Le Moyen Age Central de l'an 1250 à 1350

Fin des Croisades

Chute d’Acre 18 mai 1291

En un demi-siècle , les Francs sont arrivés à fonder en Palestine des États de type féodal en symbiose avec l'Orient (mariages , amitiés...). Mais les mésententes entre les barons et les maladresses des nouveaux arrivants , peu au fait des réalités du terrain , ont compromis cet équilibre fragile. En 1146 , l'union de la Syrie musulmane sous l'égide d'un seul souverain a placé les croisés sur la défensive. Un quart de siècle plus tard , en rassemblant Syriens et Égyptiens sous sa coupe , le sultan Saladin a pris en tenaille les États francs et s'est donné les moyens de reconquérir Jérusalem. Les croisés voulaient enlever la Terre sainte et le tombeau du Christ aux musulmans. Ils n'y sont parvenus que le temps de trois générations ! Les croisades , première entreprise occidentale de «colonisation» , ont finalement abouti à un échec et se sont soldées qui plus est par de nombreux combats , massacres et atrocités... Mais sans doute ne faut-il pas exagérer ceux-ci compte tenu de l'époque , qui a aussi connu la djihad(guerre sainte) arabe et les ravages des Turcs et des Mongols.
Paradoxe : les croisades , en dépit de leur faillite , ont sans doute eu sur la chrétienté occidentale un effet très bénéfique en détournant vers l'Orient un grand nombre de jeunes chevaliers , cadets de famille désargentés et brutes de tout poil !
Débarrassés de ces gêneurs , les monarchies européennes ont pu mettre fin aux guerres privées et instaurer des relations plus pacifiques entre les seigneuries féodales. Cette paix civile toute relative a ouvert la voie à un développement quasi-ininterrompu jusqu'au XXe siècle.
Avec la chute d’Acre , les barons croisés ne possèdent plus dans la région que Chypre , qui tiendra jusqu’en…1571 ! Généralement , on estime que 1291 signe la fin des croisades , celles que l’on estime « officielles », les huit connues des manuels d’histoire. Il est vrai que l’idée de croisade telle qu’elle a été pensée tout au long des XIIè et XIIIè siècles n’est plus et que , surtout , cela fait longtemps que les royaumes d’Occident se sont désintéressés du sort des Etats croisés , à l’exception de Saint Louis.
Ce sont les cités italiennes et la maison d’Anjou qui ont agi sur place , mais dans une vision plus politique et économique qu’idéologique et religieuse  , la reconquête du Saint-Sépulcre est loin d’être leur priorité.
Pourtant , cette idée de croisade , même si elle a évolué , se fait à nouveau entendre les siècles suivants. Elle prend d’autres formes , touche d’autres aires géographiques (on pense aux Teutoniques) , et elle provoque même de nouvelles conquêtes comme celle de Rhodes en 1310 ! On pense différemment la croisade , on l’envisage dans un cadre plus élargi , on décide des réformes (comme la fusion des ordres militaires, responsables de tant de divisions) ou de nouvelles alliances (avec les Mongols par exemple). Ainsi , tout au long des XIVè et XVè siècles , un certain nombre d’expéditions guerrières , en particulier contre les Turcs , sont considérées comme des croisades (effectuées par des ligues). Et même la bataille de Lépante , en 1571 , sera évoquée comme un fait de croisade…









Le Bilan de ces deux siécles de Croisades

L'épopée des croisades a débuté en 1095 avec l'appel du pape Urbain II et s'est étiolée après la défaite de Hattîn , en 1187. Entre 1187 et le 18 mai 1291 date à la quelle les Mamelouks s’emparent de Saint-Jean d’Âcre il y aura encore beaucoup de batailles et de tréves négociées avec les dignitaires Musulmans , mais 1291 est incontestablement la date marquant la fin de l’Empire Latin .


– Ressentiment Arabe

Les croisades ont élargi le fossé entre musulmans et chrétiens et suscité en Orient un ressentiment à l'égard des Occidentaux. Mais ne l'exagérons pas : l'impuissance politique des Arabes doit infiniment plus aux invasions turques et mongoles et à leurs propres carences qu'à la brève équipée des croisés.


– Ressentiment Grec

Les croisades ont par ailleurs creusé un abîme d'incompréhension entre la chrétienté grecque d'Orient et la chrétienté latine d'Occident , avec des répercussions durables pour la construction européenne. A la désastreuse IVe croisade revient la responsabilité de la rupture définitive entre ces deux pans de la chrétienté.

L'Europe consolidée

Pour l'historien Jacques Le Goff , le seul bénéfice des croisades (à l'exclusion de la première) s'inscrit en creux dans l'Histoire de l'Europe. Par leur échec , elles ont détourné les Européens de Jérusalem et des illusions de l'Orient. « À cet égard , l'échec des croisades fut une condition très favorable à l'unité de l'Europe » , dit-il (*).


Cette période clé du Moyen-Âge a connu par ailleurs l'épanouissement de l'art roman et de l'art gothique , ainsi que l'émergence de la bourgeoisie.Durant cette cette période les sciences et les techniques ont fait un bond spectaculaire . Elle s'est caractérisée par une exceptionnelle poussée démographique de l'Europe. C'est elle qui a rendu possibles les croisades. Ces dernières ont-elles contribué à l'essor de l'Occident ? L'ont-elles au contraire desservi ?


