COMMANDERIE ou PRECEPTORIE

Telle qu'elle existait au XIII ème siècle

Les divisions territoriales portèrent toujours chez les Templiers le nom de Préceptories. Ce ne fut qu'au XIVe siècle que les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (Hospitaliers de Saint-Jean) leur donnèrent le nom de commanderies. Les préceptories étaient autant de domaines considérables composés de fiefs et d'alleux, où ils établirent des châteaux-forts, et qu'ils mirent sous la garde d'un frère appelé précepteur "preceptor", maître, lequel avait l'entière administration de la terre, percevait les revenus dont il rendait compte sou pour sou, et avait sous son obéissance les chevaliers stationnés dans la maison et les profès qui se destinaient à entrer dans l'ordre. Il parut convenable aux intérêts bien entendus de la corporation et à la conservation de ses propriétés d'assigner à un chevalier les possessions d'un territoire déterminé pour les gouverner, les améliorer, et employer les revenus à l'avantage de tous. La préceptorie n'était donc qu'une pure administration dont l'ordre chargeait le précepteur sans lui rien transférer du droit de propriété.
Au cours des siècles et dans l'europe entière ces Préceptories prirent le nom de Commanderies , pour des raisons pratiques nous retiendrons nous aussi le nom de Commanderies .
Sachez enfin , qu'en 1312 (date de la dissolution de l'Ordre du Temple) il y avait plus de 9000 commanderies en France.


animation 3D d'une Commanderie Templière
il ne s'agit pas d'un lieu unique, mais plutôt d'un ensemble s'apparentant à une circonscription avec une maison mère . Il y avait donc des maisons et autres domaines dépendants de la maison chef-lieu et qui n'étaient pas des commanderies au sens propre. L'appellation maison du Temple que l'on retrouve souvent dans les ouvrages sur le sujet ne suffit donc pas pour désigner une commanderie et il y avait de surcroit des commanderies subordonnées. Cependant, il y avait toujours une chapelle à l'intérieur de l'enceinte. L'ensemble des bâtiments du chef-lieu de la commanderie comprenait :
une chapelle (destinée aux templiers et ouverte à eux seuls)
un logis comprenant cuisine, réfectoire et dortoir
une salle du chapitre
des communs : ateliers, granges, charretteries, écuries, étables, colombiers, porcheries…
Dans certaines commanderies, d'autres bâtiments spécialisés étaient adjoints comme une hôtellerie pour accueillir les pèlerins de passage, un hôpital pour soigner les templiers blessés au combat ou une prison pénitentielle. La commanderie était entourée d'un mur de clôture qui garantissait la tranquillité des moines, protégeait le jardin, le verger et le cimetière. Attenant à la chapelle, le cimetière était destiné aux frères de la commanderie, mais certains donateurs laïcs de l'ordre y étaient parfois inhumés. Les sépultures templières étaient très simples, à l'image d'une vie d'humilité, sans aucune marque en surface. Les commandeurs étaient autorisés à se faire enterrer à l'intérieur de la chapelle dans ce cas, leurs pierres tombales étaient installées sur le sol. Certaines commanderies ou chapelles templières ont contribué à la fondation de villages et de nouvelles paroisses. Cela s'est passé en Espagne lors de la Reconquista.
Les commanderies n'avaient pas une architecture militaire. Par ailleurs, les templiers n'étaient pas des moines cloîtrés. Les commanderies étaient donc dépourvues de cloître. Il existe une architecture régionale de ces constructions réparties dans les pays de l'Occident chrétien du Moyen Âge : France, Angleterre, Espagne, Portugal, Écosse, Irlande, Italie, Pologne, Hongrie, Allemagne… Les chapelles pouvaient être de style roman (Laon) ou bien de style gothique (Coulommiers).
La commanderie était généralement construite en pleine campagne à proximité d'un axe de circulation, une voie romaine par exemple, et non loin d'un bourg. Elle possédait au moins un étang afin de fournir le poisson consommé par les frères lors des repas de jeûne. Un pré servait de terrain d'entraînement militaire plus ou moins aménagé. Certains enclos templiers constitués de bâtiments entourés d'un mur, étaient situés en ville. C'est le cas à Laon et Arles qui étaient des commanderies urbaines. D'autres commanderies étaient situées dans des ports, Marseille, Venise, La Rochelle... Elles étaient investies, par leur emplacement particulier, d'un rôle très important dans l'activité économique de l'ordre.
elle possédait des terres dites « terres de rapport » (terme opposé à « terres de combat »), comprenant des labours, des bois d'exploitation, des viviers (étangs de pisciculture), des vignobles, des prairies d'élevage, des industries (moulins, pressoirs…), des bâtiments agricoles et des fermes annexes appelées les « écarts », où logeaient les familles de paysans qui travaillaient pour l'ordre. Tous ces biens ont été acquis par l'ordre grâce aux multiples donations qui ont afflué dès sa fondation en 1129. Une commanderie était fondée à partir d'un premier don important, qui provenait souvent de la haute noblesse. D'après les statuts de l'ordre, il lui était interdit de vendre ces terres, mais il pouvait les échanger afin de les regrouper car les donations foncières ne constituaient pas toujours un ensemble cohérent. Le domaine était administré par la communauté des frères, à la tête de laquelle se trouvait un précepteur ou commandeur qui tenait le rôle d'un abbé dans une abbaye. Ce commandeur était secondé par un trésorier qui tenait la comptabilité de la commanderie.
elle se devait d'assurer l'entretien de la communauté de moines, le règlement des salaires de ses ouvriers permanents ou saisonniers, et de dégager des excédents, prélevés chaque année par un administrateur de l'ordre. Les commanderies étaient une source de financement pour l'entretien d'une armée templière en Terre sainte, c'est pourquoi dans chaque région, les Templiers étaient tenus de développer l'activité la plus rentable possible. Par exemple, ils cultivaient la vigne en Bourgogne et en Anjou, ou encore le blé en Normandie et en Artois. En Angleterre, ils élevaient des moutons pour leur laine, en Aveyron des brebis pour leur fromage et des chevaux qu'ils exportaient en Orient. Mais ils possédaient également des mines, des marais salants, des tanneries… En définitive, ils exploitaient les ressources locales au mieux, afin de générer les revenus nécessaires au fonctionnement de l'ordre ainsi qu'au financement de ses actions en Terre sainte.

