Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
        

Survivance templière | Que sont devenus les templiers ?

         



Retournez sur le plan des sujets traités sur le site    

Que sont devenus les templiers ?


Pour les frères qui furent emprisonnés deux options s'offraient à eux :

⑴ - reconnaitre les crimes dont ils étaient accusés à tort

⑵ - nier les faits mensongers dont ils étaient accusés

Sous la torture la majorité des frères reconnurent tout ce que l'inquisition leur imputait, pour les autres qui résistèrent à ces traitements ignominieux la sentance fut le bûcher en place de grêve. Il y eut donc des milliers de frères pardonnés par l'église qui se fondirent dans la nature en se faisant oublier, et des milliers d'autres qui alimentèrent les bûchers dans toutes les grandes villes de France.

Pour les frères qui réussirent à se sauver du royaume de France avant le 13 Octobre 1307 ou juste après, nous avons des traces de leurs fuites et de leurs reconversions. Le Templarisme dès 1804 laissera libre court à son imagination pour bâtir des théories fumeuses véhiculèes par la littérature templariste devenue très à la mode dans ce XIX ème siècle.
Beaucoup de sociétés secrètes virent le jour avec pour seul but : prolonger la mission secréte de l'Ordre du Temple, et, la Franc-maçonnerie ne fut pas en reste dans cette résurgence templière. La Stricte Observance Templière allemande fut dans ce domaine un modèle du genre en matière de documents falsifiés. Ces résurgences affirmèrent toutes l’existence d’une règle secrète des templiers qui, bien sûr, n’a jamais été retrouvée. Des sociétés basées sur le secret et l’ésotérisme s'en donnèrent à coeur joie pendant plus d'un siècle. D’autres sociétés secrètes invoquèrent de (faux) documents anciens ( Charte de transmission selon laquelle Jacques de Molay, dans sa prison, aurait investi de ses pouvoirs un frère, un certain Larmenius ) pour revendiquer leur filiation à l'Ordre du temple ...
A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte ( qui désirait s'appuyer sur des nouveaux réseaux afin de conserver son pouvoir ) , le culte des Templiers fut remis au goût du jour. Malheureusement très vite, des thèses fumeuses apparurent dans ce monde très fermé.
A partir des années 1950 avec le Néo-Templarisme ces thèses se sont transformées en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, les Mérovingiens, etc

Le Templarisme et son créateur : Fabré-Palaprat la cheville ouvrière

En 1794, le Danois MUNSTER aurait découvert dans la bibliothèque du prince CORSINI à ROME, la règle manuscrite de l'Ordre. Puis dans un meuble à double fond, on découvrit la Chartre dite de Jean—Marc larmenius, meuble que détenait un Anglais, cette Chartre portait la signature des grands Maîtres qui se succédèrent jusqu'en 1804. Elle fut soumise à beaucoup d'études, papier, encre, écriture, signatures, deux camps apparurent : un camp scientifique affirmant qu'il s'agissait d'une supercherie grossière, et un autre camp acceptant cette charte. C'est ainsi qu'apparut un personnage qui avait de grands appuis, le docteur Fabre PALAPRAT, grand Maître depuis le 4 Novembre 1804.

Fabré-Palaprat


Le 18 Mars 1808, une messe solennelle fut célébrée en l'église St. Paul St. Antoine en commémoration du martyre de Jacques de MOLAY, dans l'assemblée au premier rang, une centaine d'hommes portant l'habit templier, dans l'assistance des officiers d'empire et de hauts fonctionnaires de l'empire. La nef de l'église est tendue de noir et semée de croix templières. Dehors un bataillon d'infanterie, disposé devant le grand portail attend pour rendre les honneurs. C'est ainsi que le bon peuple de PARIS apprend que par le bon vouloir de l'empereur NAPOLEON BONAPARTE l'Ordre du Temple est ressuscité. Pendant tout son magistère le grand Maître B.R. Fabre PALAPRAT fit preuve d'une activité peu commune, fort de ses relations privilégiées avec le régime impérial français et en particulier avec l'archi chancelier CAMBACERES duc de PARME. Comment B.R Fabre PALAPRAT pouvait il se prétendre être le maillon de la longue chaîne de transmission depuis Jacques de MOLAY ?