Il est tres difficile de faire un bilan exhaustif et non partisan des croisades ou de la présence latine en Terre Sainte . Les enjeux religieux , politiques , économiques et même culturels furent tellement variés , les interprétations et les angles historiographiques tellement opposés parfois qu’il est trop aventureux de tirer un quelconque bilan. Nous ne pouvons que conseiller la lecture des ouvrages historiques qui traitent de ce sujet .





Néanmoins , à partir du XIV ème siécle les Croisés rentreront chez eux en Europe confortant les frontiéres de leurs pays respectifs et les intrusions Musulmanes cesseront au fil de l'eau en Europe .

C'est la fin des Croisades .
Ces deux mondes à partir du XIV ème siécle ne se confronteront plus qu'en matière commerciale.


Le Moyen Age Central 950 à 1350
Récapitulation des Croisades 01 à 08

1ère Croisade

1095 27 novembre Urbain II prêche la première croisade lors du concile de Clermont.
1096 08 mars Départ d’une « armée de pèlerins », conduite par Pierre l’Ermite.
1096 12 avril Pierre l’Ermite est à Cologne.
1096 20 mai Massacre de Juifs à Mayence par l’armée de pèlerins.
1096 06 juillet Concile de Nîmes confiant au comte de Toulouse la tête d’une expédition en terre sainte.
1096 06 juillet Prise et massacre de Sembin (Hongrie) par l’armée de pèlerins.
1096 06 juillet Prise et pillage de Belgrade par l’armée de pèlerins.
1096 01 août Pierre l’Ermite et l' »armée de pèlerins » à Constantinople.
1096 02-06 août Pillages des alentours de Constantinople par l’armée de pèlerins.
1096 07 août Les Byzantins font passer le Bosphore à l’armée de pèlerins.
1096 10 août L’armée « populaire » est anéantie par les Turcs près de Nicée.
1096 15 août Départ des armées de Godefroy de Bouillon pour la première Croisade.3 000 survivants de l’armée de pèlerins se barricadent près de Civitot.
1096 15 Septembre Les armées de Godefroy pillent Selymbria.
1096 29 septembre Défaite des survivants de l’armée de pèlerins près de Civitot.
1096 10 Octobre Les armées de Bohémond (Normand) quittent Bari (Italie) pour la première Croisade.
1096 25 octobre Rencontre à Lucques entre Robert de Normandie, Robert de Flandre et Urbain II.
1096 23 décembre Arrivée de Godefroy de Bouillon à la tête des armées croisées à Constantinople.
1097 18 février Victoire de Bohémond (Normand) contre les impériaux et Byzantins à Vardar.
1097 01 avril Arrivée de Bohémond et ses armées à Constatinople.
1097 05 avril Arrivée de Robert de Flandre et Étienne de Blois à Brindisi.
1097 12 avril Prise de Roussa (Byzantine) par Raymond de Saint-Gilles.
1097 21 avril Arrivée de Raymond de Saint-Gilles à Constantinople.
1097 26 avril Arrivée de Robert de Normandie à Constantinople.
1097 30 avril L’ensemble des barons a prêté serment à Alexis Ier.
1097 06 mai Arrivée des premiers Croisés devant Nicée.
1097 10 Mai Prise de Tyr par les Fatimides.
1097 26 mai-26 juin Les Croisés assiègent Nicée.
1097 19 juin Victoire des armées croisées sur l’armée de secours turque envoyée à Nicée.
1097 26 juin Reddition de Nicée aux Byzantins.
1097 01 juillet Victoire des Croisés à Dorylée contre les Turcs.
1097 13 juillet Division des armées Croisées.
1097 05 Septembre Prise de Loadicée par Guynemer de Boulogne.
1097 15 Septembre- 10 Octobre Affrontements entre Baudoin et Tancrède à Adana.
1097 13 octobre Jonction des armées croisées près d’Antioche.
1097 20 octobre Arrivée des armées croisées devant Antioche.
1097 21 octobre Début du siège d’Antioche.
1097 10 Novembre Bohémond s’empare de la forteresse de Harim.
1097 12 Novembre Baudoin rejoint l’armée de Godefroy de Bouillon.
1097 15 novembre Baudoin quitte l’armée croisée en direction de l’Arménie.
1097 31 décembre Victoire de Robert de Flandre contre les Turcs à Al-Bara.
1098 09 février Victoire de Bohémond contre les Turcs.Prise de Laodicée par des corsaires anglais pour les Byzantins.
1098 10 mars Prise d’Édesse par Baudouin de Boulogne.
1098 19 mars Construction du fort « Château-Raymond » pour assiéger Antioche.
1098 05 avril Prise d’une citadelle au sud d’Antioche par Tancrède.
1098 04-26 mai Échecs des tentatives de prise d’Édesse aux Croisés par les Turcs de Kurbuqa.
1098 29 mai Les barons assiégeant Antioche se rangent sous les ordres de Bohémond.
1098 03 juin Les Croisés s’emparent d’Antioche.
1098 04 juin Victoire turque contre les Croisés près d’Antioche.
1098 07 juin Les Croisés sont assiégés dans Antioche par les armées turques de Kurbuqa.
1098 10 Juin Robert de Flandre abandonne la forteresse de la Mahomerie face aux Turcs.
1098 13 Juin Bohémond abandonne la forteresse de Malregard face aux Turcs.
1098 14 juin Découverte de la « Sainte Lance » à Antioche par Pierre Barthélémy.
1098 28 juin Victoire de Kerbogah permettant la libération des troupes assiégées dans Antioche.
1098 03 juillet Échec du conseil des barons sur la question du contrôle d’Antioche.
1098 26 août Les Fatimides s’emparent de Jérusalem.