TEMPLIERS DE PROVENCE

Etude exhaustive des possessions Templières de Provence.

Quel fut le rôle des Templiers, très tôt installés dans cette région entre mer et montagne ? Que connaît-on des chroniques oubliées et des règles secrètes de l'Ordre du Temple ? Par ailleurs, quel crédit accorder aux légendes relatives à leurs trésors cachés ? Enfin, quels monuments et vestiges portent encore l'empreinte des chevaliers « de la croix et des roses » ? Les Templiers inspirent d'abord l'image glorieuse de moines soldats se jetant la lance ou l'épée au poing, pour défendre ardemment les lieux saints, à l'époque des Croisades. Par la suite, ce tableau avantageux se nuance, avec l'évocation de leurs richesses, pour s'obscurcir enfin dans l'épaisseur du mystère, avant de n'être plus éclairé que par les sinistres lueurs des bûchers où s'achève l'épopée des frères du Temple, accusés d'hérésie. Auteur de divers ouvrages traitant de l'Histoire des Alpes Maritimes, Edmond Rossi, Niçois passionné par le passé et la mémoire d'une région qu'il connaît bien, nous entraîne dans une attentive et fascinante découverte des annales et des sites toujours hantés par l'ombre des chevaliers au blanc manteau à la croix rouge. Son livre abondamment illustré en couleurs de 250 pages sera chez vous, dédicacé, sur simple commande à : edmondrossi@orange.fr