levitikon

Quelles preuves apportait—il ? le testament de celui—ci en faveur de Jean—Marc larmenius, une chartre de transmission appelée également " Lévitique " contresigné par les vingt quatre grands Maîtres de Larmenius à Fabre PALAPRAT. L'Ordre prit un essor considérable, surtout parmi la noblesse et les notables du nouvel empire.
De nos jours tous les historiens et les scientifiques s'accordent pour affirmer que cette charte est un faux.

Le Néo-Templarisme : dérives ésotériques délirantes

Dans les milieux Templaristes Français et les Eglises gnostiques ( pour ne citer qu'eux ! ) circule depuis le début du XIX ème siècle cette légende concernant Marie Magdala ( Marie-Madeleine ) :
Se basant uniquement sur les évangiles apocryphes rejetés par l'église, et sur la légende qui entoure cette femme, Marie Magdala ( Marie-Madeleine ) qui aurait eu deux enfants avec Jésus. Vers l'année 48 elle aurait quitté Jérusalem avec un petit groupe en barque ( sans voile ni rames ) et aurait parcouru 2500 kms dans ces conditions pour accoster en Hispanie Wisighotique , dans un lieu aujourd'hui appellé Saintes-Maries-de-la-mer . Elle se serait ensuite dirigée vers Marseille pour finir ses jours dans une grotte du massif de la Sainte-Baume. les descendants de ses enfants auraient donné naissance au premier roi Mérovingien ! Au XIV ème siècle les Chrétiens instaureront un culte à la gloire de Marie-Madeleine dans cette grotte, la question qui se pose est la suivante : pourquoi avoir attendu 14 siècles pour instaurer ce culte ? Si cette légende reposait sur une once de vérité, ce culte eut été instauré au premier ou au II ème siècle (surtout que la religion Chrétienne était en plein essort à ce moment là), ce délai d'attente de 14 siècles pour y instaurer le culte à la gloire de Marie-Madeleine ne plaide pas (à nos yeux) en faveur de la véracité de cette thèse !

En 1953, Nikos Kazantzakis avait publié La dernière tentation du Christ (adapté au cinéma par Martin Scorsese trente-cinq ans plus tard), où une descendance de Jésus est évoquée.

En 1956, Pierre Plantard créa une association nommée "Le prieuré de Sion" pour véhiculer dans le grand public cette théorie en affirmant au passage qu'il était descendant du dernier roi Mérovingien Childéric III. De plus, il publia des ouvrages pour accréditer la thèse que le trésor des Templiers serait caché à Rennes-le-chateau, et que l'Abbé Saunière en aurait trouvé une partie !!

plantard et le prieuré de sion


plantard  et le prieuré de sion


plantard  et le prieuré de sion


En 2014, le professeur d'études religieuses Barrie Wilson, de l'Université York de Toronto (Canada) et l’écrivain israélo-canadien Simcha Jacobovic ont traduit un manuscrit vieux de 1 500 ans rédigé en araméen. Cet ouvrage fut découvert à la British Library de Londres.

lost gospel


Ils publiérent leurs recherches dans un ouvrage intitulé L'Evangile perdu (The Lost Gospel), le mardi 11 novembre 2014.
Selon les deux auteurs, le manuscrit permet d'affirmer non seulement que Jésus a eu deux enfants avec Marie-Madeleine, mais qu'il était aussi marié avec cette femme. Le Sunday Times précise que le livre, qui donne à Marie-Madeleine "une importance beaucoup plus grande qu'on ne le pensait jusqu'alors", parle également d'une "tentative d'assassinat sur Marie-Madeleine et ses deux enfants", il revient aussi sur les rapports qu'entretenait Jésus avec les hommes politiques de son temps.

jesus et ses pseudos enfants


Il convient de noter cependant que ce manuscrit fut dès son exhumation par ces deux chercheurs, immédiatement contesté par l'immense majorité des historiens spécialisés en "écrits apocryphes chrétiens" qui classèrent ce manuscrit parmi les innombrables faux évangiles et êpitres apocryphes ! .

