Les Ordres Militaires du Moyen Age

SAINT SEPULCRE DE JERUSALEM

Cet Ordre ne peut pas être considéré comme un Ordre Militaire , c'est un Ordre armé.
L’ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem , fut créé peut etre par Godefroy de Bouillon vers l'an 1102 et supprimé par Innocent VIII avec incorporation à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1489. Cet Ordre Mineur fut strictement affecté à la défense des lieux Saints de Jérusalem de l'an 1102 à l'an 1291 . Il joua plus un rôle diplomatique que militaire , privilégiant toujours la négociation à l'affrontement militaire. Meme si cet Ordre fut longtemps confondu avec l'Ordre du Temple par les historiens du XVIII ème siècle , nous savons aujourd'hui que ces deux Ordres n'avaient rien à voir entre eux . L'Ordre du Saint Sépulcre doit plus etre considéré comme un Ordre Religieux armé que comme un Ordre Militaire et Religieux. L'Ordre du Saint Sépulcre était un Ordre armé , avant tout pour se défendre des attaques Musulmanes et non pour combattre en terre Sainte comme les Croisés et les Templiers .

le Pape Urbain II

Né à Chatillon-sur-Marne vers 1042 - mort à Rome en 1099 , c'est un prêcheur de la Première Croisade, moine clunisien il devient pape en 1088. Il réunit à Clermont-Ferrand un concile en 1095 et prêche la Première Croisade qui partira l'année suivante sous le commandement de l'évêque du Puy , Adhémar de Monteil.
Le concile se déroule du 14 novembre au 28 novembre 1095. Le pape dénonce les abus du clergé et la mainmise des laïcs de l'Eglise. Il veut imposer la « trêve de Dieu. » Le dernier jour , il appelle à la délivrance des Lieux Saints. On sait que son public se composait de 13 archevêques , 315 évêques et abbés , et d'une grande foule de seigneurs et de chevaliers. Ils répondirent à l'appel d'Urbain II en clamant « Dieu le veut !. »
L'emplacement où se déroule ce grand rassemblement est celui de la place Delille (ancienne place du Champet). C'est , cependant , sur la place de la Victoire qu'a été érigée en 1895 la Fontaine d'Urbain II par l'architecte Teillard et le sculpteur Gourgouillon , à l'occasion du VIIIe centenaire de la Première Croisade. Surmontant un imposant monument en lave de Volvic , le pape Urbain II indique de sa main droite la direction de la Terre Sainte.

le discours du Pape Urbain II

Que vos coeurs s'émeuvent et que vos âmes s'excitent au courage par les faits de vos ancêtres , la vertu et la grandeur du roi Charlemagne et de son fils Louis , et de vos autres rois , qui ont détruit la domination des Turcs et étendu dans leur pays l'empire de la sainte Église. Soyez touchés surtout en faveur du saint sépulcre de Jésus-Christ , notre sauveur , possédé par des peuples immondes , et des saints lieux qu'ils déshonorent et souillent avec irrévérence de leurs impuretés. O très courageux chevaliers , postérité sortie de pères invincibles , ne dégénérez point , mais rappelez-vous les vertus de vos ancêtres que si vous vous sentez retenus par le cher amour de vos enfants , de vos parents , de vos femmes , remettez-vous en mémoire ce que dit le Seigneur dans son Évangile : « Qui aime son père et sa mère plus que moi , n'est pas digne de moi. Quiconque abandonnera pour mon nom sa maison , ou ses frères , ou ses soeurs , ou son père , ou sa mère , sa femme , ou ses enfants , ou ses terres , en recevra le centuple , et aura pour héritage la vie éternelle. » Ne vous laissez retenir par aucun souci pour vos propriétés et les affaires de votre famille , car cette terre que vous habitez , renfermée entre les eaux de la mer et les hauteurs des montagnes , tient à l'étroit votre nombreuse population , elle n'abonde pas en richesses , et fournit à peine à la nourriture de ceux qui la cultivent :
- de là vient que vous vous déchirez et dévorez à l'envi , que vous élevez des guerres , et que plusieurs périssent par de mutuelles blessures.
Éteignez donc entre vous toute haine , que les querelles se taisent , que les guerres s'apaisent , et que toute l'aigreur de vos dissensions s'assoupisse. Prenez la route du saint sépulcre , arrachez ce pays des mains de ces peuples abominables , et soumettez-le à votre puissance. Dieu a donné à Israël en propriété cette terre dont l'Écriture dit « qu'il y coule du lait et du miel. » Jérusalem en est le centre, son territoire, fertile par-dessus tous les autres, offre pour ainsi dire les délices d'un autre paradis :
- le Rédempteur du genre humain l'a illustré par sa venue , honoré de sa résidence , consacré par sa Passion, racheté par sa mort , signalé par sa sépulture. Cette cité royale , située au milieu du monde , maintenant tenue captive par ses ennemis , est réduite en la servitude de nations ignorantes de la loi de Dieu ; elle vous demande donc et souhaite sa délivrance, et ne cesse de vous implorer pour que vous veniez à son secours. C'est de vous surtout qu'elle attend de l'aide , parce qu'ainsi que nous vous l'avons dit Dieu vous a accordé , par-dessus toutes les nations , l'insigne gloire des armes :
- prenez donc cette route , en rémission de vos péchés , et partez assurés de la gloire impérissable qui vous attend dans le royaume des cieux.

