Le Moyen Age Central de l'an 1150 à 1250
nos ennemis héréditaires

Henri II, devient roi d'Angleterre en 1154 après avoir épousé Aliénor d'Aquitaine, et contrôle progressivement plus du tiers de la France.
La Normandie : bien qu'arrière petit-fils de Guillaume le Conquérant (qui était duc de Normandie), Henri II devra guerroyer pour s'emparer du duché.
L'Anjou et le Maine : par héritage de son père qui était comte de ces territoires.
L'Aquitaine : par son mariage avec Aliénor d'Aquitaine en 1152 (qui deviendra reine d'Angleterre après son tumultueux divorce avec Louis VII).
La Bretagne : par le mariage d'un de ses fils avec l'héritière du duché de Bretagne.


Henri II règne sur un territoire qui s'étend de l'Ecosse aux Pyrénées, comprenant Angleterre, Anjou, Maine, Normandie, Aquitaine et Bretagne. Il est donc évident que cette situation hégémonique sera la source d'un conflit chronique entre Louis VII et Henri II, qui reste le vassal du roi de France !
Mais malgré la disproportion entre les deux Etats et la maladresse de Louis VII, la situation ne va pas basculer en faveur des anglais :
Le despotisme d'Henri II va fournir des alliés à Louis VII, parmi lesquels on peut citer les seigneurs bretons ou aquitains (pourquoi ces seigneurs obéiraient à un roi qui oublie son droit féodal à l'égard de Louis VII ?) Ce dernier va débaucher certains vassaux du roi d'Angleterre en se positionnant comme un allié et ces révoltes des grands vassaux vont "craqueler" l'empire angevin.
Le clergé va prendre position pour Louis VII, en signe de sa dévotion et des liens étroits entre l'épiscopat et la royauté capétienne. L'assassinat de Thomas Becket, archevêque de Canterbury, par des disciples d'Henri II en 1170 va encore mettre en lumière le despotisme et la brutalité du roi d'Angleterre, sévèrement jugé par l'Eglise.
Les fils d'Henri II vont s'opposer à leur père en exigeant des territoires, situation dans laquelle Louis VII n'hésite pas à se présenter comme un protecteur en les accueillant à sa cour !
Ainsi, après avoir commis de nombreuses fautes, Louis VII est parvenu à sauver son royaume en contenant les Plantagenêts après des affrontements militaires mineurs mais surtout une guerre "diplomatique", le Pape va obtenir la réconciliation des deux monarques à Nonencourt en 1177.

Toutefois ce conflit se poursuivra avec le fils de Louis VII (Philippe Auguste) et celui d'Henri II (Richard Coeur de Lion puis Jean sans Terre) … avant de devenir la " guerre de Cent ans " en 1328.

Le meilleur service que Louis VII rendra au royaume sera d'avoir enfin un fils après 27 ans de mariage et 3 femmes : son successeur et héritier, Philippe Auguste, sera en effet l'un des plus grands monarques de l'histoire de France.






















Le Moyen Age Central de l'an 1150 à 1250
Aliénor d'Aquitaine

En 1137, Louis VI, dit le Gros, cinquième des rois capétiens, trouve la mort. Quelques semaines plus tôt, il a arrangé le mariage de son fils le dauphin Louis, 17 ans, à la belle Aliénor, 15 ans, comtesse du Poitou et seule héritière du vaste duché d’Aquitaine. Cette alliance, avant tout politique, permet au royaume capétien d’élargir pour la première fois son influence au sud de la Loire.
Aliénor, sensible et cultivée, est malheureuse dans ce mariage, qui la contraint à vivre parmi les chevaliers du Nord qui ne pensent qu’à la guerre.
Pire, elle ne conçoit pas d’enfant pour la succession du roi. En 1147, alors qu’elle accompagne son époux Louis VII pour la seconde croisade, on la soupçonne même d’adultère.
Au retour de la croisade, qui lui a fait connaître Byzance, Antioche et Jérusalem, Aliénor donne enfin naissance à un enfant, mais c’est une fille… Louis VII décide alors en mars 1152 de répudier la reine et de divorcer. Aussitôt le concile terminé, Aliénor rentre en Aquitaine et épouse peu après son jeune et bel amant, Henri Plantagenêt, duc de Normandie et de Bretagne, comte d’Anjou, de Touraine et du Maine et, désormais, duc d’Aquitaine. Deux ans plus tard, à l’âge de 21 ans, Henri Plantagenêt devient roi d’Angleterre et contrôle plus de la moitié du royaume de France. Henri Plantagenêt, vassal du roi, est en fait bien plus puissant que Louis VII, son suzerain.
Quant à l’Aquitaine, perdue pour les Capétiens par un mauvais mariage, elle restera sous la domination anglaise pendant trois siècles.

En 1200, Aliénor, reine d’Angleterre, décide de renouer les liens avec le royaume de France dans l’espoir de mettre un terme aux hostilités entre les deux pays. Elle parvient à conclure le mariage de sa petite-fille , Blanche de Castille avec Louis, fils de Philippe Auguste (1180–1223).
Cependant, si cette union réussit cette fois au plan sentimental, elle échoue au plan politique : Philippe Auguste, septième des rois capétiens, fils de Louis VII, est décidé à reconquérir le territoire perdu aux Anglais. Sous son règne, le royaume s’élargit à nouveau, il inclut désormais la Normandie, le Poitou, la Touraine et l’Anjou.

Philippe Auguste remporte une victoire décisive à Bouvines (1214) contre les alliés de Jean Sans Terre (1167-1216), roi d’Angleterre, fils d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor, et frère de Richard Cœur de Lion, son prédécesseur sur le trône.