Le Néo-Templarisme : légendes concernant la création de l'Ordre

Il est impossible d'aborder le sujet "Templier" sans faire référence aux innombrables légendes qui entourent la naissance de cet Ordre. Toutes ces légendes n'ayant qu'un seul but : travestir la vérité, en affirmant sans preuves que l'Ordre du Temple n'était pas Catholique. Les propagateurs de ces théories réécrivent l'histoire pour servir leur cause. Factuellement et pour traiter le sujet avec le sérieux qu'il mérite, je rappellerai seulement qu'en l'an 1100 le Catholicisme seul représentant de la Chrétienté, était omniprésent et omnipotent en Europe. Il serait trop fastidieux de lister toutes ces légendes ici, je n'en citerai que deux qui me semblent représentatives.


  

Certains "Romanciers Historiens" ont écrit dès le début du XIX ème siècle que Godefroy de Bouillon, le Pape Sylvestre II, Raymond de Saint-Gilles, le roi Henri 1er d’Angleterre, les fondateurs du Temple, etc ... faisaient partie d’une société secrète appelée l’Ordre d’Amus.
Quel était donc cet Ordre d'Amus ?
L'Ordre d'Amus aurait été inspiré des Chevaliers Kadosh (Ordre des Solitaires), cet Ordre lui même d'inspiration Essénienne Gnostique et Johannique (au sens de Saint Jean) l’Ordre d’Amus.
Il aurait existé à Thèbes une société secrète appelée l’Ordre du Kadosh, ou Ordre des Solitaires (Ordre des Purs, des Parfaits), ordre d’inspiration essénienne, gnostique et johannique. Un certain Arnaud de Toulouse serait parti en Judée Samarie vers le début du IX ème siècle pour étudier et pénétrer les mystères de cette société. Il aurait accédé à l’initiation des trois grades et aurait obtenu l’autorisation de fonder une émanation de l’Ordre en Europe. La première loge aurait été fondée en 804 à Toulouse par Arnaud sous le nom d’Amus. L’ordre aurait compté parmi ses membres des personnages tels que : Gerber d’Aurillac (futur pape Sylvestre II), Raymond de Saint-Gilles (comte de Toulouse), Godefroi de Bouillon et les chevaliers fondateurs de l’Ordre des Templiers. Au musée de Vienne est exposée une médaille à l’effigie de Dante réalisée par Pisanello. Au revers de la médaille, qui représente Dante, on peut lire l’étrange suite de lettres suivante : « F.S.K.I.P.F.T. ». Selon René Guénon, ces lettres signifient « Fidei Sanctae Kadosh Imperialis Principatus Frater Templarius ». En 1104, bien avant la fondation de l’Ordre du Temple, le comte Hugues de Champagne qui aurait été le Grand Maître occulte du Temple, aurait rencontré à Byzance, accompagné d’Hugues de Payns et de Geoffroy de Saint-Omer, le Maître des Frères d’Orient, dont le patronyme était Melchissédek, le nom même du roi de Salem, (le « roi de Justice », dont parle la Bible) et qui avait succédé à Michel Psellos (Michel Psellos, fondateur de l'Ordre des Frères d’Orient, était initié aux doctrines hermétiques, néo-pythagoriciennes et néo-platoniciennes). Une des hypothéses, s'appuyant sur cette découverte, est que L'ordre du Temple est né en Terre sainte, en 1118.
Factuellement et pour traiter le sujet avec le sérieux qu'il mérite, reprenons ce qu'en disent les historiens. L'Ordre est né après la première croisade, à l'initiative de 2 chevaliers qui voulaient protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem. Il a été officialisé par le concile de Troyes, neuf ans plus tard, à l'initiative de saint Bernard de Clairvaux. Il tire son nom du temple de Salomon, à Jérusalem, où il a installé son siège à ses débuts (c'est aujourd'hui la mosquée al-Aqsa). Ses membres, les Templiers, aussi appelés Chevaliers du Temple ou Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, sont des moines issus de la chevalerie, donc de la noblesse, qui vivent selon la règle bénédictine tout en mettant leur épée au service de l'Église. Avec leurs homologues de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean, ils constituent l'essentiel de l'armée permanente dans les États Francs de Judée Samarie. La devise des Templiers exprime la double identité des moines-chevaliers : Memento finis : Pense à ta fin, en chrétien... et Pense à ton but en soldat. Ses forteresses à l'architecture puissante et efficace, comme Mont-Thabor, ont marqué durablement le paysage de la Judée Samarie. Ses commanderies destinées au recrutement des nouveaux chevaliers et à l'hébergement des invalides, ont couvert l'Europe. À Cressac, au sud d'Angoulême, nous pouvons encore voir la chapelle de la commanderie du Dognon et ses émouvantes peintures murales qui racontent la croisade. Le prestige des moines-soldats au manteau blanc frappé d'une croix rouge a été immense pendant les deux siècles qu'ont duré les croisades... malgré la trahison ignominieuse du grand maître Gérard de Ridefort à la bataille de Hattîn, en 1187. Après l'échec de la 8ème croisade, l'ordre, dont la raison d'être était la défense des Etats Latins et de la Terre Sainte, fut considéré comme une menace par le pouvoir à cause de sa trop grande importance en France. Il fut donc décapité par le roi Philippe le Bel. Quelques Templiers survivants trouvèrent refuge en Ecosse en Angleterre en Espagne en Italie au Portugal, ou ils se firent oublier du pouvoir Français. L'imaginaire cependant s'empara de leur destinée, et, très vite les Templiers furent apperçus en Amérique, au Canada, au Danemark etc.. l’Ordre du Temple ne fut pas « créé » dans le but de protéger les chemins de Jérusalem, mais qu’il aurait été délibérément mis en place par une structure secrète orientale, et que nos chevaliers ne furent en fait que des « prête-noms » pour « occidentaliser », ou « christianiser » cette structure.
Voila résumée la thèse (à ce jour jamais étayée par la moindre petite preuve) qui voudrait que l'Ordre d'Amus ait existé et qu'il aurait été le précurseur de l'Ordre du Temple, et que donc, celui ci ne serait pas Catholique mais d'essence gnostique essénienne !