1098 08 novembre Désaccord entre Bohémond et Raymond de Saint-Gilles sur le contrôle d’Antioche.
1098 12 décembre Prise de Ma’arrat par les Croisés.
1098 10 décembre Révoltes anti-Francs violemment réprimées par Baudouin en Arménie.
1099 13 janvier Départ des armées du comte de Toulouse de Ma’arrat en direction de Jérusalem.
1099 23 janvier Prise de la forteresse de Kalaatel-Hosu (Kral) par les Croisés.
1099 17 février Prise de Tortose par des vassaux du comte de Toulouse.
1099 01 mars Bohémond délivre Guynemer de Boulogne capturé à Laodicée.
1099 14 mars Godefroy de Bouillon et Robert de Flandre rejoignent Raymond de Saint-Gilles assiégeant Arqa.
1099 10 avril Premier « conseil des barons » sur la conduite des opérations sur Jérusalem.
1099 13 mai Raymond de Saint-Gilles lève le siège d’Arqua.
1099 06 juin Les armées croisées s’emparent de Bethléem.
1099 07 juin Les armées croisées arrivent devant Jérusalem.
1099 08 juillet Procession autour de Jérusalem.
1099 14 juillet Échec du premier assaut contre Jérusalem.
1099 15 juillet Prise de Jérusalem par les croisés qui vont se livrer au pillage et au massacre de la population.
1099 17 juillet Conseil de barons pour organiser l’élection d’un patriarche ou d’un roi.
1099 22 juillet Godefroy de Bouillon est élu souverain de Jérusalem.
1099 01 août Arnould Malcorne est élu patriarche de Jérusalem.
1099 04 août Débarquement des Fatimides à Ascalon.
1099 12 août Victoire des armées croisées à Ascalon contre les armées égyptiennes.
1099 21 décembre Pèlerinage de Bohémond et Baudoin à Jérusalem.
1099 26 décembre Arnould Malcorne, patriarche de Jérusalem est déposé.
1099 31 décembre Daimbert est élu patriarche de Jérusalem.
1100 28 avril Bulle du pape Pascal II appelant à la poursuite de la croisade.
1100 10 Mai Campagne de Godefroy de Bouillon et Tancrède à l’est de Tibériade.
1100 10 juin Arrivée de la flotte vénitienne à Jaffa.
1100 18 juillet Mort de Godefroy de Bouillon, avoué du Saint-Sépulcre à Jérusalem, son frère Baudouin lui succède.
1100 15 août Bohémond de Tarente est fait prisonnier par les Turcs seldoukjides.
1100 20 août Tancrède s’empare de Caïffa (Haïfa).
1100 11 Septembre Départ d’une armée lombarde pour la croisade.
1100 10-12 novembre Arrivée de Baudouin de Boulogne à Jérusalem.
1100 15 Novembre-décembre Campagne de Baudouin au-delà de la mer Morte.
1100 25 décembre Baudouin est couronné roi.
1101 10 Février Départ de Guillaume II comte de Nevers pour la croisade.
1101 10 Mars Départ de Guillaume II d’Aquitaine pour la croisade.
1101 05 Avril Prise d’Arsûf par les armées croisées.
1101 17 mai Prise de Césarée.
1101 10 Juin Arrivée de Guillaume II d’Aquitaine à Constantinople.
1101 23 juin Prise d’Ankara par les armées croisées.
1101 01 Août Défaite de Guillaume de Nevers à Eregli.
1101 05 août Défaite des armées croisées à Amasia.
1101 05 septembre Défaite de Guillaume d’Aquitaine à Eregli.
1101 07 septembre Victoire des armées franques de Jérusalem contre les Égyptiens.
1102 10 Février Prise de Tortose par Raymond de Saint-Gilles avec l’aide des Vénitiens.Prise de Loadicée par les Normands aux Byzantins.
1102 17 mai Défaite de Baudouin face aux armées égyptiennes près de de Ramlah.
1102 18 mai Mort d’Étienne de Blois lors de la prise de Ramlah par les Égyptiens.
1102 27 mai Victoire de Baudouin à Jaffa.
1104 10 Février Baudoin, roi de Jérusalem invite les Vénitiens en Terre sainte.
1104 28 avril Raymond de Saint-Gilles s’empare de Giblet avec l’aide des Génois.
1104 26 mai Prise de la ville d’Âcre par Baudouin avec l’aide des Génois.
1104 07 mai Défaite et capture de Baudouin de Boulogne et Baudouin du Bourcq sont fait prisonniers par les Turcs à Harran.
1105 28 février Mort du comte de Toulouse devant Tripoli.
1105 27 août Victoire des Francs contre les Égyptiens à Ramlah.
1109 12 juillet Prise de Tripoli par Guillaume Jourdain par les Croisés.
1109 20 décembre Prise de Beyrouth par les Croisés.
1110 19 octobre Sidon est assiégée par les Croisés aidé par les flottes norvégienne et vénitienne.
1110 04 décembre Prise de Sidon par les armées Croisés.
1113 15 février Fondation de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem par Gérard Tenque.
1115 20 mars Défaite de l’atabeg de Mossoul face à Roger d’Antioche à Tell Danîth.
1118 10 avril Fondation de l’ordre du Temple par des chevaliers français à Jérusalem.
1119 28 juin Défaite et destruction de l’armée d’Antioche face aux Turcomans lors de la bataille de l' »Ager Sanguinis ».
1123 30 mai Victoire navale vénitienne contre les Égyptiens à Ascalon.
1124 07 juillet Prise de Tyr par les Croisés.
1128 14 janvier Concile de Troyes sur la création de l’ordre des Chevaliers du Temple.
1137 08 aout Reddition de Mont-Ferrand face à Zengi, atabeg de Mossoul.
1144 31 décembre Les troupes de l’émir de Mossoul s’emparent d’Édesse.
1145 01 décembre Bulle « Quantum Predecessores » d’Eugène III appelant à la seconde croisade.