Tout connaitre sur les Templiers

Les Préceptories

Les Divisions territoriales portèrent toujours chez les Templiers le nom de préceptories.
Ce ne fut qu'au XIVe siècle que les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (Hospitaliers de Saint-Jean) leur donnèrent le nom de commanderies.
Les préceptories étaient autant de domaines considérables composés de fiefs et d'alleux, où ils établirent des châteaux-forts, et qu'ils mirent sous la garde d'un frère appelé précepteur « preceptor », maître, lequel avait l'entière administration de la terre, percevait les revenus dont il rendait compte sou pour sou, et avait sous son obéissance les chevaliers stationnés dans la maison et les profès qui se destinaient à entrer dans l'ordre. Il parut convenable aux intérêts bien entendus de la corporation et à la conservation de ses propriétés d'assigner à un chevalier les possessions d'un territoire déterminé pour les gouverner, les améliorer, et employer les revenus à l'avantage de tous. La préceptorie n'était donc qu'une pure administration dont l'ordre chargeait le précepteur sans lui rien transférer du droit de propriété.
La propriété résidait toujours dans l'ordre qui, pour la rendre plus productive et plus utile, s'associait, en quelque sorte, ses membres et les admettait à partager avec lui des fruits qui étaient jusqu'à un certain point ceux de leur zèle et de leur industrieuse vigilance.
A la naissance de l'Ordre, le conseil disposait immédiatement de tous les biens qui se multiplièrent promptement en Orient et en Europe. Il afferma d'abord , il députa ensuite d'anciens religieux auxquels il assignait un district, un territoire pour l'administrer, faire la perception des revenus et les envoyer en Palestine. Ces économes, auxquels on donnait, comme nous l'avons déjà dit, le nom de précepteurs, devaient un compte fidèle et n'étaient autorisés à retenir que leur modeste entretien. Dans ces différents lieux où les précepteurs faisaient leur résidence, on réunissait les jeunes chevaliers qui, sous la discipline des anciens, se formaient à la vie religieuse et militaire et prenaient de bonne heure l'esprit de leur profession. C'étaient autant de communautés ou de couvents répandus dans toute la chrétienté qui renfermaient le dépôt le plus précieux et les plus chères espérances de l'ordre ; il en sortait des chevaliers instruits à tous les exercices militaires, pleins d'amour pour leur état et brûlant du désir d'aller au-delà des mers signaler leur courage et rivaliser de gloire avec leurs frères.

Ce fut dans ces cloîtres fortifiés de chaque commanderie que les Templiers se réfugièrent après leur retour d'Orient.


Le Patron des TEMPLIERS .

Des hommes de toutes origines et conditions constituaient le corps templier à chaque niveau de la hiérarchie. Différents textes permettent de brosser les portraits des frères chevaliers et sergents.
Le Saint patron et protecteur des Templiers était Saint Georges. Il était également le patron de l’ordre Teutonique et plus généralement de tous les chevaliers chrétiens. Son tombeau est toujours vénéré à Lydda en Israël.
Le nom de Georges vient du grec Georgos « celui qui cultive la terre »
Saint Georges est traditionnellement représenté à cheval , souvent blanc (signe de pureté) , terrassant un dragon (créature composite mi- crocodile , mi- lion) à ses pieds.
En armure , il porte une lance souvent brisée à la main , ainsi qu’un écu et une bannière d’argent à la croix de gueules (c’est-à-dire blanche à croix rouge) , couleurs qui furent celles des croisés. Il est l’allégorie de la victoire de la Foi sur le Démon désigné dans l’Apocalypse sous le nom de dragon.
Dans les romans médiévaux , la lance (ou dans certaines versions, une épée longue) avec laquelle saint Georges tua le dragon fut appelée « Ascalon » , du nom de la ville d'Ashkelon en Terre sainte. Un forgeron de cette ville la lui aurait façonnée dans un acier spécial.

