Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Le Templarisme - encouragé par Napoleon Bonaparte




     Retournez sur la page des sujets traités      


L'Ordre du Temple de l'an 1118 était composé de moines soldats Catholiques au service du Pape et sous son commandement suprême, et cet ordre est resté Catholique jusqu'a sa dissolution par le Pape Clément V le 22 mars 1312. Les Templiers furent victimes d'une machination ourdie par le roi Philippe le bel, et le Pape fut impuissant à les sauver.
A partir de 1804, encouragé par Napoléon Bonaparte, le Templarisme fut remis au goût du jour. Malheureusement très vite, des thèses fumeuses apparurent dans ce monde très fermé.
A partir des années 1950 avec le néo-Templarisme ces thèses se sont transformées en dérives ésotériques délirantes ( Prieuré de Sion, Da Vinci Code, Marie-Magdala, les Mérovingiens, etc ).


Le Templarisme

Ce courant philosophique encouragé officiellement par Napoléon Bonaparte dès janvier 1804 consistait à faire revivre l'Ordre du Temple. Dans cette résurection initiée par la Franc-maçonnerie l'aspect religieux de ces moines soldats fut gommé. La mémoire de ces glorieux moines soldat était ainsi honorée d'un point de vue totalement maçonnique, dans les nouvelles commanderies ainsi crées la religion Catholique y était "persona non grata" elle était remplacée par des mots tels que "Christique" Chrétien" " Gnose ", leurs travaux se basant exclusivement sur le nouveau testament mais surtout sur les évangiles apocryphes ( Marie Madeleine épouse de Jésus ... ) rejetés par la religion Catholique en 382 au concile de Rome . Napoléon comptait s'appuyer sur ce nouveau réseau de chevaliers pour conserver son pouvoir. Bernard-Raymond Fabré-Palaprat fut la cheville ouvrière de cette nouvelle institution, en s'appuyant sur une pseudo filiation templière : la charte Larmènius ( un modéle de faux ).
C'est ce courant qui émettra des thèses fumeuses sur les Templiers, c'est à cete époque que le terme " Baphomet " fera son apparition. La légende des neufs créateurs du Temple et la légende du sceau Templier firent leur apparition également à cette époque. Plus tard vers 1950, le néo-Templarisme actualisera ces thèses en les transformant en dérives ésotèriques délirantes - Prieuré de Sion, Da Vinci code, l'Abbé Saunière, Marie Magdala, les rois Mérovingiens, l'Ordre d'Amus, etc !!
Pour mieux comprendre ce courant philosophique nous vous proposons de lire ce qui suit.
À l'image des Templiers, l'ordre des hospitaliers se militarise pour devenir un ordre militaire qui comprend trois catégories : frères chapelains, frères chevaliers et frères servants. Cette organisation en trois classes sans subdivision restera toujours celle des Hospitaliers, nom finalement donné aux chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem. Les Hospitaliers ont survécu à leurs cousins 'Templiers' grâce à leur sens de la diplomatie et à leur faculté d'adaptation, ils ont perçu dès 1291 que leur salut résidait dans une allégeance au roi de France au détriment de la Papauté. Au fil de leur histoire mouvementée, les hospitaliers seront successivement chevaliers de Chypre puis chevaliers de Rhodes et enfin chevaliers de Malte. Même si l’aspect militaire prit le dessus lors de leur occupation de l'île de Malte, l’Ordre garda toujours sa dimension hospitalière. Leur hôpital de La Valette, à Malte, était au XVIII ème siècle un des meilleurs d’Europe. Mais avec l'avénement de la révolution Française le vent tourna pour les Hospitaliers : pour connaitre la façon dont Bonaparte atomisa les Hospitaliers cliquez ICI . Contrairement à ce que vous pourriez penser Maximilien Robespierre croyait en Dieu, mais il était profondément dégouté par le comportement d'un grand nombre d'écclésiastiques . Il n'aimait pas les Hospitaliers il leur préférait les Templiers qui étaient à ses yeux des hommes intégres qui avaient été injustement traités par la Royauté et l'Eglise Française. Augustin Robespierre le jeune frère de Maximilien était très ami avec le jeune lieutenant Bonaparte ( lui aussi très croyant ) qu'il contribua à promouvoir au grade de Général à la suite du siège victorieux de Toulon contre les Anglais. Les deux hommes s'estimaient beaucoup et Augustin plaida (entre autres) la cause des Templiers auprès de son ami Bonaparte entre 1793 et 1794 quand Augustin était représentant de la Nation en mission pour l'armée ( celle du sud de la France et d'Italie ). Bonaparte retiendra la leçon concernant la fin tragique des Templiers, et, comme les frères Robespierre il considérera les Hospitaliers comme des traitres et des spoliateurs de l'Ordre du Temple. En 1798 Bonaparte se lance dans la campagne d'Egypte, mais avant, le 12 Juin il s'arrete à Malte pour venger les Templiers, les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem remettent (sans combattre) à l’armée française la ville et les forts de la Valette. Ils renoncent, en faveur de la République Française, aux droits de souveraineté et de propriété qu’ils ont tant sur cette ville que sur les îles de Malte, de Gozzo et de Cumino. L'Ordre qui s'était placé sous la protection de Paul Ier de Russie après son banissement par Bonaparte, voit une majorité de ses chevaliers s'exiler à Saint-Pétersbourg où ils élisent le tzar comme grand maître en 1798. Mais avec l'abdication du grand-maître Ferdinand de Hompesch en 1799 et la mort de Paul Ier en 1801, s'ouvre pour l'Ordre des Hospitaliers une période noire qui ira jusqu'à son éclatement en ordres concurrents. En plus des ordres historiques issus de la scission protestante comme le très vénérable ordre de Saint-Jean, son principal successeur catholique est l'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte (fondé officiellement en 1961). Devenu Empereur, Bonaparte qui avait conservé toute son admiration pour les frères Robespierre, accordera en 1804 une pension à vie à leur soeur (Charlotte) qui vivait cachée et dans le plus grand dénument depuis que ses deux frères avaient été décapités en 1794, il restituera dans la foulée au clergé Français une grande partie des biens qui lui avaient été confisqués pendant la révolution. C'est au XVIII ème siècle qu'apparaissent les premiers restaurateurs de l'ordre du Temple : les Chevaliers de la croix, d'obédience maçonnique, revendiquent l'héritage de l'ordre en se fondant sur des généalogies très douteuses entre les templiers et les francs-maçons de l'époque moderne. La loge sera récupérée par le régime napoléonien, et l'empereur fera célébrer une messe à Paris, à l'église Saint-Paul & Saint-Antoine, en mars 1808, le jour anniversaire de la mort de Jacques de Molay , sous la direction du docteur Bernard-Raymond Fabré-Palaprat , institué grand-maître de l'ordre du Temple restauré.
Il convient enfin de noter que Bonaparte oeuvra au renouveau du Templarisme dès 1806, et ses successeurs (Louis XVIII,Charles X,Louis Philippe) lui emboitèrent le pas.




retour en haut du site consacré au Le Templarisme - encouragé par Napoleon Bonaparte