D'autres théories fumeuses concernant la création de l'Ordre du Temple


  

Une autre théorie datant elle aussi du début du XIX ème siècle, assure qu'en Irlande les Templiers qui avaient créé un centre important vers la fin du XII ème siècle dans le Comté de Dublin, à Clontarf, préceptorie de Saint-Congal se seraient alliés avec les Jomsvikings (la légende raconte que cette confrérie fut importée de Scandinavie). La légende veut que ces Jomsvikings croyaient au troisième oeil donnant la clairvoyance et la connaissance. La légende veut également que ces Jomsvikings possédaient une statuette à trois faces appelée « Mimère » avec sur chaque face, une pierre insérée entre les yeux à l’emplacement du troisième œil. Mimère, dans la mythologie, était le gardien de la «fontaine cachée», de l’esprit et de la sagesse. L'écriture de ces Jomsvikings aurait été runique et ils se seraient proclamés dépositaires de la tradition primordiale. La légende veut enfin qu'après avoir été persécutés et chassés par l’Eglise pour hérésie, les Jomsvikings se seraient, pour la plupart réfugiés dans des Ordres secrets, comme celui du Temple, et, en s’agrégeant aux Templiers, ils leurs auraient confié la tradition primordiale, de nombreux symboles et l’explication des lettres sacrées de leur écriture. Les Templiers auraient ajouté cette tradition à la leur. On trouverait encore des traces des Jomsvikings en Chaldée, en Irlande et en Ecosse. Cette thèse aussi "fumeuse" que la précedente voudrait nous faire croire que les Templiers étaient tous initiés aux pratiques religieuses qui avaient cours en europe quelques siècles avant l'avénement de Jésus Christ !
Si ces pratiques existaient bien cinq siècles avant J.C, les Templiers comme le reste des populations en eurent vent en tant que pratiques antiques abandonnées par tous depuis plus de 1500 ans.
A la connaissance des historiens sérieux comme Alain Demurger (pour n'en citer qu'un seul) les croisés qui partirent de Boulogne sur mer lors de la première croisade étaient Catholiques, certains de ces hommes qui décidérent d'offrir leurs vies pour défendre la Chrétienté devinrent Templiers. En 1291 lors de la défaite des Templiers à Saint Jean d'Acre par les Musulmans, les Templiers étaient toujours Catholiques, car si tel n'avait pas été le cas, ils seraient restés en Terre Sainte sans être inquiétés par les Musulmans.

