Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
        

Templiers - Commanderie Geoffroy de Saint-Omer

         



Retournez sur le plan des sujets traités sur le site    

Les Millénaristes et Joachim de Flore


Naissance de l'hérésie au XII ème siècle

C'est dans un monastère Cistercien (Corazzo en Calabre) que Joachim de Flore élabora sa nouvelle religion. Fils de petite noblesse Calabraise, page à la cour de Roger de Sicile, il partit en pélerinage en terre sainte. Frappé par la grâce il devint prédicateur itinérant. Il intégra l'Ordre Cistercien en 1160 dans le monastère de Corazzo, il en devint l'Abbé en 1177. Il quitta le monastère 15 années plus tard pour fonder son propre ordre en reprenant la règle des Cisterciens en durcissant encore la vie des moines. Approuvé par le Pape cet Ordre perdurera jusqu'au XVI ème siècle. Joachim de Flore était un ascète dotté d'une grande érudition il était également d'une très grande bonté.
Il sera Béatifié puis Anathématisé, son Ordre ne sera pas dissous mais ses oeuvres seront brûlèes. Ses thèses furent condamnées d'abord au concile de Latran en 1215, puis en 1255 par le Pape Alexandre IV qui déclara Anathèmes ses oeuvres. Sa doctrine diffère de l'église Catholique dans le sens ou il donne une explication rationnelle à la Trinité ( par exemple pour lui beaucoup d'hommes sont une foule ). Qualifié par l'église d'insensé plein de présomptions, il venait grossir les rangs des penseurs Chrétiens qui s'étaient aventurés à leurs dépens sur le chemin scabreux de l'explication du mystère Trinitaire !
Pour Joachim de Flore l'histoire de l'humanité est une semaine divisée en trois ères :
- la première est l'âge du Père racontée dans l'ancien testament.
- la deuxième est l'âge du fils racontée dans le nouveau testament.
- la troisième est l'âge de l'esprit qui n'est pas la fin du monde mais une période de libération préparatoire.

Cette doctrine à généré en Calabre des violences extrèmes commises par les paysans, mais elle a également servi de terreau à la Réforme Protestante et beaucoup plus tard, à d'autres doctrines sulfureuses qui avaient cours pendant le III ème Reich.

Depuis que saint Augustin décida qu'un symbolisme spirituel était préférable à la lecture littérale, trois conceptions du millénium sont apparues. Le millénium est le terme employé pour désigner le règne de mille ans de Jésus-Christ sur Terre décrit dans le chapitre 20 de l’Apocalypse.

- Les amillénaristes refusent la pensée d'un règne de Jésus-Christ sur Terre. Ils assimilent le millénium avec le règne éternel (chapitres 21 et 22 de l'Apocalypse) et appliquent les prophéties concernant le rétablissement d'Israël à l'Église. C'est la doctrine de l'Église catholique, de l'Église orthodoxe, de l'Église anglicane, de l'Église réformée, de l'Église luthérienne, et de certaines Eglises évangéliques.
- Les postmillénaristes situent la parousie, le retour du Messie, après les mille ans de règne. Cette période prospère et bénie correspondrait à une victoire provisoire de l'Église du Christ après la chute de l'Empire romain (cf. Ap 18,21). En somme un temps de chrétienté, avant un retour offensif de l'esprit du mal (cf. Ap 20,7). Parmi ceux-ci, Gaston Georgel (1899-1988) exposa sa thèse dans Les quatre âges de l'Humanité. Il situe le millénium comme étant compris entre l'édit de Milan (313) et la destruction de l'ordre des Templiers (1313). Cette thèse basée sur les travaux d'un ecclésiastique, Mgr Decouvoux, fait du millénium l'âge d'or du christianisme, et conclut à un prélude au déchaînement de Satan à la fin du cycle.
- Les prémillénaristes (adeptes de la lecture littérale des saintes écritures) conçoivent le retour de Jésus-Christ avant le millénium.
  Évangélistes
  Témoins de Jéhovah
  Saints des derniers jours
  Église Adventiste du Septième Jour




retour en haut du site consacré aux Templiers