Les vétements des TEMPLIERS

La reconnaissance de l'ordre du Temple ne valait pas seulement par l'élaboration d'une Règle et d'un nom , mais aussi par l'attribution d'un code vestimentaire particulier propre à l'Ordre du Temple.
Le manteau des Templiers faisait référence à celui des moines cisterciens. Seuls les chevaliers , les frères issus de la noblesse , avaient le droit de porter le manteau blanc, symbole de pureté de corps et de chasteté. Traditionnellement , le manteau blanc ou la cape est le signe de la royauté à la fois spirituelle et matérielle. Il est aussi celui de l’invisibilité.
Mais , le manteau est également le symbole des métamorphoses , réelles ou symbolicoinitiatiques , qui marquent la rupture , à la suite d'une initiation , avec le monde profane.
Ainsi , le religieux , après avoir prononcé ses trois vœux et pris l'habit , se couvre de la cape , symbolisant de ce fait le retrait en soi-même et en Dieu , la rupture avec le monde et le renoncement à ses tentations et à ses passions. L'homme ancien se métamorphose en un homme nouveau , ayant acquis de nouvelles connaissances . De ce fait , il est aussi le symbole de l'identification que l'homme mantelé assume désormais une dignité et une fonction.
Les sergents , issus de la paysannerie , portaient quant à eux un manteau de bure , où était apposée la croix de gueules , sans pour autant que ce dernier ait une connotation négative. De même pour les écuyers.
Seuls les travailleurs roturiers , non combattants , sorte de tiers ordre , portent un manteau noir ou brun sans croix.
C'est l'ordre qui remettait l'habit et c'est aussi lui qui avait le pouvoir de le reprendre. L'habit lui appartenait , et dans l'esprit de la règle, le manteau ne devait pas être un objet de vanité. Il y est dit que si un frère demandait un plus bel habit , on devait lui donner le « plus vil ». La perte de l'habit était prononcée par la justice du chapitre pour les frères qui avaient enfreint gravement le règlement. Il signifiait un renvoi temporaire ou définitif de l'ordre.
Dans sa bulle « Vox in excelso » d'abolition de l'ordre du Temple, le pape Clément V indiqua qu'il supprimait « le dit ordre du Temple et son état , son habit et son nom » , ce qui montre bien l'importance que l'habit revétait dans l'existence de l'ordre.

La croix rouge des TEMPLIERS

Il semble que la croix rouge n'ait été accordée que tardivement aux Templiers , en 1147 , par le pape Eugène III.
Il aurait donné le droit de la porter sur l'épaule gauche , du côté du cœur. La règle de l'ordre et ses retraits ne faisaient pas référence à cette croix. Cependant , la bulle papale « Omne datum optimum » la nomma par deux fois. Aussi est-il permis de dire que les Templiers portaient déjà la croix rouge en 1139.
C'est donc sous la maîtrise de Robert de Craon, deuxième maître de l'ordre , que la « croix de gueules » devint officiellement un insigne templier.
Il est fort probable que la croix des Templiers ait été issue de la croix de l'ordre du SaintSépulcre dont avaient fait partie Hugues de Payns et ses compagnons d'arme. Cette croix rouge était potencée , cantonnée de quatre petites croix appelées croisettes.
La forme de la croix des Templiers n'a jamais été fixée.
L'iconographie templière la présenta grecque simple , ancrée , fleuronnée ou pattée. Quelle qu'ait été sa forme, elle indiquait l'appartenance des Templiers à la chrétienté et la couleur rouge rappelait le sang versé par le Christ. Cette croix exprimait aussi le vœu permanent de croisade à laquelle les Templiers s'engageaient à participer à tout moment.

Le Portrait du TEMPLIER

Dans son homélie (1130-1136) , appelée De laude nouae militiae (Éloge de la nouvelle milice), Bernard de Clairvaux présente un portrait physique et surtout moral des Templiers , qui s'opposait à celui des chevaliers du siècle :« Ils se coupent les cheveux ras, sachant de par l'Apôtre que c'est une ignominie pour un homme de soigner sa coiffure. On ne les voit jamais peignés , rarement lavés , la barbe hirsute , puant la poussière , maculés par les harnais et par la chaleur... ».
Bien que contemporaine des Templiers , cette description était plus allégorique que réaliste , Saint Bernard ne s'étant jamais rendu en Orient.
Par ailleurs , l'iconographie templière est mince. Dans les rares peintures les représentant à leur époque , leurs visages , couverts d'un heaume , d'un chapeau de fer ou d'un camail , ne sont pas visibles ou n'apparaissent que partiellement.
Dans l'article 28 , la règle latine précisait que « les frères devront avoir les cheveux ras » , ceci pour des raisons à la fois pratiques et d'hygiène dont ne parlait pas saint Bernard , mais surtout « afin de se considérer comme reconnaissant la règle en permanence ».
De plus , « afin de respecter la règle sans dévier , ils ne doivent avoir aucune inconvenance dans le port de la barbe et des moustaches. »
Les frères chapelains étaient tonsurés et imberbes. De nombreuses miniatures , qui représentent les Templiers sur le bûcher , ne sont ni contemporaines , ni réalistes. À ce moment , certains s'étaient même rasés pour montrer leur désengagement de l'ordre.
Enfin , les peintres officiels du XIXe siècle ont imaginé les Templiers à leur manière , mêlant idéalisme et romantisme , avec de longues chevelures et de grandes barbes.