Ordre du Saint Sépulcre de Jérusalem

En 1291, la ville de Saint-Jean-d’Acre, dernière place forte des croisés, tombe aux mains des musulmans. Cependant les franciscains, qui s’étaient réfugiés à Chypre, où se trouvait le siège de la province d’Orient, s’efforcent d’assurer une présence à Jérusalem et dans les autres secteurs de sanctuaires en Palestine. Le pape Jean XXII permet alors au ministre provincial de Terre sainte d’envoyer chaque année deux de ses frères dans les Lieux saints. Leur présence au Saint-Sépulcre est certifiée durant la période allant de 1322 à 1327. On doit le retour définitif des Frères mineurs en Terre sainte, avec la possession légale de certains lieux saint et le droit d’usage dans d’autres, au roi de Naples, Robert d’Anjou, et à Sanche de Majorque. En 1333, ils font l’acquisition du Cénacle auprès du sultan d’Égypte, grâce à la médiation du franciscain Roger Guérin, et obtiennent le droit d’officier au Saint-Sépulcre. Il est établi, en outre, que les frères mineurs jouiraient de ces droits au nom de la chrétienté. En 1342, le pape Clément VI, par les bulles « Gratias agimus » et « Nuper carissimae », approuve l’entreprise des rois de Naples et fixe les dispositions pour la nouvelle entité. Les religieux destinés à la Terre sainte peuvent désormais provenir de toutes les provinces de l’Ordre et une fois au service de la Terre sainte, se trouvent sous la juridiction du père custode , « Gardien du mont Sion à Jérusalem ». Jusqu'en 1555, elle est située au Monastère du Mont Sion6. En 1336, ils peuvent se rétablir définitivement en Terre sainte. Dès lors, le siège central de la Custodie est établi près du Cénacle, sur le Mont Sion. Les franciscains en sont expulsés par les Turcs en 1551. En 1560, ils acquièrent l'actuel couvent du Saint-Sauveur de Jérusalem où ils transfèrent leur custodie. Cependant, le professeur Sylvia Schein souligne l'influence de l'antisémitisme franciscain à partir de 1333. Selon cette historienne, les frères mineurs développèrent auprès des pèlerins le mythe du peuple juif « assassin du Christ », ce qui contribua à propager l'antisémitisme à travers l'Europe. Cette propagande, « systématique » selon l'analyse de Sylvia Schein, cherchait en particulier à empêcher le retour des Juifs en Terre d'Israël, même si, sur place, les relations entre Juifs, Franciscains et pèlerins restaient assez pacifiques. La présence constante des franciscains en Terre sainte a été déterminante pour le développement de l’Église locale, jusqu’à rendre possible la restauration du Patriarcat latin à Jérusalem en 1847. Depuis lors, la Custodie et le Patriarcat latin œuvrent dans un esprit de collaboration à l’accomplissement de leurs mandats respectifs. Monseigneur Guiseppe Valerga, nouveau Patriarche, fut le dernier a être adoubé par le Custode le 16 janvier 1848. L’Ordre est refondé par un bref du Pape Pie IX en janvier 1868 avec l’approbation de nouveaux statuts de l’Ordre.Le Pape Pie IX autorise en 1871 à décerner la croix de l’Ordre à une première dame, Lady Lomax. Le Bref du 3 août 1888 du Pape Léon XIII, autorise que les dames ainsi décorées soient appelées Dames du Saint Sépulcre.

