maison de Beaujeu n'est pas remise en cause comme en atteste le blason qu'il portait.
    Entré dans l'ordre en 1253 , il commença sa carrière en tant que châtelain du château Pèlerin , était commandeur de la province de Tripoli en 1271 puis maître de la province du royaume de Sicile depuis deux ans et n'était pas en Terre Sainte lorsqu'il fut élu Grand Maître de l'Ordre du Temple , le 13 mai 1273 . Le chapitre désigna le frère Goufier (de roannais) comme grand commandeur tenant lieu de maître en attendant son arrivée et envoya les frères Bertrand de Fox et Guillaume de Ponçon le chercher. Il est d'abord présent au deuxième concile de Lyon avant un voyage en Angleterre afin de récupérer les sommes considérables empruntés par Édouard Ier d'Angleterre (Acte signé à Londres le 11 août 1274) . Il n'arriva qu'en septembre de cette année dans la ville d'Acre , dernier bastion chrétiens en Orient. Lorsqu'en 1291 , le sultan d'Égypte Khalil al-Ashraf vint mettre le siège devant cette place , Guillaume de Beaujeu réussit , par ses talents guerriers et son caractère , à fédérer tout ce qui restait de défenseurs Chrétiens sur la Terre Sainte . Il trouvera une mort glorieuse en défendant Saint Jean-d'Acre en 1291. Lorsque les mamelouks parviennent à rompre les remparts de Saint-Jean-d'Acre et y pénètrent le 17 mai 1291 , Guillaume reçut une flèche sous l'aisselle. La légende veut que se retirant vers les lignes arrière , il est apostrophé par un Templier à qui il aurait répondu : « je ne m'enfuis pas , je suis mort ». Il sera ramené à la commanderie où il décédera quelques heures plus tard.