La vie quotidienne

La règle de l'ordre et ses retraits nous informent de manière précise sur ce que fut la vie quotidienne des Templiers en Occident comme en Orient. Cette vie était partagée entre les temps de prières , la vie collective (repas, réunions), l'entraînement militaire , l'accompagnement et la protection des pèlerins , la gestion des biens de la maison , le commerce , la récolte des taxes et impôts dus à l'ordre , le contrôle du travail des paysans sur les terres de l'ordre , la diplomatie , la guerre et le combat contre les infidèles.

Le cheval

Un ordre de chevalerie ne vaut que par le cheval. Ainsi , l'histoire de l'ordre du Temple fut intimement liée à cet animal.
De fait , un noble qui était reçu dans l'ordre pouvait faire don de son destrier , un cheval de combat que les écuyers tenaient à dextre , c'est-à-dire à droite.
Après 1140 , on comptait de nombreux donateurs de la grande noblesse léguant aux Templiers des armes et des chevaux. Pour équiper son armée , l'ordre du Temple fournissait trois chevaux à chacun de ses chevaliers dont l'entretien était assuré par un écuyer (articles 30 & 31 de la règle). La règle précise que les frères pouvaient avoir plus de trois chevaux , lorsque le maître les y autorisait. Cette mesure visait sans doute à prévenir la perte des chevaux , afin que les frères eussent toujours trois chevaux à disposition.
Ces chevaux devaient être harnachés de la plus simple manière exprimant le vœu de pauvreté. Selon la règle (article 37) « Nous défendons totalement que les frères aient de l'or et de l'argent à leur brides , à leurs étriers et à leurs éperons ». Parmi ces chevaux se trouvait un destrier qui était entraîné au combat et réservé à la guerre. Les autres chevaux étaient des sommiers ou bêtes de somme de race comtoise ou percheronne. Ce pouvaient être aussi des mulets appelés « bêtes mulaces ». Ils assuraient le transport du chevalier et du matériel. Il y avait aussi le palefroi, plus spécialement utilisé pour les longs déplacements.
Selon les retraits , la hiérarchie de l'ordre s'exprimait à travers l'attribution réglementaire des montures. Les retraits commencent ainsi : « Le maître doit avoir quatre bêtes... » indiquant l'importance du sujet. D'ailleurs , les trois premiers articles du maître de l'ordre (articles 77, 78 et 79) portaient sur son entourage et le soin aux chevaux. On apprend ainsi que les chevaux étaient nourris en mesures d'orge (céréale coûteuse et donnant beaucoup plus d'énergie aux chevaux que la simple ration de foin) et qu'un maréchal-ferrant se trouvait dans l'entourage du maître.
Parmi les chevaux du maître se trouvait un turcoman , pur-sang arabe qui était un cheval de guerre d'élite et de grande valeur car très rapide.
Quatre chevaux étaient fournis à tous les hauts dignitaires : sénéchal , maréchal , commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem , commandeur de la cité de Jérusalem , commandeurs de Tripoli et d'Antioche , drapier , commandeurs des maisons (commanderies) , turcopolier.
Les frères sergents tels que le sous-maréchal , le gonfanonier , le cuisinier , le maréchal-ferrant et le commandeur du port d'Acre avaient droit à deux chevaux. Les autres frères sergents ne disposaient que d'une seule monture. Les turcopoles, soldats arabes au service de l'ordre du Temple , devaient fournir eux-mêmes leurs chevaux.
C'était le maréchal de l'ordre qui veillait à l'entretien de tous les chevaux et du matériel, armes, armures et harnais , sans lesquels la guerre n'était pas possible. Il était responsable de l'achat des chevaux (article 103) et il devait s'assurer de leur parfaite qualité. Un cheval rétif devait lui être montré (article 154) avant d'être écarté du service.
Les destriers étaient équipés d'une selle à « croce » (à crosse) , appelée aussi selle à arçonniere , qui était une selle montante pour la guerre et qui permettait de maintenir le cavalier lors de la charge. Les commanderies du sud de la France, mais aussi celles de Castille, d'Aragon et de Gascogne, étaient spécialisées dans l'élevage des chevaux. Ceux-ci étaient ensuite acheminés dans les États latins d'Orient par voie maritime. Pour cela, ils étaient transportés dans les cales des nefs templières et livrés à la caravane du maréchal de l'ordre qui supervisait la répartition des bêtes selon les besoins. Lorsqu'un Templier mourait ou était envoyé dans un autre État , ses chevaux revenaient à la maréchaussée (article 107). Rares sont les représentations des Templiers. Il nous est cependant parvenu une peinture murale d'un chevalier du Temple en train de charger sur son destrier. Il s'agit d'une fresque de la chapelle de Cressac en Charente , datant de 1170 ou 1180.