saint sepulcre de jerusalem

Ordre Equestre du Saint Sépulcre de Jérusalem

Recréation de l'Ordre en 1847

Pie IX dès le début de son pontificat avait eu un grand souci de la Palestine, d'autant que l'empire ottoman commençait à vaciller. Le pape voulut unifier les forces missionnaires au Proche-Orient, jusqu'alors divisées entre diverses congrégations. Le 23 juillet 1847, par le bref Nulla Celebrior, il rétablit le Patriarcat latin de Jérusalem et nomma patriarche Mgr Giuseppe Valerga. Le bref réorganisait l'ordre du Saint-Sépulcre et le nouveau patriarche devint le grand prieur de l'ordre rénové le 15 janvier 1848.
Dès qu'il prit l'ordre en mains, Mgr Valerga voulut le réorganiser. Il demanda la division des chevaliers en grades et classes, avec des attributs propres non seulement pour se présenter comme les autres ordres, mais aussi pour pouvoir récompenser ceux qui se seraient signalés par des mérites particuliers. Après des années d'insistance, Pie IX, par la lettre apostolique Cum multa sapienter du 24 janvier 1868, institua les trois classes demandées, chevaliers, commandeurs et grand-croix. Le patriarche entreprit en 1867 une tournée des principales cours catholiques d'Europe en vue obtenir la reconnaissance juridique de l'ordre. L'ordre fut ainsi reconnu dès sa refonte par le royaume de Piémont, puis d'Italie, l'Autriche et la Belgique . Mgr Valerga, en remplaçant la clause de noblesse requise jusqu'alors par la notion d'appartenance à une élite, voulut faire croître le nombre des chevaliers. En moins de 25 ans il créa 1 417 chevaliers censés vivre more nobilium. La question de l'admission des femmes au sein de l'ordre se posa très rapidement. Dans la société du xixe siècle, les états n'admettaient des femmes dans les ordres de chevalerie ou de mérite qu'à titre exceptionnel. Se fondant sur un cartulaire du Saint-Sépulcre, publié à Paris en 1849 qui citait déjà des noms de dames, le patriarche obtint de Pie IX en 1871, l'autorisation d'accepter une noble dame anglaise dans l'ordre. Fort de ce précédent, le deuxième patriarche, Mgr Bracco, en accepta une centaine entre 1873 et 1889. Le pape Léon XIII par le bref Venerabilis frater du 3 août 1888 donna son approbation à la réception des dames dans l'ordre. Pour consolider la position de l'ordre en Terre sainte, le pape Pie X se réserva pour lui et ses successeurs la charge de grand-maître par la lettre apostolique Quam multa du 13 octobre 1908 et accorda aux chevaliers une place dans les chapelles papales, tandis que le patriarche est désigné comme Recteur et administrateur perpétuel de l'Ordre. Pie XI restitua au patriarche ses prérogatives par la lettre apostolique du 6 janvier 1928 et confie à l'Ordre l'œuvre de la préservation de la Foi en Palestine. À la suite d'une controverse protocolaire surgie entre l'ordre du Saint-Sépulcre et l'ordre souverain de Malte, qui revendiquait la fusion de l'ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem avec l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dont il se réclame héritier, l'ordre du Saint-Sépulcre fut alors désigné comme « ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem » tandis que la dignité de grand-maître, qui ne pouvait appartenir qu'à l'ordre hospitalier, restaurée par Pie X, fut abolie et les baillis représentants le patriarche devaient dorénavant être appelés « lieutenants » avec le prédicat d'« excellence ». Ces nouveaux statuts présentés par le patriarche furent approuvés par un décret de la Congrégation du cérémonial le 5 août 1931. En juillet 1940, Pie XII institua un cardinal protecteur de l'ordre. Son rôle se développa d'autant plus que le second conflit mondial paralysait l'action du patriarche latin de Jérusalem. La grande maîtrise fut restaurée le 14 septembre 1949 par le bref Quam Romani Pontifices au profit du cardinal protecteur. De nouveaux statuts furent rédigés et promulgués, aux termes desquels l'Ordre, placé sous la protection du Saint-Siège, jouirait de la personnalité juridique et serait dévolu à un cardinal grand-maître nommé par le souverain pontife. La visibilité de l'Ordre à Rome fut manifesté par l'établissement de son siège ecclésial en l'église de San Onofrio concédée motu proprio le 15 août 19454 et par l'affectation du palais della Rovere, situé près du Vatican, qui devint le siège du grand magistère, définitivement établi à Rome, Jérusalem demeurant le siège historique. La dernière modification statutaire a été approuvée par le pape Paul VI en 1977. L'ordre est considéré par le droit canonique comme une association publique de fidèles. L’Ordre Equestre du Saint Sépulcre de Jérusalem est une association internationale de fidèles placée sous la protection du Saint-Siège. Le pape Benoît XVI, en août 2011, a nommé Mgr Edwin O’Brien, pro-grand maître, en remplacement de S.Em. le Cardinal John Patrick Foley. Il est assisté par le Gouverneur Général, S.Ex. le Comte Agostino Borromeo, et les membres du Grand Magistère. Sa Béatitude Mgr Fouad Twal, Patriarche Latin de Jérusalem, en est le Grand Prieur. Il est doté de la personnalité juridique canonique. Il est reconnu en France par la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur. La mission de l’Ordre, confiée par le bienheureux Pie IX est de soutenir les œuvres et les institutions cultuelles, caritatives, culturelles et sociales de l’Église catholique en Terre Sainte et particulièrement celles qui relèvent du Patriarcat latin de Jérusalem.



la devise de l'ordre équestre du Saint-Sépulcre est « Deus lo vult ».

