Templiers - Commanderie Geoffroy de Saint Omer

                        
   Vous venez d'etre redirigé vers une partie du site dédièe aux iphones smartphones et tablettes.

templiersNaissance de l'Ordre du temple

Le système féodal à la fin du XI ème siècle.

A la fin du XI ème siècle le système féodal prévaut partout en Europe, chez les seigneurs c'est l'ainé qui hérite de tous les biens de son père et ce, afin de ne pas morceler les fiefs. A cette époque la natalité est galopante, et nombreux sont donc les chevaliers sans terres ni biens, ce qui engendre des querelles incessantes car les cadets n'ont rien à perdre ! Cette époque d'une rare instabilité est caractérisèe par une absence de progrès scientifique et social. Donc en 1095 quand le Pape Urbain II arrive en France pour signaler que les Turcs bloquent désormais l'accès aux lieux Saints à Jérusalem , son message reçoit immédiatement un écho favorable. Les seigneurs installés et les rois y voyant une occasion de se débarrasser des "sans terres" à moindre frais ! C'est dans ce contexte qu'une multitude de chevaliers "sans terres" se coaliseront pour partir au proche orient afin de délivrer Jérusalem mais aussi pour acquérir des terres nouvelles ! Il faut cependant noter que beaucoup de seigneurs installés partiront également en croisade. Pendant près de deux siècles il y aura une présence occidentale Chrétienne au proche orient, beaucoup de croisés resteront sur place pour y fonder les états latins d'orient, les hospitaliers veilleront à la santé des pélerins, les Templiers et les Teutoniques assureront la sécurité de ces états latins. Les Templiers sont des croisés qui firent don de leur corps et de leurs biens à l'Ordre du Temple Catholique. Les Templiers ne rendaient compte qu'au Pape ! Très vite l'Ordre du Temple fut très riche du fait des innombrables donations faites par les seigneurs installés, ces biens étant d'autre part très bien administrés par les Templiers l'Ordre fut en mesure de soutenir l'effort de guerre jusqu'à la fin de leur présence au proche orient en 1291 .

Libération des lieux saints, une victoire précaire sur l'Islam.

Godefroy de Bouillon parti de Boulogne sur mer en 1096, entra le 15 Juillet 1099 à Jérusalem, sa victoire sur les armées Musulmanes fut totale, néanmoins il ne perdit jamais de vue que cette victoire fut scellée grâce aux rivalités reignantes chez les seigneurs de guerre Musulmans . En l'an 1100 les seigneurs Chrétiens des Etats Latins prièrent afin que les divisions au sein du monde Musulman perdurent encore longtemps, car si un jour un grand chef parvenait à fédérer les royaumes Musulmans, les Chrétiens seraient chassés du Proche Orient. Dès l'an 1115 les Seigneurs Francs des Etats Latins durent se rendre à l'évidence : ils devaient engager des moyens énormes (humains et financiers) pour défendre ce qui venait d'être conquis. Des dizaines de compagnies de Croisés furent de suite affectées à la défense des nouveaux états latins, et une compagnie fut affectée à la défense des lieux saints (chevaliers du Saint Sépulcre) . Parmi ces chevaliers deux d'entre eux (Geoffroy de Saint-Omer et Hugues des païens) effectueront des travaux spéciaux, dans un premier temps ils fouilleront méthodiquement les fondations de l'ancien Temple du roi Salomon (de 1106 à 1116), puis cette tâche achevée ils rejoindront une compagnie de protection des pélerins. L'Hôpital, reconnu en 1113, fut chargé de s'occuper officiellement des pèlerins venant d'Occident, et dans la foulée, l’idée s'imposa de créer une milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (pauperes commilitones Christi Templique Solomonici) qui ne s'occuperait que de la protection des pèlerins sur les chemins en Terre Sainte, alors en proie aux brigands locaux. Ces deux chevaliers issus de l'Ordre du Saint Sépulcre relevérent donc ce défit pour créer un nouvel Ordre qui sécuriserait tous les chemins de pélerinage.
Ainsi, les chanoines s'occuperaient des affaires liturgiques (défendus par les chevaliers du saint sépulcre), l'ordre de l'Hôpital des fonctions charitables et la milice du Christ de la fonction purement militaire de protection des pèlerins. Cette répartition ternaire des tâches reproduisait l'organisation de la société médiévale, qui était composée de prêtres et moines (oratores, littéralement ceux qui prient), de guerriers (bellatores) et de paysans (laboratores).
Il convient au passage de noter qu'une institution similaire constituée de chevaliers, appelés chevaliers de Saint-Pierre (milites sancti Petri), fut créée en Occident dès le XI ème siècle pour protéger les biens des abbayes et des églises en europe. Ces chevaliers étaient des laïcs, mais ils profitaient des bienfaits des prières.
Ainsi, et par extension, les hommes chargés d'assurer la protection des biens du Saint-Sépulcre, ainsi que de la communauté des chanoines furent appelés milites sancti Sepulcri (chevaliers du Saint-Sépulcre). Tous les hommes chargés de la protection du Saint-Sépulcre logeaient à l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem situé tout près. 16 ans après la prise de Jérusalem par les Croisés, l'improvisation cédait la place à une organisation calquée sur les états d'occident (les militaires, les religieux, les travailleurs) .