2eme Croisade (1147-1149)

1146 01 mars Nouvelle promulgation d’une bulle appelant à la croisade.
1146 31 mars Saint Bernard prêche la deuxième croisade à Vezelay. Les armées de Jocelin II reprennent Édesse.
1146 26 décembre Prise d’Édesse par Zenghî, atabeg de Mossoul.
1146 27 décembre Conrad III décide de participer à la seconde croisade.
1147 20 Avril Départ des armées germaniques de Nuremberg.
1147 11 Mai L’armée germanique quitte Ratisbonne en direction de Constantinople.
1147 10 Juin Départ de Louis VII en croisade depuis Metz.
1147 04 octobre Arrivée des armées croisées françaises à Constantinople.
1147 10 Novembre Défaite des armées croisées germaniques à Dorylée.
1148 06 janvier Défaite des armées croisées françaises à Pisidie.
1148 10 mars Visite de Conrad III, empereur du Saint-Empire germanique à Constantinople.
1148 11 Avril Arrivée des armées croisées à Antioche.
1148 25 Mai Arrivée des armées croisées à Jérusalem.
1148 06 Juin Le conseil des Barons, réuni à Âcre, décide d’attaquer Damas.
1148 28 juillet Les armées croisées lèvent le siège de Damas.
1149 11 mai Louis VII lève le siège de Damas marquant la fin de la seconde croisade.
1153 17 janvier Prise d’Ascalon par les Francs.
1158 28 septembre Prise de Harim par Baudoin III et Thierry de Flandre.
1173 14 juillet Traité entre Saladin et Pise.
1175 03 juin Saladin devient gouverneur d’Égypte et de Syrie.
1178 17 mai Victoire de Saladin contre les Francs à Harim.
1180 15 décembre Trêve entre les Francs et Saladin.
1181 14 avril Traité entre Saladin et Byzance.
1182 03 janvier Renaud de Chatillon attaque en Arabie une caravane se rendant à La Mecque.
1183 10 Juin Saladin s’empare d’Alep.
1185 03 novembre Renouvellement de la trêve avec Saladin.
1186 10 mars Prise de Mossoul par les armées de Saladin.
1187 03 mars Renaud de Châtillon rompt la trêve et capture une caravane de Saladin.
1187 31 mai Défaite d’un détachement de Templiers contre Saladin.
1187 03 juillet Une armée franque marche sur Tibériade assiégée par Saladin.
1187 04 juillet Premiers accrochages entre les Francs et Saladin.
1187 05 juillet Saladin écrase les armées chrétiennes à Hattin Guy de Lusignan, Renaud de Châtillon sont fait prisonniers.
1187 05 juillet Saladin fait exécuter Renaud de Châtillon ainsi que les membres des ordres militaires.
1187 02 octobre Capitulation et prise de Jérusalem par les armées de Saladin.
1187 11 novembre Appel à la croisade pour aider les états latins d’orient.

3eme Croisade (1189-1192)

1189 09 septembre Début de la troisième croisade.
1189 15 décembre Départ de Frédéric II pour la croisade de Ratisbonne.
1190 17 mai Victoire de Frédéric II Barberousse contre les Turcs à Konya (Iconium).
1190 10 juin Noyade de Frédéric II Barberousse en Cilicie.
1190 04 juillet Départ de Philippe Auguste pour la troisième croisade.
1191 20 avril Arrivée de Philippe Auguste devant Saint-Jean d’Âcre.
1191 01 Mai Richard Cœur de Lion s’empare de Chypre alors sous contrôle Byzantin.
1191 08 juin Arrivée de Richard Cœur de Lion devant Saint-Jean d’Âcre.
1191 10 juin Prise de Saint-Jean d’Âcre par Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion.
1191 12 juillet Capitulation de Saint-Jean-d’Âcre.
1191 07 septembre Victoire des armées croisées à Arsouf contre les Turcs.
1191 10 octobre Reprise de Saint-Jean d’Âcre par les croisés.
1192 11 août Victoire de Richard Cœur de Lion contre les troupes de Saladin à Jaffa.
1192 02 septembre Traité entre Saladin et Richard Cœur de Lion instaurant une trêve.
1193 05 février Henri VI, empereur allemand capture de Richard Cœur de Lion lors de son retour de croisade.
1193 11 mars Libération de Richard Cœur de Lion.
1198 05 août Le pape Innocent III appelle à délivrer Jérusalem.
1199 10 novembre Thibaud de Champagne prend la tête d’une prochaine croisade.