L'équipement militaire

Le noble des XIIe et XIIIe siècles devait se faire confectionner un équipement complet (vêtement et armes) pour être adoubé chevalier. Ce matériel , nécessitant essentiellement des métaux , valait une fortune et pesait environ cinquante kilos. Les chevaliers et sergents templiers devaient disposer d'un tel équipement. La protection du corps était assurée par un écu , une cotte de maille et un heaume ou un casque.
Le heaume était sans visière mobile , ou prenait la forme d'un chapeau de fer ne protégeant pas le visage. La cotte de mailles était constituée de milliers d'anneaux en fer d'un centimètre de diamètre entrelacés et parfois rivetés. Cette cotte était constituée de quatre parties : Les chausses de mailles attachées à la ceinture par des lanières de cuir, le haubert protégeait le corps et les bras et le camail ou coiffe de mailles. Un mortier ou casquette en cuir était posé sur la tête pour supporter le heaume. Les mains étaient protégées par des gants en mailles appelés gants d'arme (article 325 de la Règle).
Il est à noter que le haubert fut raccourci au genou au cours du XIIIe siècle pour être plus léger. Il existait plusieurs méthodes de confection pour la cotte de maille. La fabrication était longue et couteuse et seuls les chevaliers fortunés pouvaient se l'offrir.
L'une des techniques consistait à aplatir les deux extrémités de l'anneau et de les percer. On réunissait ces deux bouts afin de les faire chevaucher. Il ne restait plus qu'à solidariser l'ensemble en engageant une petite goupille dans les trous, qu'on martelait à chaud. Ainsi les deux extrémités étaient parfaitement solidaires et difficiles à disjoindre. Les anneaux était variables , les plus anciens ayant 1 centimètre de diamètre pour un fil d'acier de 2 millimètres environ.
Chaque maillon était pris par quatre autres et il fallait ainsi un grand nombre de ces anneaux pour obtenir une de ces tuniques d'acier.
Plus tard , on adoptera des maillons en fils plats permettant une meilleure protection, ces mailles laissant moins d'espace entre elles, couvrait ainsi mieux le corps. Le sous-vêtement se composait d'une chemise de lin et de braies. La protection du corps était renforcée par le port de chausses de cuir attachées par des lanières , et un gambison ou gambeson en cuir. Pour finir , le surcot, porté sur la cotte, est aussi appelé jupon d'arme ou cotte d'arme. Il était cousu d'une croix rouge , insigne de l'ordre, devant comme derrière. Il permettait de reconnaître les combattants Templiers sur le champ de bataille comme en tout lieu.
Le baudrier , porté autour des reins , était une ceinture spéciale qui permettait d'accrocher l'épée et de maintenir le surcot près du corps. Il y a aussi la Brogne. Il s'agissait d'une cuirasse faite de peaux , avec des anneaux de fer cousus très rapprochés. Apparue sous les Carolingiens , le moyen-âge en avait gardé la technique.
L’équipement des chevaliers a évolué au cours des années. Vous trouverez dans la colonne de gauche quelques exemples.
L'écu (ou bouclier) de forme triangulaire, pointe en bas, était fait de bois et recouvert d'une feuille de métal ou de cuir. Il servait à protéger le corps , mais sa taille fut réduite dans le courant du XIIe siècle pour être allégé et donc plus maniable.
Selon Georges Bordonove , le Templier recevait une épée , une lance , une masse et un couteau lors de sa réception dans l'ordre. Maniée à deux mains , l'épée avait un double tranchant et un bout arrondi. En effet, elle devait être maniée de façon à frapper de taille , c'est-à-dire avec le tranchant. Elle était pratiquement employée comme une masse d'arme dans la mesure où elle ne pouvait transpercer une cotte de mailles. Toutefois , contre un ennemi qui n'avait pas cette protection , l'épée se révélait plus efficace et plus élégante que la masse.
La masse d'arme templière était principalement une masse dite turque aux pointes saillantes. L'épée et les masses servaient à frapper l'ennemi de manière à lui briser les os. Les blessés mouraient alors d'hémorragie interne. La lance était une perche en bois terminée par une pointe en fer forgé appelée tête de fer. Chaque frère détenait trois couteaux dont un couteau d'arme , un autre "de pain taillé" qui servait à manger et un canif à lame étroite.