Reconnaissance officielle de l'Ordre du Temple.

Si cette milice oeuvrait déjà en 1118, c'est le 23 janvier 1120, lors du concile de Naplouse que fut reconnue officiellement, sous l'impulsion d'Hugues des Païens et Godefroy de Saint-Omer, la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (en latin : pauperes commilitones Christi Templique Solomonici) , qui avait pour mission de sécuriser le voyage des pèlerins affluant d'Occident, depuis la reconquête de Jérusalem et de défendre les États latins d'Orient. Dans un premier temps, Païens et Saint-Omer concentrèrent leurs efforts sur le défilé d'Athlit, un endroit particulièrement dangereux sur la route empruntée par les pèlerins. Par la suite, l'une des plus grandes places fortes templières en Terre Sainte fut construite à cet endroit « le château Pèlerin ». Le nouvel ordre ainsi créé ne pouvait survivre qu'avec l'appui de Seigneurs influents.
Hugues des Païens réussit à convaincre le roi de Jérusalem Baudouin II de l'utilité d'une telle milice, chose assez aisée au vu de l'insécurité régnant dans la région à cette époque.
Les chevaliers prononcèrent les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance. Ils reçurent du patriarche Gormond de Picquigny la mission de garder voies et chemins contre les brigands, pour le salut des pèlerins « ut vias et itinera, ad salutem peregrinorum contra latrones », pour la rémission de leurs péchés.
Le roi Baudouin II leur octroya une partie de son palais de Jérusalem, à l'emplacement du Temple de Salomon, qui donna par la suite le nom de Templiers ou de chevaliers du Temple.

Evolution de l'Ordre du Temple.

Cet ordre assurera la sécurité des pélerins en terre sainte de sa création officieuse en 1116 à 1291, il parait évident qu'au contact des populations juives et arabes pendant deux siècles les templiers acquirent des connaissances nouvelles et apprirent à connaitre leurs interlocuteurs. Hugues des Païens et Geoffroy de Saint-Omer repartiront en Occident pour trouver les appuis nécessaires au développement de cet Ordre du Temple, ils reviendront en 1128 avec de solides acquis des royaumes de France et d'Angleterre. De nombreuses Commanderies verraient le jour pendant ces deux siècles d'existence de l'Ordre, et la gestion admirable des biens Templiers servira à alimenter l'effort de guerre nécessaire afin de conserver les Etats Latins jusqu'en 1291. Une chose est sûre, les templiers de l'an 1300 ne ressemblaient plus beaucoup aux templiers de l'an 1118, ils étaient passés maitres dans l'art du compromis, et étaient devenus banquiers en Occident.