4eme Croisade (1202-1204)

1201 Avril Accord de Venise avec les Croisés en vue de la quatrième croisade.
1202 06 juin Arrivée des troupes croisées à Venise.
1202 15 juin Début de la quatrième croisade (Jusqu’en 1204).
1202 18 Juin Arrivée des troupes croisées à Venise.
1202 10 aout Le doge de Venise demande aux Croisés de l’aider à reprendre Zara.
1202 01 octobre Départ des armées croisées de Venise.
1202 25 août Venise participe officiellement à la croisade.
1202 10 Octobre-novembre Soumission des villes de Trieste et Pula devant les armées croisées.
1202 10 novembre Les armées croisées débarquent devant Zara.
1202 24 novembre Prise et pillage de Zara (hongroise) par les Croisés.
1202 10 décembre Le pape excommunie les Vénitiens pour la prise de Zara.
1202 15 décembre Alexis IV demande de l’aide au Croisés pour récupérer le trône de Constantinople.
1203 07 mai Prise de Corfou par les armées croisées.
1203 24 juin Arrivée des armées croisées devant Byzance.
1203 06 juillet Prise de Galata (Byzantine) par les Croisés.
1203 17 juillet Prise de Byzance par les Croisés.
1203 25 Juillet Fuite d’Alexis III, Isaac II récupère son trône.
1203 01 août Alexis Ange fils d’Isaac II est couronné Basileus associé à Sainte-Sophie.Les Croisés demandent à Alexis IV d’honorer le paiement promis.
1204 03 Janvier Alexis Murzuphle fait assassiner Isaac II et son fils et s’empare du trône.
1204 05 Janvier Alexis V rejette l’ultimatum croisé, concernant leur promesse de rétribution.
1204 10 Mars Traité entre E. Dandolo et les barons croisés sur le partage de l’empire byzantin.
1204 09 avril Premier assaut des Croisés contre Constantinople.
1204 12 avril Nouvel assaut des Croisés contre Constantinople.
1204 13 avril Fuite d’Alexis III en Thrace.
1204 13 avril Prise et pillage de Constantinople par les Croisés marquant la fin de la quatrième croisade.
1210 01 janvier Construction par al-Adil d’une forteresse à Thabor (plaine d’Acre).

5eme Croisade (1217-1221)

1215 07 septembre Concile de Latran appelant à la cinquième croisade (jusqu’en 1221).
1217 10 février Expédition des rois de Chypre et de Hongrie contre le Mont-Thabor.
1218 24 août Débarquement et siège de Damiette.
1219 Prise de Jérusalem par Jean de Brienne.
1219 05 novembre Prise de Damiette par les Croisés.
1221 12 septembre Défaite des Croisés à Mansourah.
1221 25 septembre Évacuation de Damiette par les armées croisées.
1227 29 septembre Excommunication de Frédéric II suite au non respect de ses promesses de croisades.

6eme Croisade (1228-1229)

1228 30 Juin Frédéric II prend la mer marquant le début de la sixième croisade (jusqu’en 1229).
1228 07 septembre Arrivée de Frédéric II à Âcre.
1229 11 février Traité de Jaffa, Frédéric II récupère Jérusalem, Bethléem et Nazareth.
1229 17 mars Frédéric II reçoit la couronne du royaume de Jérusalem.
1239 05 mai « Croisades des barons » qui récupère une partie du royaume de Jérusalem.
1244 10 juillet Le Sultan d’Égypte s’empare de Jérusalem.
1244 17 octobre Défaite des armées franco-damastiques à La Forbie contre les armées du sultan d’Égypte.
1245 25 Juin Le concile de Lyon prêche pour la septième croisade.
1247 10 janvier Les Turcs s’emparent d’Ascalon.

7eme Croisade (1248-1254)

1248 12 juin Départ de Saint-Louis pour la septième croisade.
1248 28 août Saint Louis quitte Aigues-Mortes pour Chypre.
1249 05 juin Débarquement des armées de Saint-Louis devant Damiette.
1249 06 juin Les armées de Saint-Louis entrent dans Damiette que les armées du sultan ont évacués dans la nuit.
1250 08 février Défaite de La Mansourah, Saint-Louis échappe de justesse aux Mamelouks, et son frère meurt au combat.
1250 06 avril Saint-Louis et son armée sont capturés et fait prisonniers.
1250 02 mai Le sultan est reversé par les Mamelouks, une rançon est exigé pour la libération de Saint-Louis.
1250 06 mai Saint-Louis et les survivants de son armée rejoignent Saint-Jean d’Âcre.

8eme Croisade (1270)

1270 16 mars Départ de Saint-Louis pour la huitième croisade.
1270 01 juillet Saint Louis quitte Aigues-Mortes en direction de Tunis.
1270 17 juillet les armées de Saint-Louis atteignent La Goulette.
1270 03 août Mort de Jean-Tristan comte de Nevers, fils du roi de la dysenterie à Tunis.
1270 25 août Mort de Saint Louis à Tunis son fils Philippe III le Hardi lui succède.
1270 04 septembre Victoire des Croisés contre les armées musulmanes.
1270 20 octobre Victoire des Croisés contre les armées musulmanes.
1270 05 novembre Traité de paix avec les Hafsides mettant fin à la 8eme croisade.
1271 Prise du Crac des Chevaliers (Hospitalier) par le sultan Baïbar.
1287 Prise de Marqab aux Hospitaliers par le sultan Kalaoûn.Prise de Lattakié aux Hospitaliers par le sultan Kalaoûn.
1289 15 Avril Qalaoun (Mamelouk) s’empare de Tripoli.
1291 18 mai Les Mamelouks s’emparent de Saint-Jean d’Âcre marquant la fin de l’Empire latin.
1291 28 mai Prise de la citadelle du mont Thabor par les troupes du sultan.
1310 Prise de Rhodes que l’on confie aux Hospitaliers.