Dieu le veut

Rappel historique

Grandeur

L’origine des Templiers remonte à la première croisade en terre Sainte. Après la conquête de Jérusalem en 1099, certains chevaliers décident de rester sur place et fondent le royaume de Jérusalem, avec pour objectif de veiller sur le tombeau du Christ.
En 1113 est créé l’Ordre des Hospitaliers. Sa mission est d’assurer aux pèlerins chrétiens hébergements et soins.
En 1118, naissait, sous l’impulsion de Hugues de Payns et de Geoffroy de Saint Omer, ce qui allait devenir un événement historique : l’ordre des pauvres chevaliers du Christ, s’appelant par la suite l’Ordre des Templiers.
Dès lors , ces deux ordres organisent en Occident un important réseau de commanderies, comme celles du Larzac, destinées à alimenter l’effort de guerre en Terre Sainte. Dès sa création, l’Ordre des Templiers bénéficie d’avantages matériels de toutes sortes ainsi que d’appuis considérables : celui de Saint-Bernard qui édicte sa règle, et celui du Pape, qui lui permet d’être indépendant de la hiérarchie de l’Eglise. Respectant les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, l’Ordre se développe rapidement en Occident. Les donations faites par les familles nobles, mais également le talent à faire fructifier les terres et les biens légués ou achetés confèrent à l’Ordre une grande prospérité. A la fin du XIIIème siècle, après la perte de la Terre Sainte, les Templiers sont extrêmement riches. A Paris, à Londres et dans les commanderies, ils gèrent les fonds royaux et privés qu’ils ont reçus en dépôt.

Décadence

Alors que les cathares sont pourchassés dans le Sud de la France, les Templiers sont devenus les banquiers du royaume. La tour du Temple de Paris abrite même le trésor royal. Leur puissance, leur rôle en Terre Sainte et la symbolique spirituelle très complexe de l’Ordre sont sans doute à l’origine de la fascination mais aussi des spéculations les plus folles que l’histoire des Templiers a engendrées au cours des siècles.

La réussite des Templiers finit par susciter convoitises et jalousies, tant du côté de la couronne de France que du clergé. Ce dernier forge au cours du XIIIème siècle une image négative des Templiers, représentés comme des hommes arrogants et avares. De son côté, Philippe le Bel, roi de France, veut s’approprier les richesses de l’Ordre et briser son indépendance. En 1305, les rumeurs s’amplifient et l’on accuse les Templiers de faits très graves : hérésie, idolâtrie et même, sodomie. Le vendredi 13 octobre 1307 eu lieu l’arrestation en masse des Templiers qui furent ensuite emprisonnés et jugés. L’Ordre est définitivement aboli en 1312. Son dernier grand-maître, Jacques de Molay, est brûlé vif sur l’île de la Cité à Paris. Son appel à la vengeance divine à ce moment-là, puis les morts successives de plusieurs des persécuteurs du Temple, donnèrent lieu à la fameuse légende de la malédiction des Templiers. C’est l’Ordre des Hospitaliers qui, finalement, hérita des biens des Templiers. Sur le Larzac, ils prirent le relais de leurs « cousins » Templiers, ceci jusqu’à la Révolution française, en 1789.

Les Templiers sont parmi nous


En 2018 nous fêterons les 900 ans de la création de l’Ordre des Templiers.
Aujourd'hui, notre Ordre, Ordre Suprême et Militaire des Chevaliers de Salomon, par sa filiation généalogique le rattachant à certains Grands Maitres de l’Ordre du Temple (Geoffroy de Saint-Omer - fondateur, Robert de Craon - 2ème Grand Maitre, Robert de Sablé - 11ème Grand Maitre) organisera une grande cérémonie à cette occasion, en France et dans tous les pays où il est représenté.
Dans le but de préparer ces festivités, et afin de faire connaître notre idéal premier, nous souhaitons recueillir des témoignages sur le thème suivant :
« Je crois en la religion de l’Amour »

Anonymes, parents, amis, artistes, politiques, médecins, avocats, agriculteurs, commerçants, retraités, salariés …. De toute confession, de toute nationalité, faites-nous part de vos sentiments, impressions, idées sur ce sujet. Tous ces témoignages recueillis seront reliés en un « Livre pour l’Humanité ». Faites-en partie ; soyez l’écrivain de ce livre ! Les plus beaux témoignages seront lus lors de notre grande cérémonie de 2018. Faisons, tous ensemble, en sorte que ce livre aux milliers de pages devienne une pétition pour l’Amour dans le monde ! Une page Facebook® est consacrée aussi à cet événement ; là également, vous pouvez y écrire votre témoignage. Sur vos écrits, n’oubliez pas d’y inscrire vos noms et prénoms ainsi que votre qualité ou profession.













Téléchargez le formulaire