Le drapeau

Le drapeau de l'ordre du Temple était appelé le gonfanon ou baucent. Baucent signifie bicolore et avait plusieurs graphies : baussant, baucent ou balcent. C'était un rectangle vertical composé de deux bandes , l'une blanche et l'autre noire , coupées au tiers supérieur.
Porté en hauteur au bout d'une lance , il était le signe de ralliement des combattants templiers sur le champ de bataille , protégé en combat par une dizaine de chevaliers. Celui qui en était responsable était appelé le gonfanonier. Selon la circonstance , le gonfanonier désignait un porteur qui pouvait être un écuyer , un soldat turcopole ou une sentinelle. Le gonfanonier chevauchait devant et conduisait son escadron sous le commandement du maréchal de l'ordre.
Le gonfanon devait être visible en permanence sur le champ de bataille et c'est pourquoi il était interdit de l'abaisser. Ce manquement grave au règlement pouvait être puni par la sanction la plus sévère , c’est-à-dire la perte de l'habit qui signifiait le renvoi de l'ordre. Selon l'historien Georges Bordonove , lorsque le gonfanon principal tombait parce que son porteur et sa garde avaient été tués , le commandeur des chevaliers déroulait un étendard de secours et reprenait la charge. Si celui-ci venait à disparaître à son tour, un commandeur d'escadron devait lever son pennon noir et blanc et rallier tous les Templiers présents. Si les couleurs templières n'étaient plus visibles , les Templiers survivants devaient rejoindre la bannière des Hospitaliers. Dans le cas où celle-ci était tombée , les Templiers devaient rallier la première bannière chrétienne qu'ils apercevaient.
Le gonfanon baucent est représenté dans les fresques de la chapelle templière San Bevignate de Pérouse en Italie. La bande blanche se situe dans la partie supérieure. Il est aussi dessiné dans la « chronica majorum » , les Chroniques de Matthieu Paris en 1245. Dans ce cas , la bande blanche se trouve dans la partie inférieure.

Les Templiers vus par leurs ennemis

Les croisés dans leur ensemble étaient perçus par les Arabes comme des barbares , ignorants et puérils. Au début du XIIe siècle , les Templiers se révélèrent être les combattants les plus redoutables que durent affronter les Arabes. Cependant , en dehors du champ de bataille , on note qu'une certaine tolérance religieuse les animait. En 1140 , l'émir et chroniqueur « Oussama Ibn Mounqidh » , par ailleurs ambassadeur auprès des Francs , se rendit à Jérusalem. Il avait l'habitude d'aller à l'ancienne mosquée al-Aqsa , « lieu de résidence de mes amis les Templiers ». L'émir rapporta une anecdote pendant laquelle les Templiers prirent ouvertement sa défense lors de la prière. Alors que la façon de prier des musulmans était à la fois inconnue et incomprise des Francs nouvellement arrivés en Orient , les Templiers , eux , faisaient respecter ce culte , même si celui-ci était qualifié d'infidèle.
Quelques années plus tard , en 1187 , lors de la bataille de Hattin , le chef musulman Saladin fit décapiter au sabre , sur place et en sa présence , près de deux cent trente Templiers prisonniers. Le secrétaire particulier de Saladin concluait en parlant de son maître : « Que de maux il guérit en mettant à mort un Templier ». En revanche , les chefs militaires arabes épargnaient les maîtres de l'ordre prisonniers parce qu'ils savaient que dès qu'un maître mourait , il était immédiatement remplacé.