Le Moyen Age Central 950 à 1350

Croisades des Enfants - Pastoureaux

Croisade des enfants (1212)

Il serait plus juste de parler des croisades d’enfants car , en fait , il y en a eu deux : une ayant comme point de départ la France et une autre l’Allemagne. Tout cela débute au mois de juin 1212 , en France. Un jeune berger du village de Cloyes , Étienne, affirme avoir eu une vision du Christ , sous l’apparence d’un pèlerin affamé , qui lui donna une lettre pour le roi de France. Étienne et ses compagnons partent pour Saint-Denis dans l’intention de rencontrer Philippe Auguste , le roi. De nombreux pueri du nord de la France rejoignent la petite troupe , suivis bientôt d'aventuriers , de marchands et de prêtres ,ils sont alors 30 000. Les populations accueillent les pèlerins avec une grande générosité , mais le clergé s’en méfie , ce qui augmente la rancœur des fidèles envers l’Église. Dans les archives canoniales de Saint-Quentin , nous pouvons trouver le « témoignage d’un de ces conflits » , preuve du passage dans cette ville du groupe de pueri. Une fois à Saint-Denis , le roi Philippe les renvoie chez eux. C’est alors la fin du « pèlerinage ». Les chroniqueurs sont très brefs et extrêmement vagues « sur la fin de l’aventure [française] ». Du côté de l’Allemagne , les sources sont plus abondantes. Différentes bandes de pueri se rejoignent à Cologne où un jeune brasseur , Nicolas, qui a eu la vision d’un ange lui demandant d’aller délivrer la croix du Christ des mains des musulmans , prend la tête du regroupement. Les jeunes pèlerins quittent aussi Cologne en juin 1212. La troupe rassemble des garçons , des jeunes filles , et des femmes dont quelques-unes avec des enfants au sein , des paysans , de jeunes nobles accompagnés de courtisanes , mais aussi des brigands et des prostituées. Par contre , beaucoup meurent en chemin , ou se font voler. D’ailleurs , selon un document juridique des archives de Cologne , un des brigands ayant volé l’argent et la nourriture des pèlerins a été pendu. Lorsque le reste de la troupe arrive à Gênes le 25 août , ils sont plus de 7 000. Dès le lendemain , les pueri s’éparpillent : certains vont à Marseille où ils sont « pris à bord de navires et emportés par des pirates pour être vendus aux Sarrasins » , d’autres vont à Rome , au sud de la péninsule ou rebroussent chemin. Encore ici , les opinions diffèrent , mais tous les auteurs s’entendent sur un point : « sur des milliers de personnes parties joyeusement pour l’Italie , très peu reviennent ».
Nous pouvons donc conclure que ces deux croisades peu ordinaires ont bien eu lieu grâce à l’étonnante quantité de documents de toutes sortes qui le confirment.
Par contre , il subsiste des doutes quant à la composition de ces croisades et par conséquent , quant à leur nom de "croisades des enfants". En effet , beaucoup d’historiens actuels soutiennent que ce n’était pas des enfants qui y participaient. Le premier qui a nié « l’idée que les participants aient pu être de jeunes enfants fut G. Miccoli. » Les historiens qui soutiennent cette thèse affirment que ce nom viendrait de mauvaises traductions , car nulle part il n’est mentionné exactement que les participants étaient des enfants la majorité des chroniqueurs utilisaient le terme pueri. Selon Philippe Ariès et Georges Duby , ce terme a trois traductions possibles. En latin classique , cela signifie « enfants » , mais nous pouvons aussi le traduire comme « enfants de Dieu » , ce qui ne suppose aucune catégorie d’âge. La troisième traduction fait état d’une classe sociale : « quiconque se trouve en situation de pauvreté ou de servilité ». C’est probablement avec cette idée en tête que les chroniqueurs ont utilisé le terme pueri , car , dans toutes les archives , les auteurs insistent sur la misère des pèlerins. Il y a un autre point qui appuierait l’idée que ce n’était pas des enfants. Selon le témoignage de l'évêque Sicard et de Jacques de Voragine , il y avait des femmes avec des enfants au sein , des fils de nobles et des courtisanes , ce qui révèle la participation d’un grand nombre d’adultes. Le chroniqueur de l’abbaye d’Erbersheim remarque aussi qu’il « s’agissait essentiellement de domestiques , hommes et femmes ». Il y eut très certainement des enfants qui ont participé à ces croisades , mais ce n’était sûrement pas la majorité.


1212 10 Mars-juin Des milliers de pèlerins se rassemblent autour de Nicolas près de Cologne.
1212 11 Juin Le berger Étienne part remettre une lettre du Christ à Philippe Auguste. Étienne et ses pèlerins arrivent à Saint-Denis où Philippe Auguste demande leur dispersion.
1212 20 août Les croisés allemands arrivent à Plaisance.
1212 25 août Arrivés à Gênes, une partie des Croisés se disperse.Arrivés à Brindisi, l’Église interdit l’embarquement des Croisés.Les croisés ayant réussi à s’embarquer sont capturés par des pirates.
1213 Appel du pape Innocent III à une nouvelle croisade en terre sainte.