D'après les propagateurs de cette théorie les Templiers n'étaient donc pas Catholiques mais des "initiés" aux pratiques rituelles des Jomsvikings, ces hommes qui vivaient dans le nord de l'europe au V ème siècle avant Jésus Christ, ici encore aucune preuve, si petite soit-elle, n'accrédite cette thèse !


  

Les théories commes celles évoquèes ci dessus sont légion, il en existe des dizaines. Je ne résiste pas à l'envie de vous en livrer rapidement une troisième qui a actuellement le vent en poupe dans certains ordres initiatiques. Selon leurs initiés, les Templiers n'étaient pas des Catholiques mais des Druides ... Précisons pour rester factuels que les Druides furent exterminés par les Romains dans toute la Gaule et la Grande Bretagne au II éme siècle ... ! Ces innombrables légendes sont véhiculèes par des Ordres Initiatiques issus du Néo-Templarisme des années 1950.



Naissance de l'Ordre du Temple à l'aune des récits historiques

Factuellement, et pour traiter ce sujet avec le sérieux qu'il mérite, l’origine des Templiers remonte à la première croisade en terre Sainte. Après la conquête de Jérusalem en 1099, certains chevaliers décident de rester sur place et fondent le royaume de Jérusalem, avec pour objectif de veiller sur le tombeau du Christ. Malgré la prise de Jérusalem par les croisés le 15 Juillet 1099, la sécurité des pèlerins n’était toujours pas assurée. Entre les brigands régionaux et certains croisés peu scrupuleux, les pèlerinages prennaient quelque fois des tournures tragiques pour les participants. Jérusalem aux mains des croisés en 1099, la mosquée Al-Aqsa (construite à l'emplacement du Temple de salomon) ne fut pas détruite et devint l'habitation du roi de Jérusalem Baudouin II à partir de 1104 sous l'appellation de "Palais du temple de Salomon". En 1108, Baudoin II, roi de Jérusalem, fit don de son palais aux futurs Templiers. Les futurs Templiers y concentreront leurs activités en fouillant les fondations de ce palais pendant environ 10 années. Une fois cette tache accomplie, en 1118, Hugues de Payns et Geoffroy de Saint-Omer vivant sous la Règle des chanoines de saint-Augustin recruteront un grand nombre de Templiers pour assurer la garde du défilé d’Athlit, le chemin d’accès le plus dangereux pour les pèlerins. En quelques années, c'est une véritable armée templière qui quadrillera tout le proche orient, veillant à la sécurité des états Latins d'Orient.

En 1113 est créé l’Ordre des Hospitaliers. Sa mission est d’assurer aux pèlerins chrétiens hébergements et soins.

En 1118, Hugues de Payns et de Geoffroy de Saint-Omer, officialisent la milice de protection des pélerins : les pauvres chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, qui plus tard prendra le nom d’Ordre du Temple.


Qu'est devenu l'Ordre du Temple après 1312 ?