Croisades des Pastoureaux (1251)

Lors de la septième croisade , Louis IX de France (Saint Louis) prend Mansourah. Mais son armée , victime d'une épidémie de peste ou , selon les dernières recherches , de dysenterie , de typhus et de scorbut , s'y trouve prise au piège. Saint Louis est fait prisonnier avec deux de ses frères en 1250. Cette nouvelle , quand elle parvient en Occident , provoque incrédulité et révolte. Comment un roi très pieux a-t-il pu être abandonné de Dieu ?
La réponse vient de prédicateurs populaires , en particulier un certain Job , ou Jacob ou Jacques , moine hongrois de l'ordre de Cîteaux. Ce moine charismatique , nommé le « maître de Hongrie » , prétend avoir reçu de la Vierge Marie une lettre affirmant que les puissants , les riches et les orgueilleux ne pourront jamais reprendre Jérusalem , mais que seuls y parviendront les pauvres , les humbles , les bergers , dont il doit être le guide. L’orgueil de la chevalerie , dit la lettre , a déplu à Dieu. À l'époque , le terme « pastoureaux » désignait les bergers , il donna son nom à cette croisade. L'appel solennel aurait eu lieu pour Pâques 1251. Des milliers de bergers et de paysans prennent la croix, et marchent vers Paris , armés de haches , de couteaux et de bâtons. Ils sont 30 000 à Amiens , peut-être 50 000 à Paris , où Blanche de Castille les reçoit. Dans un premier temps elle donne son appui. Mais le mouvement est trop dangereux sur le plan social et religieux pour être accepté par les puissants : il accuse abbés et prélats de cupidité et d'orgueil , et s'en prend même à la Chevalerie , accusée de mépriser les pauvres et de tirer profit de la croisade. Des conflits s’ensuivent avec le clergé dans plusieurs villes (Rouen , Orléans , Tours). À Bourges , les pastoureaux s'en prennent aussi aux juifs , et sont réprimés par les forces royales. Lorsque les villes ne veulent pas les nourrir , des pillages ont lieu en France , par exemple à Bordeaux , où Simon V de Montfort réprime les pastoureaux. Le mouvement s'étend en Rhénanie et dans le nord de l'Italie. La répression est de plus en plus féroce et seuls quelques rescapés parviennent jusqu'à Marseille et s'embarquent pour Acre , où ils rejoignent les croisés.


1251 15 mai Joseph, moine cistercien appelle à la croisade pour libérer Saint-Louis.
1251 11 juin Défaite des Pastoureaux à Villeneuve-sur-Cher.
1254 25 avril Saint-Louis quitte Saint-Jean d’Âcre pour la France.
1260 30 aout Le sultan Baïbar s’empare de la Syrie.
1263 11 aout Appel d’Urbain IV à la 8eme croisade.
1265 Prise de Césarée par le sultan.
1266 Prise de la forteresse des Templiers à Safet par les armées du sultan.
1267 25 mai Saint-Louis décide de repartir en croisade.
1268 Prise de Jaffa et de Beaufort par les armées du sultan.


Le Moyen Age Central 950 à 1350
Croisades contre les Albigeois

Extermination des Albigeois

Croyants et Parfaits

Les cathares qu'on appelait « Parfaits » ou « Bonshommes », jouaient en quelque sorte le rôle de prêtres, devaient observer des règles très strictes. Ils étaient astreints à jeûner fréquemment, et certains d'aliments leur étaient défendus . Ils ne construisaient pas de temples, ils priaient et prêchaient n'importe où. Ils rejetaient tous les sacrements à l'exception du Consolamentum. Elle concernait les croyants désireux de devenir Parfaits (baptême). Le croyant s'engageait à respecter les règles propres aux Parfaits : ne plus mentir, ni jurer, ne plus avoir de relations sexuelles, régime alimentaire très strict... Recevant l'accolade de ses initiateurs, qui s'agenouillaient ensuite devant lui, le nouveau Parfait était censé sentir descendre sur lui l'Esprit saint. Tant qu'ils purent afficher librement leurs opinions, les cathares s'habillaient de préférence en noir. Après la répression, ils se contentaient de dissimuler une ceinture noire sous leurs vêtements ordinaires. Leur comportement peut se comparer à celui de certains intégristes religieux de nos jours.

La première croisade contre les albigeois (1209 - 1218)