Est il possible que l'Ordre du Temple ait survécu à sa destruction en 1312 ? Si oui, de quelle manière cet esprit se manifeste de nos jours, au XXIème siècle ?
Revenons au Vendredi 13 Octobre 1307, date de l'arrestation de tous les Templiers en France.
Début Octobre 1307, Gérard Devilliers (Maitre de France), Hugues de Châlons (neveu d'Hugues de Pairaud) qui avaient eu vent du projet royal décidérent du départ d'une centaine de Templiers avec un convoi de charettes. Nul se sait ce que contenaient ces charettes. Ce convoi à peine sorti de la tour du Temple se scinda en deux, le premier à destination de l'Angleterre via le port de Boulogne sur mer . Le premier convoi accosta en Angleterre près de WEYMOUTH d'où il fut refoulé le 23 Octobre 1307 par ordre du roi d'Angleterre gendre de Philippe le BEL. Il convient de noter que les Anglais furent très courtois dans la manière d'interdire ce débarquement . Les templiers reprirent donc la mer pour accoster en Ecosse, dans la région de KILWINNING, ou ils reçurent un très bon accueil et dont ils firent un centre Templier. Le second convoi prit la route du Portugal via le port de La Rochelle.

※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※

Sources :
( Archives du Vatican - interrogatoires menés par les notaires du Pape en 1308 )
( Liste des Templiers fuyards - Bibliothèque Nationale de France ).
La persécution des Templiers ( Alain Demurger - 2015 - page 160) .

※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※ ※

En conclusion, et bien que cette arrestation ait été préparée plusieurs mois à l'avance dans le plus grand secret, il est possible que certains hauts dignitaires de l' Ordre du Temple , en furent prévenus. Comment ces Templiers ont—ils pu se laisser arrêter sans opposer de résistance ?
L'Ordre comptait alors 9000 Commanderies et plus de vingt mille Templiers en France ( sans compter les Ecuyers, les Sergents et les Frères travaillant dans les commanderies ), possédait une cavalerie, possédait sa propre flotte, était tout puissant et très bien organisé. Peut—on croire encore que le secret de leur arrestation ne fut pas dévoilé au moins une fois, il est fort probable que ce secret fut rompu et que certains dignitaires templiers furent averti mais hélas trop tard pour organiser une quelconque résistance. De plus, il ne faut pas oublier que le roi Philippe le Bel n'attaqua jamais les Templiers frontalement, au contraire de l'année 1292 à l'année 1307 il accordera aux dignitaires de l'Ordre tous les égards dûs à leurs rangs ! Ce pervers narcissique fera durer le plaisir pendant 15 ans afin de ne pas rater la cible qu'il s'était fixée ! Début Octobre 1307 Jacques de Molay pensait même que l'Ordre était revenu dans les bonnes grâces du Roi ! Deux semaines plus tard les Français médusés assistaient à la plus grande opération de police de tous les temps, tous les Templiers étaient arrétés et emprisonnés. Il y eu donc d'innombrables arrestations, mais néanmoins certains chevaliers du Temple réussirent à échapper aux prévôts.

13 octobre 1307 arrestation des templiers

13 octobre 1307 arrestation des templiers

ils se réfugièrent en Lorraine chez les Teutoniques, d'autres en Ecosse, d'autres se replièrent sur leur forte position portugaise de THOMAR.

Pour ceux qui n'avaient pas fui ils croupirent en prison, beaucoup avouèrent sous la torture tout ce que l'on désirait qu'ils avouassent, les autres furent brûlés vifs entre les années 1308 et 1312.