L'assassinat de son légat amena le pape à riposter contre les hérétiques. Le roi de France, Philippe Auguste, répondit favorablement à l'appel en laissant ses puissants vassaux, le duc de Bourgogne, les comtes de Montfort et de Saint-Pol prendre la tête de la riposte. 300 000 croisés descendirent dans la vallée du Rhône. Le comte de Toulouse, Raymond VI, soupçonné d'etre l'instigateur du meurtre du légat, s'était rallié à l'Église (par peur d'etre assassiné) et s'était croisé contre ses propres sujets. L'armée des croisés assiégea Béziers, ville solidement fortifiée. Cependant les habitants, forts de ce sentiment de sécurité, assaillirent les campements qui se tenaient aux pieds des murailles. Les mercenaires et chevaliers recrutés pour l'expédition profitèrent que les portes des remparts étaient encore ouvertes pour entrer dans la cité et pour y faire pénétrer une partie de l'armée. Aux soldats qui se demandaient comment faire pour distinguer, dans la population, ceux qui étaient hérétiques de ceux qui étaient fidèles, l'abbé de Cîteaux, Arnaud Amaury, répondit par cette phrase célébre : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens! » La mise à sac du Languedoc venait de démarrer : la ville fut incendiée et ses habitants, massacrés. Après Béziers, ce fut le tour de Carcassonne où l'armée arriva en juillet 1209. L'âme de la résistance de la ville fut le vicomte Roger de Trencavel. Le siège dura trois semaines, les assiégeants avaient privé la ville d'eau, obligeant les assiégés à parlementer. Trencavel qui était venu parlementer fut fait prisonnier par les croisés, en dépit du code d'honneur de la chevalerie. Simon de Montfort, un chevalier croisé courageux , fut choisi pour administrer les biens de Trencavel. Jusqu'à sa mort, en 1218, il sera constamment en guerre contre ses sujets restés fidéles à Trencavel . Sa mort fut accueillie par une liesse populaire .

La seconde croisade contre les albigeois (1226)

En 1226,le nouveau roi Louis VIII se révélera etre plus implacable encore que son père Philippe Auguste , alors que les seigneurs et comtes du Midi s'étaient réinstallés sur leurs terres, une seconde armée croisée déferla sur le Languedoc, dirigée par le roi de France en personne. La plupart des villes se rendirent ,seule Avignon opposa une âpre résistance de trois mois. La mort de Louis VIII sauva Toulouse d'un nouveau siège, mais les redditions successives de ses vassaux finirent par convaincre Raymond VII qu'il valait mieux capituler. Par le traité de Meaux, signé en 1229, le comte de Toulouse s'engagea à demeurer fidèle au roi et à l'Eglise Catholique, à mener une guerre intraitable contre les hérétiques et à marier sa fille unique au frère du nouveau roi de France, Louis IX, pour rattacher le Languedoc à la France. Après la signature du traité et le retour de Raymond VII à Toulouse, le tribunal d'Inquisition fut créé et confié aux Dominicains. Jouissant d'un pouvoir sans limites, les inquisiteurs sillonnèrent le Midi pour débusquer les hérétiques. Mais ces mesures ne suffirent pas à étouffer l'aspiration du peuple du Midi à croire et à vivre comme il l'entendait. Une seconde révolte secoua la région après l'assassinat, en 1242, des juges du tribunal de l'Inquisition par des chevaliers cathares.

La prise du château de Montségur : disparition de l'Occitanie

Une paix fut signée à Lorris en 1243 entre le roi de France et le comte de Toulouse qui marquait la fin de l'Occitanie indépendante et du Catharisme. Pour leur porter le coup de grâce, il fallut cependant prendre la forteresse de Montségur, symbole du refus de l'autorité royale, où s'était réfugiés 400 Cathares. La position de la forteresse (un pic dominant de plus de cent mètres des terres voisines) donnait un sentiment de confiance immense aux assiégés. Durant une année, ils défièrent avec succès l'autorité du Roi. Les 10 000 soldats engagés dans le siège ne pouvaient que constater l'inefficacité des catapultes contre les remparts. Cependant, une nuit de juillet 1244, grâce au renfort d'un groupe de montagnards habitués à l'escalade et connaissant parfaitement les lieux, les assiégeants réussirent à pénétrer dans la place par surprise et obtinrent sa capitulation complète. Ne disposant plus d'aucun refuge , pourchassés par les inquisiteurs, les derniers Cathares vécurent comme des bêtes traquées. Certains Parfaits émigrèrent en Catalogne, en Sicile et en Lombardie. Ainsi disparaissait la culture la plus raffinée de l'époque : la civilisation occitane issue du mythe de la chevalerie, de l'honneur chevaleresque et de l'amour-courtois, honorée par les troubadours.

Quelques dates à retenir (1208-1244)

1208 15 Janvier Assassinat du légat du pape Pierre de Castelnau par un écuyer du comte de Toulouse.Le pape ordonne de la croisade contre les Albigeois sous la conduite de Simon de Monfort.
1209 20 Juillet Prise de Béziers et de Carcassonne.
1211 10 juin Début du siège de Toulouse par les armées de Simon de Montfort.
1212 11 novemvre Victoire des armées catholiques contre le comte de Toulouse à Castelnaudary.
1213 12 septembre Victoire des armées catholiques contre le comte de Toulouse et le roi d’Aragon lors de la bataille du Muret.
1217 10 septembre Simon de Monfort, devenu comte de Toulouse est chassé de la ville par une révolte.
1218 25 juin Mort de Simon de Montfort, lors du second siège de Toulouse.
1229 12 avril Traité de Paris, Beaucaire Nîmes et Carcassonne sont rattachés au royaume de France.
1232 05 juillet Institution de l’Inquisition par le pape Grégoire IX.
1233 04 mars Instauration de l’inquisition à Toulouse et dans le Languedoc.
1242 21 juillet Victoire sur Henri III et les Poitevins à Taillebourg et à Saintes.
1243 03 Janvier Traité de Lorris entre Louis IX et Raymond VII, comte de Toulouse.
1244 20 mars Capitulation de la forteresse cathare de Montségur.