buchers templiers

Suppression de l'Ordre du Temple

Le roi obtient de Clément V la suppression de l'ordre, au concile de Vienne, en 1312. Elle est officialisée le 02 mai 1312 par la bulle «Vox in excelso», bien qu'il soit tout à fait exceptionnel qu'un ordre religieux soit purement et simplement dissous. Le 3 mai 1312, le pape affecte le trésor des Templiers à l'ordre concurrent des Hospitaliers, à l'exception de la part ibérique qui revient aux ordres militaires locaux. Le roi de France et ses conseillers plaident en faveur de cette solution, respectueuse de la volonté des nombreux bienfaiteurs du Temple. En 1313, sur la base de documents comptables, l'ordre de l'Hôpital restitue 200 000 livres au trésor royal pour solde de tout compte. Le successeur de Philippe, Louis X, réclamera toutefois un supplément, estimant que son père a été floué. L'affaire est close en 1317, quand le nouveau roi Philippe V reçoit 50 000 livres supplémentaires.
Avec l'affaire du Temple, la monarchie capétienne montre qu'elle entend suivre son intérêt politique et ne plus se comporter en vassale de l'Église.
Le 11 mars 1314, Jacques de Molay, emprisonné depuis octobre 1307 dans la prison du Temple, fut conduit devant la cathédrale de Notre-Dame pour entendre le verdict du procès, en compagnie de Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, de Hugues de Payraud, visiteur général de l'Ordre, et de Geoffroy de Gonneville, Commandeur d'Aquitaine. La sentence des juges est la prison à vie. Mais Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay haranguèrent la foule en disant que leurs aveux avaient été volés, que les Templiers n'avaient commis aucun crime et étaient victimes d'une machination. Les deux hommes furent alors condamnés au bûcher.

Le 11 mars 1314, Jacques de Molay, emprisonné depuis octobre 1307 dans la prison du Temple lance sa malédiction : Pape Clément ! Roi Philippe ! Avant un an, je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste chatîment ! Maudits ! Maudits ! soyez tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races

Le même jour en fin de soirée, sur le bûcher dressé sur l'île aux Juifs, en face du Palais de la Cité, Jacques de Molay s'écrie : "Pape Clément ! Roi Philippe ! Avant un an, je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste chatîment ! Maudits ! Maudits ! soyez tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races !" La malédiction du grand-maître allait s'avérer :
Clément V meurt le 20 avril 1314 d'étouffement.
Philippe le Bel décède dans la nuit du 26 au 27 novembre 1314 d'un ictus cérébral ses trois fils mourront dans les 12 années à venir, sans laisser de descendance mâle, mettant ainsi fin à la lignée des Capétiens directs.


Les Templiers sont toujours parmi nous en 2021

templier de nos jours


Le Temple a perduré à travers les siècles, des hommes et des femmes passionnés d'histoire continuent de nos jours à en assurer sa pérénité. Cette nouvelle chevalerie s'est adaptée à notre époque, mais continue néanmoins à défendre les plus démunis, les veuves et les orphelins. Fortement marquée par la tradition chrétienne et par les prescriptions morales, et religieuses de l'Eglise médiévale, la chevalerie occidentale est intimement liée à la dévotion pieuse, la pratique des armes et de la guerre, ainsi qu'à une éthique d'assistance à son prochain et de fidélité à ses engagements. Nous sommes tous Chrétiens et suivons les enseignements de la bible (ancien et nouveau testament) sans jamais donner le moindre crédit aux écrits apocryphes rejetés par le concile de Rome en l'an 382.

L'Ordre Souverain du Temple s'est fixé pour but d'honorer la mémoire de nos glorieux anciens, moines soldats Catholiques. Si beaucoup de pseudos Ordres Templiers fleurissent de nos jours en pratiquant des rites qui ne sont que des dérives ésotériques délirantes, chez nous à l'Ordre Souverain du Temple nous travaillons sur le factuel en respectant autant que faire se peut la règle initiale écrite par saint Bernard.
En chapitre à l'OST vous entendrez des prières ( je vous salue Marie, notre Père ), et si dans nos travaux nous abordons certains sujets comme "le prieuré de Sion" "la légende de Marie Magdala" "Davinci code" "la Rose line" "les Mérovingiens" "Rennes-le-Château" etc, nous le faisons en spécifiant ce qu'ils sont : des dérives ésotériques délirantes issues du néo-templarisme.

Vous en savez un peu plus maintenant, et si vous étes toujours décidé, contactez nous en cliquant ICI.
A bientôt peut-être s'il plait à Dieu !




retour en haut du site consacré à la Survivance templière